Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



Zineb El Kadri - publié le Jeudi 27 Mars à 10:55

L’homosexualité dans la littérature Marocaine




La littérature Marocaine a dépassé l’auréole des tabous, et débute à traiter des sujets auparavant censurés tel que l’homosexualité.



La censure de certains romans traitant ce phénomène :

En effet, plusieurs romans marocains reflètent la transidentité, la sexualité tels que ceux de Abdelhak Serhane, Baha Trabelsi, Moahamed Leftah, Mohamed Choukri, Siham Bouhlal ou Souad Bahéchar en parlent explicitement ou implicitement.
Au niveau de la censure, le jeu vise à faire passer la transgression sans être censuré.
Par ailleurs, la production littéraire est la genèse des pratiques sociales multiples, d’un patrimoine socioculturel et d’antécédents psychologiques ce qui induit à assimiler les conditions sociohistoriques du Maroc.
Abdellah Taia a été le premier écrivain marocain ayant avoué son orientation sexuelle perverse publiquement, il a publié ses romans en France.
Certains de ses romans racontent ses expériences homosexuelles tout en montrant que ce type de sexualité n’est guère pathologique mais c’est une orientation sexuelle comme une autre.
Abdellah Taia plaide pour une remise en question de l’homosexualité dans l’imaginaire collectif des marocains. Il est le premier écrivain marocain à avoir clamé ouvertement son homosexualité et ce en 2007 dans un entretien publié par la revue Tel Quel. (En 2007, il a fait la couverture de Tel Quel sous le titre : « Homosexuel, envers et contre tous ».
Cet écrivain est également impliqué dans le débat public que connait le pays, il participe à des colloques et publie des articles traitant des questions de société.
Un autre écrivain a revendiqué son homosexualité il s’agit de Rachid O, qui a préféré l’anonymat du pseudonyme.
Par contre, on relève des récits sur l’homosexualité écrits par des auteurs non-homosexuels à l’instar de Mohamed Leftah, qui a écrit un roman magistral sur les relations homosexuelles : Le dernier combat du capitaine Ni’Mat, publié à titre posthume, car il était indigné par la répression dont les homosexuels font l’objet dans le monde arabe, notamment lors des arrestations en 2001 en Egypte lors de l’affaire Queen Boat.
En sus, la littérature marocaine met en exergue le dépassement des oppositions binaires homme/ femme dans la spiritualité de l’amour faisant fusionner les êtres, Abdelkbir Khatibi évoque la figure de l’hermaphrodite dans le livre du sang. C’est un corps de femme avec un sexe d’homme.
Un corps qui transcende les identités. Par exemple, chez Leftah, on a la figure de jeanne, à la fois trans et travestie. Chez Taia, dans Le Jour du roi, on a des personnages qui sont à la fois masculin et féminin.
Au cinéma, aussi on a les figures ambivalentes de la masculinité avec le film de Nabil Ayouch : Une minute de soleil au moins.
Par conséquent, l’homme n’a pas la même représentation symbolique que la femme au sein de la société marocaine, ni le même statut. Néanmoins, comme dit Foucault, dès qu’il y a pouvoir, normativité, il y a résistance.
Cette résistance où l’individu échappe aux conditionnements sociaux, notamment au niveau de la sexualité.
Le corpus des romans marocains traitant l’homosexualité est vaste, par exemple partir de Taher Benjelloun : La relation entre Azel et Migguel où Azel ce jeune diplômé qui veut coûte que coûte débarquer en Espagne.
Alors qu'il est à deux doigts de sombrer dans le désespoir, n'entrevoyant aucune issue, il rencontre un riche Espagnol, Miguel, qui le prend sous sa protection tout en lui mettant un étrange marché en main : il est d'accord pour l'emmener à Barcelone, mais à condition que le jeune homme devienne son amant et vivre avec lui.
Gilles Deleuze et Félix Gultari ont parlé du sujet du désir, si on le relie à la question du corps dans la littérature marocaine.
Alors comment penser le sujet du désir en rupture avec les symbolismes à connotations psychanalytiques et le regarder dans le cadre de l’agencement social qui est le sien ?
Certains auteurs marocains parlent de ce désir immanent du corps, de la sexualité, notamment au niveau des rapports sexuels hors mariage ou de l’homosexualité. Parfois c’est explicite, comme dans Marrakech voie d’exil de Rajae Benchemsi, le géniteur du Mausolée de Ahmed Bouchikhi ou Morceaux de choix et triste jeunesse de Mohamed Nedali .Quant à l’implicite ou ce qui est suggéré par l’auteur, comme dans Rêves de femmes de Fatima Mernissi ou dans les romans de Mamoun Lahbabi.
A travers les discours véhiculés des écrivains au sein de leurs œuvres, on découvre une volonté de parler de la sexualité tout en mettant en relief le désir immanent du corps.
Cette volonté de parler de la sexualité sous un angle autre que la culpabilisation ou les tabous. Pourtant la violence et la domination patriarcale sont présentes comme le montrent les romans de Noufissa Sbai ou Souad Bachéchar. La jouissance voluptueuse des corps est aussi présente.
On repère cette jouissance chez les écrivaines marocaines qui édifient des corps qui aiment le sexe accompagnée d’une relation amoureuse ou non.
Par ailleurs, il y a une représentation du désir sexuel, chez Taia, chez Leftah, dans Amoureuses de Siham Benchekroun, dans La liaison de Ghita El Khayat ou bien dans Trois jours et le néant de Youssouf Wahboun.
La censure de certains romans traitant ce phénomène :
La censure du roman de l’écrivain marocain Mohamed Laftah(1946-2008) : le dernier combat du capitaine Ni’mat a suscité une clameur dans les milieux culturels. La cause de l’interdiction d’importer cette œuvre c’est la nature du thème traité.
Il s’agit de l’histoire d’un ancien capitaine de l’armée de l’air égyptienne qui découvre ses penchants homosexuels et noue une relation intime avec son valet nubien. Le roman a connu un accueil paradoxal : interdit sur le territoire marocain, il a cependant obtenu le prix littéraire de la Mamounia.
En effet, ces dernières années, le thème de l’homosexualité commence à être abordé par les médias marocains.
C’est une question très fréquente dans de nombreuses œuvres qui l’ont traitée avec audace. Elle est du roman au cinéma, jusqu’à la danse.
Mohamed Choukri est l’un des premiers à avoir évoqué la question au sein de son œuvre romanesque et son chef-d’œuvre, le pain nu qui était interdit pendant des années au Maroc. Pourtant cette œuvre est largement traduite dans le monde et rendait son auteur très célèbre.
Aujourd’hui, le roman se vend dans toutes les librairies sans aucun problème.
C’est alors l’attitude des autorités culturelles au Maroc qui est en question.
En effet, il n’y a aucun effet clair et fixe pour décider si un livre doit être censuré ou non.
Les Marocains vivent une véritable ambiguïté qui rend l’homosexualité tantôt tolérée tantôt interdite.
Même si l’homosexualité est un thème sensible, le Maroc fait partie des rares pays qui ont traité avec une certaine tolérance les écrivains et les artistes homosexuels.
Par conséquent, Tahar Benjelloun évoque dans l’Enfant de sable,1985 : l’histoire d’une fille contrainte par ses parents à être un garçon.Il s’agit d’Ahmed, né de sexe féminin dans une famille de sept filles et dont le père décide qu’il sera un garçon.
C’est le roman d’une androgynie forcée qui entreprend la déconstruction de la société Marocaine, la critique d’une société phallocrate et celle de cette vie équivoque à la limite de l’androgynie.
Donc, c’est une nouvelle forme d’écriture gay a vu le jour, surtout après que Abdellah Taia(né en 1973), écrivain marocain d’expression française, a évoqué audacieusement , dans des textes d’inspiration autobiographique son enfance et son expérience homosexuelle dans les quartiers populaires de Salé.
L’apparition de ce thème soit dans la littérature marocaine ou le cinéma marocain reflète les mutations de la société marocaine et à la tendance de se débarrasser des clichés, des stéréotypes.
Il est vrai que l’homosexualité est omniprésente au sein des œuvres de la littérature Marocaine, mais il faut disséquer le phénomène en contournant plusieurs angles et points de vue : pathologique en considérant que les homosexuels ont eu une croissance libidinal castrée et une virilité ratée et d’un autre angle très éminent qui n’est que la religion islamique car l’islam interdit ces pratiques et a confiné la sexualité humaine en une sexualité licite hétérosexuelle admise par la société, la loi et la nature humaine qui prône la reproduction des êtres humains tout en gardant leur dignité leur amour-propre loin de la prostitution organisée ou des actes qui feront redescendre l’humanité au plein gouffre de l’obscurité.
En revanche, la société marocaine n’est pas la seule à manifester ce phénomène, c’est prépondérant et omniprésent au sein des sociétés humaines depuis la nuit des temps.



               Partager Partager