Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



Ahmed Naji - publié le Mercredi 3 Avril à 09:30

L’histoire commune comme levier de co-développement : Exemple des relations franco-marocaines




Les relations du Maroc avec son ancienne puissance protectrice sont caractérisées, cinquante-sept ans après son accession à l’indépendance, par une singulière et profonde amitié. Malgré les aléas du passé, ces deux pays ont su développer des liens très approfondis de coopération. Cette histoire commune, qui aurait pu être une source de conflits, a été plutôt exploitée comme un levier de co-développement.



L’histoire commune comme levier de co-développement :  Exemple des relations franco-marocaines
Nulle rancune donc, de la part des Marocains qui ont recouvert la souveraineté de leur nation pour traiter sur un même pied d’égalité avec les Français, collaborant ensemble depuis plus d’un demi-siècle pour le plus grand profit des deux peuples. Il n’est question, de ce côté de la Méditerranée, ni de réclamations de réparations pour les années de protectorat, ni de « bienfaits » de la colonisation. Il s’agit de relations apaisées et mutuellement assumées, où l’intérêt commun prime toute autre considération.

Les Français ont conservé le souvenir de l’appel de Feu Mohammed V aux Marocains pour aider la France à combattre le nazisme, le Maroc s’étant volontairement et activement rangé dans le camp des Alliés luttant pour le triomphe de la liberté. Des milliers de Marocains ont ainsi sacrifié leur vie pour la libération de la France, tombés au champ d’honneur dans des batailles se déroulant très loin de chez eux. Ils ont imprimé de ce fait dans l’inconscient collectif français l’image de soldats courageux et très combatifs.

L’étude de l’histoire n’est intéressante qu’en tant que laboratoire d’expériences à analyser pour en tirer des leçons qui vont permettre de mieux concevoir l’avenir. Et l’avenir des relations entre les deux pays s’inscrit dans le cadre plus large de l’Union européenne, dont la France est l’un des piliers et le Maroc un membre associé. Le Royaume est aussi un allié majeur de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord que la France a fini par réintégrer après des années d’absence. La coopération militaire entre les deux pays n’a d’ailleurs jamais cessée, l’essentiel de l’armement marocain étant d’origine française. Par ailleurs, les Forces Armées Royales, constituées à l’indépendance d’anciens officiers et hommes de troupes ayant servi dans l’armée française, demeurent profondément marquées par la culture militaire de l’Hexagone.    

Le Maroc a toujours pu compter sur la France pour défendre ses intérêts au sein de la communauté européenne, aussi bien sur le plan politique que dans le domaine économique, de même que Paris n’a jamais manqué d’appuyer la cause sacrée des Marocains, à savoir la défense de l’intégrité territoriale du Royaume au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies. Les dirigeants français ont d’ailleurs accueilli favorablement la proposition marocaine d’autonomie des provinces du sud du Maroc, jugée à juste titre comme innovante et réaliste en application du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.     

Les relations politiques entre les deux pays sont bel et bien passées par des moments de tiédeur, mais comme les passerelles de communication n’ont jamais été interrompues, un dialogue rationnel et constructif a permis de venir à bout de toutes les difficultés. C’est dire que les deux pays partagent des valeurs communes plus susceptibles de les rapprocher que de les éloigner. Cette proximité de points de vue concernant les différentes questions qui tiraillent la scène politique internationale est perceptible même au niveau des formations politiques des deux pays.  

Sur le plan international, les deux pays défendent les mêmes principes de démocratie et de tolérance et se sont retrouvés côte à côte à maintes reprises pour assurer la paix et la stabilité dans des pays en conflit, en Afrique subsaharienne comme au Kosovo. Ils collaborent également ensemble dans la lutte contre le terrorisme et les différents trafics transnationaux, via leurs services de sécurité, dans une complémentarité qui n’a pas manqué de susciter l’intérêt des observateurs de la scène internationale.       

Entre le Maroc et la France, les relations vont bien au-delà des seuls aspects politiques et économiques médiatisés, elles sont également humaines, sociales et culturelles. Plus d’un million de Marocains vivent en France et quelques 50.000 français vivent au Maroc. Ces deux communautés expatriées participent à renforcer la connaissance mutuelle et les liens d’amitié entre les deux pays. C’est ainsi que l’image de marque de chacun des deux pays est valorisée et entretenue dans l’autre, l’entente parfaite entre les dirigeants politiques venant couronner la réelle et fructueuse amitié entre les deux peuples.

La langue française demeure enseignée au Maroc. Elle est de surcroît usitée aussi bien dans les milieux d’affaires que dans certaines administrations publiques, facilitant la communication et la compréhension mutuelles. La France a participé à la formation de plusieurs générations de cadres marocains, des milliers d’étudiants marocains ayant poursuivi leurs études au sein des universités et grandes écoles françaises et continuent de le faire, avant de revenir au pays prendre part au chantier du développement. Et des écrivains marocains d’expression française ont donné aux belles lettres des œuvres dont peuvent s'enorgueillir les cultures des deux pays.

Après avoir quelque peu déserté le Maroc suite à la « marocanisation » des années 1970, les opérateurs économiques français ont opéré un retour en force dans les années 1980. Depuis lors, les relations économiques entre les deux pays ont connu une très grande embellie. Et l’avenir semble s’annoncer des plus radieux, malgré les effets de la crise économique mondiale qui a rendu atone la croissance en France, alors qu’elle a eu un impact plus limité au Maroc, où le dynamisme de la demande intérieure a permis en partie d’encaisser le choc.    

Premier client, premier fournisseur, premier investisseur, premier bailleur de fonds, premier marché émetteur de touristes, la France est un partenaire économique de référence pour le Maroc. Plus d’un millier d’entreprises françaises sont installées au pays, s’activant dans tous les secteurs d’activités, où elles sont venues renforcer le tissu productif et créer des emplois, tout en procédant à un transfert direct de savoir-faire.

En ces temps de grandes difficultés économiques, de chômage massif et de profonds changements géopolitiques, la coopération diversifiée entre les deux pays relève désormais de la nécessité, le chemin à parcourir par le Maroc et la France ensemble ne faisant que commencer.   

Ahmed Naji
Journaliste


Tagué : Ahmed Naji

               Partager Partager