Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Bulletin de l'actualité économique de l'Europe Orientale: Turquie:... | via @lemagMaroc https://t.co/x0V5MJ29KH https://t.co/z3QmnHayLI



Mohamed Takadoum - publié le Jeudi 18 Juin à 18:34

L’héritage désastreux de Boumediene raconté par le journal Algérien Al Watan




C ‘est un bien triste anniversaire que que vivra l’Algérie demain 19/ 06 /2015. Il y a 50 ans jour pour jour, Boumedienne a déposé Benballa et a mis le pays définitivement sous la coupe de l’armée



Dans un article à la une, le journal algérien El Watan parle de « la révolution manquée de Boumédienne ». Dans cet article paru ce jour, l’auteur revient sur le coup de force de Boumediene et les effets néfastes de la mise du pays sous la tutelle de l’armée. A cet effet, l’auteur signale qu’après ce coup d’état « l’armée s’empare de tous les leviers du pouvoir politique et économique. Le choix des présidents successifs est du seul ressort de la junte. Un demi-siècle s’est écoulé depuis ce 19 juin 1965 et le même système autoritaire demeure avec les mêmes serviteurs. »

L’auteur rappelle aussi qu’« en 1999, Abdelaziz Bouteflika — qui avait pris part en 1965 au coup d’Etat intronisant le militaire Houari Boumediène à la tête de l’Etat — est lui aussi installé par l’armée au palais d’El Mouradia. Même s’il jurait de réduire de l’influence du pouvoir militaire dès son arrivée, force est de constater qu’à chacun des mandats présidentiels qu’il a obtenus, l’armée a été le principal garant de ses réélections. »

Dans un autre article du même journal paraissant ce jour, un autre auteur n’hésite pas à écrire que « Un grand nombre d’opposants, souvent des leaders de la Révolution, furent emprisonnés ou assassinés durant cette décennie 1970 dans l’impunité la plus totale » et un peu plus loin « Il aimait le pouvoir, n’ayant pas hésité à faire un coup d’Etat, trois ans seulement après la fin de la guerre de Libération. »

Voilà donc les dégâts qu’a fait Boumediene à son propre pays. Pour nous, il reste celui qui a encouragé la création du Polisario et hébergé ses dirigeants et celui qui a mobilisé son pays contre nous. L’Algérie va-elle enfin se débarrasser de cet héritage car pour le rédacteur de l’article déjà cité « Le moment est venu de restituer l’autodétermination au peuple algérien et de compléter l’indépendance du territoire, acquise en 1962 par la libération du citoyen algérien ».



               Partager Partager