Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Quand l’ambassadeur algérien à Bruxelles s’autoproclame porte-parole... | via @lemagMaroc https://t.co/F0hTNSg04E https://t.co/kNECBG2gzr



MAP - publié le Samedi 13 Juin à 14:02

L'expulsion par les autorités marocaines de deux représentants d'Amnesty International est "conforme aux dispositions légales" (DIDH)






Rabat, 12 juin 2015 (MAP) - La Délégation interministérielle aux Droits de l'Homme (DIDH) a affirmé, vendredi, que l'expulsion par les autorités marocaines de deux représentants d'Amnesty International (AI) qui effectuaient une enquête de terrain afin de recueillir des données et des informations, sans l'obtention d'une autorisation préalable des autorités compétentes, est "conforme aux dispositions légales en la matière".
L'expulsion par les autorités marocaines de deux représentants d'Amnesty International est
"La décision des autorités marocaines d'expulser les deux représentants d'AI est conforme aux dispositions légales, en particulier l'article 23 de la loi régissant les associations qui oblige les associations étrangères souhaitant organiser toute activité de faire une déclaration préalable aux autorités, ainsi que les dispositions de la loi sur l'entrée et le séjour des étrangers au Maroc", souligne la DIDH dans un communiqué à l'opinion publique nationale et internationale, suite à la publication par AI d'un communiqué contestant cette expulsion et comportant des allégations fallacieuses d'une prétendue acceptation par les autorités du Royaume de cette visite.

La Délégation précise qu'elle avait adressé, en date du 5 juin 2015, une lettre à AI dans laquelle elle soulignait la nécessité de reporter la visite jusqu'à la tenue d'une rencontre avec les responsables de l'organisation en vue de définir une approche claire pour une coopération constructive entre les deux parties, notamment en matière d'élaboration des rapports sur la situation des droits de l'Homme au Maroc et la manière de traitement des informations émanant des autorités marocaines à ce sujet.

"Le refus et la négligence" par AI de cette demande, et, pis encore, sa persistance à maintenir la visite de ses représentants, qui sont entrés au territoire national en date du 08 juin, sans l'aval des autorités marocaines, avant de se lancer dans une enquête de terrain, sans autorisation préalable, "confirment la tendance de cette organisation à imposer sa politique du fait accompli", affirme la DIDH.

Elle signale, par ailleurs, que "toute interaction future des autorités marocaines avec Amnesty International doit être construite sur des bases claires de dialogue et d'interaction constructive, conformément aux coutumes et pratiques reconnues au plan international, en commun accord des parties, dans le but de promouvoir les droits de l'Homme et de développer la confiance mutuelle entres les acteurs dans ce domaine".

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».