Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj


MAP - El Mustapha Ennasri - publié le Jeudi 24 Juillet à 11:51

L'été et le mois de Ramadan changent les habitudes et le rythme de vie des Khouribguis



Khouribga - Le mercure affiche 40 degrés à la mi-journée, la majorité des commerces sont fermés et les rues sont désertes, sauf de quelques personnes contraintes de sortir de leurs maisons en ce temps de canicule pour des raisons de force majeure. C'est l'image à Khouribga pendant ce mois de ramadan qui tombe, cette année, en plein mois de juillet.



Khouribga
Khouribga
Le paysage est tout à fait différent après la rupture du jeûne : les artères de la ville connaissent un mouvement incessant jusqu'à des heures tardives de la nuit et les terrasses des cafés ne désemplissent pas, tout comme les espaces verts. Les habitudes et le rythme de vie des Khouribguis subissent de plein fouet des changements considérables durant ce mois sacré.
 
Ces changements imposés par le mois de Ramadan, dont les derniers jours coïncident avec une chaleur étouffante, obligent les Khouribguis, notamment ceux qui n'ont pas les moyens d'aller à des destinations balnéaires plus fraiches, à s'adapter tant bien que mal à cette situation. 
 
La vague de chaleur qui sévit ces jours-ci, avec des températures qui dépassent parfois les 43 degrés, contraint les habitants de la ville à demeurer dans leurs maisons durant la journée et d'adopter un régime alimentaire, après la rupture du jeûne, basé notamment sur les fruits, les produits laitiers et les jus pour limiter les effets de la chaleur. 
 
Outre les aspects alimentaires, les Khouribguis trouvent dans les terrasses des cafés, les jardins publics et les aires de repos situées dans les environs de la ville, des espaces de détente et de répit durant la soirée après la baisse des températures.
 
Lorsque le mois de Ramadan tombe en plein été, le mode de vie et les habitudes quotidiennes des Kouribguis s'en trouvent altérés, relève M.T., fonctionnaire dans une administration publique, ajoutant que les humeurs changent aussi en raison des fortes températures et que le travail dans les bureaux, surtout non climatisés, devient pesant. 
 
M.H., commerçant, souligne que les fortes températures durant le Ramadan affectent aussi l'activité commerciale dans la ville qui ne retrouve son dynamisme qu'après la rupture du jeûne, rappelant aussi les effets de la chaleur sur certains produits alimentaires, notamment la viande de volailles chez certains vendeurs. 
 
Par contre, la consommation de fruits durant ce mois sacré cannait une nette augmentation, étant donné leurs grandes vertus alimentaires. 
 
Par ailleurs, les enfants, qui pâtissent également des fortes chaleurs, choisissent les ruisseaux et les barrages collinaires pour échapper à la canicule, faisant fi de tous les dangers qui les guettent dans de tels endroits. 
 
En dépit de la chaleur qui pèse sur eux durant ce mois sacré de Ramadan, les Khouribguis demeurent attachés à leurs traditions aussi bien sur les plans culinaire et vestimentaire que social, affirmant ainsi leurs attachement aux valeurs et à l'authenticité marocaines.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus