Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Dr. Hassane Hajouji - publié le Mercredi 16 Mai à 03:34

L’été de la « Zaza »






Voici que notre président A. Benkirane inaugure, dans cette session parlementaire, une nouveauté saluée par tous les députés. Il vient de mettre en pratique la constitution, à savoir « les questions directes au président ». Mais si la forme était présente, le fond laisse à désirer. En effet, les cadres signataires du fameux PV du 20 juillet ont été orientés vers le commerce, les petits emplois et autres bricoles, au lieu de les embaucher comme fonctionnaires, comme cela leur a été promis par écrit il y a plus d’un an.

Le président leur a assuré qu’au nom de la constitution, il allait se désengager des engagements signés par l’état. Il a fait une imploration publique demandant à Allah d’aider ces cadres à trouver un moyen de subsistance, et par la même occasion, de le débarrasser de leurs tracasseries.

La fonction publique contient 90.000 fonctionnaires fantômes (1) selon les déclarations des nouveaux ministres. Elle avait besoin d’une bonne gouvernance et de la mise en place des orientations économiques et stratégiques des créations d’emplois et de restructurations. Ceci vient ainsi d’être enterré par ces invocations constitutionnelles nouvellement mises en place par le président islamiste.

En apparence très nerveux et faisant appel à un vocabulaire populaire tel que ‘karmouse el hindi » figue de barbarie, Mr Benkirane se demandait dans ces termes : pourquoi cette « Zaza » (2) a été enclenchée sur le pavé de la capitale ? Il ne comprenait pas le motif des manifestations des cadres, et se dit non responsable des agressions et des interventions musclées des forces de l’ordre, car il n’était pas présent avec eux, selon ses dires !

Mais si le président cherche à signer le désengagement de l’état envers ces cadres et tous les cadres et à clôturer ce dossier avec ces invocations, il espère ainsi mettre fin aux manifestations, c’est sans compter sur la très grande détermination des cadres affichée sur plusieurs supports de presse.

En cette année de sécheresse, et faute de stratégies économiques claires, ajoutées aux démolitions des habitations, dites insalubres ou non conformes aux réglementations, opérées partout dans le Royaume chérifien et dernièrement concernant 300 logements à Meknès, en plus des interventions musclées au Rif, l’été risque d’être très chaud.

Nous craignons que de Tanger à Taza et dans les banlieues de Casa, le spectacle ressemblerait à Gaza, et que nous allons assister à l’été de la « Zaza » !


(1) Fonctionnaire fantôme: un fonctionnaire permanent recevant un salaire mais qui n’est jamais présent à son poste.
(2) Zaza : un mot populaire marocain pour dire fracas


Tagué : Hassane Hajouji

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles