Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM



Rachid Amin - publié le Mercredi 26 Mars à 10:02

L'ère de la mondialisation !






A l’heure actuelle, nous vivons dans un monde qui me semble plein de contradictions et de paradoxes, et qu’est divisé - si on peut dire- en deux parties : un monde capitaliste qui encourage des modes de vie basés sur la consommation, en formant des suiveurs et des utilisateurs passifs incapables de produire, en se réduisant à des simples consommateurs, enchaînés et guidés par les tendances et la recherche du confort matériel, emportés et occupés par des futilités qui les privent d’acquérir la capacité de tout remettre en question et se doter d’un sens d’analyse et de réflexion, et de l’autre coté, nous pouvons parler d’une société de communication, d’information qui fait produire des savoirs et qui fait naître des courants de pensée, des intellectuels, des scientifiques et des chercheurs avec une évolution des découvertes et des recherches scientifiques. Il me semble que l’évolution de ce monde de savoir qui a donné des conséquences sur les changements des modes de vie avec l’apparition des nouveaux produits et services grâce au développement technologique, scientifique et économique engendre une évolution de l’autre monde basé sur la consommation ou au moins il renforce son existence. D’un coté on produit, de l’autre côté on détruit. D’un coté il y a ceux qui savent, ceux qui détiennent l’information et le savoir, d’un autre côté il y a ceux qui agissent à partir de leur ignorance (des suiveurs), et l’écart entre les deux est énorme. Ce que l’homme a pu réaliser comme développement se retourne contre lui. Cela peut nous pousser à se poser la question sur l’utilité de ce développement (scientifique, technologique, culturel…) que l’humanité a connu depuis son existence et dire : vers quel monde nous avançons ? Qu’est ce que nous voulons devenir ?

A travers ces lignes, je ne cherche pas à répondre à ces questions, ni à démontrer quoi que ce soit. Je veux juste dire qu’aujourd’hui ce qui fait la différence et ce qui importe le plus, c’est le fait de se doter d’un sens d’analyse et de réflexion. Savoir se poser les bonnes questions, creuser, être curieux, savoir synthétiser, avoir des visions profondes et non pas superficielles vis-à-vis de ce qui nous entoure, avoir des idées illimitées et non pas limitées par le poids d’une culture vide dans ses profondeurs. L’objectif c’est de refuser de faire partie de ceux qui agissent par ignorance et manipulation. Il faut réclamer sa liberté de s’arrêter et de jeter un coup d’œil sur ce qui se passe au fond de soi, et choisir le chemin de l’ouverture d’esprit, de la connaissance, de la réflexion, de la critique et de la remise en question. Toutes ces capacités on ne peut pas les acquérir du jour au lendemain, ce sont une conséquence positive d’un cumul d’un ensemble d’expériences. Il s’agit d’un ensemble de variables qui entrent en jeu à savoir : La lecture, le milieu familial, culturel et social, l’éducation, la perception, la passion et l’attachement à ce qui nous inspire le plus, les expériences dans la vie et la capacité de l’individu à tirer des leçons de ses expériences, …etc.

Dans notre monde ; l’information est disponible, et il faut juste savoir l’utiliser. il faut être conscient de l’importance de savoir regarder les choses autrement et profondément , changer d’angle de vision s’il le faut, chercher à regarder loin et à élargir son champ de vision, il faut faire les choses avec passion et amour, il faut lire, il faut savoir être l’ami de soi-même, prendre le temps de réfléchir, d’analyser et cultiver un esprit critique afin de comprendre les choses dans leurs profondeurs.

Comme disait Gibran Khalil Gibran ; "De même que la valeur de la vie n'est pas en sa surface mais dans ses profondeurs, les choses vues ne sont pas dans leur écorce mais dans leur noyau, et les hommes ne sont pas dans leur visage mais dans leur coeur."


Tagué : Rachid Amin

               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Octobre 2016 - 19:04 L'école, écosystème

Jeudi 6 Octobre 2016 - 12:02 Des législatives 2.0