Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



Moulay Hicham Mouatadid - publié le Mardi 19 Juin à 12:03

L'enjeu de la nation au Maroc




La nation au Maroc a progressé, non seulement sous différents couverts et désignations, mais a été portée par différents changements socio-politiques. Cette évolution est la conséquence de l’entrée du Maroc dans l’esprit de l’État puis dans la modernité institutionnelle, faisant graduellement des « clivages sociaux et ethniques » une élocution impuissante de point de vue État.



Moulay Hicham Mouatadid
Moulay Hicham Mouatadid
L’esprit de la nation au Maroc  a évolué et a pris place dans les discours publics et politiques à partir du moment où la volonté politique et celle de l’union social s’approprie l’esprit de s’organiser dans le cadre d’une nation. Cette dernière, est le résultat artificiel de la lutte pour le pouvoir politique exactement comme la monarchie n’a jamais été autre chose que le régime de l’État marocain. 

La société marocaine était toujours le principal acteur de son propre développement et son déploiement dans l’avenir. Cette transposition à travers le temps a guidé dans un sens l’orientation de l’État, ce dernier qui a su comment  encadrer cette nation surtout dans ses débuts, a assuré d’une manière sociale et civique le moment de la transition de la société marocaine à une nation. L’État a assuré le rôle de l’accompagnateur de la société marocaine, il a été au service de cette société dans le processus de son devenir « la nation ».

Ce passage à la nation a influencé à la fois le politique et la politique au Maroc. Or, la culture et l’esprit de la nation marocaine est par nature plus politisée par rapport aux nations et sociétés adjacentes et ce,  à cause de l’histoire, la composition ethnique, le positionnement géographique et l’environnement culturel.   Cette spécificité marocaine a toujours constitué un défi dans la gestion politique de l’État au niveau national, provincial et voir même local dans certains cas pour les autorités locales.

L’accoutumance à l’esprit de la nation était plus facile que sa gestion, puisque sa conduite n’était pas souvent accommodante que ce soit pour le système ou le régime politique au Maroc. Par ailleurs, nous pouvons clairement appréhender qu’il existe toujours au sein de la société, une certaine culture d’appartenance sociale – dans le sens du peuple - malgré l’évolution de la nation. Le degré de cet esprit d’appartenance peut osciller d’une région à l’autre ou d’une tribu à l’autre et ce, selon les circonstances, les intérêts politiques, les enjeux stratégiques et surtout la maturité culturelle. Cette dernière est un morphème crucial dont doit disposer un peuple pour incarner la nation au sens civique du terme.

La gestion de la nation au Maroc, de point de vue publique et politique, a toujours conservé constamment un caractère circonspect attendu que le décideur, le gestionnaire, encore plus l’agent d’autorité avaient toujours cette conscience d’adapter leurs décisions, démarches et des fois mêmes leurs expressions, à la région dont ils sont chargés d’administrer et  gouverner.  Or, cette advertance qui est prise en considération pour la spécificité de chaque région, surtout celle dû à  l’aspect culturel et social, révèle la présence toujours de l’esprit du peuple au sein de la nation marocaine et de la gestion de ses affaires publiques.

Le grand défi du pouvoir politique marocain est de cultiver d’avantage cet esprit d’appartenance à la nation tout en respectant les caractéristiques de chaque composition ethnique et adhésion culturelle. L’allégeance au Roi est le contrat constitutif de la nation au Maroc, le renouvellement de ce contrat est un rappel social, mais surtout un état d’esprit et une construction psychologique de la nation marocaine.

Outre l’allégeance au Souverain, c’est le cadre juridique et politique de l’État qui affine quotidiennement cet esprit d’appartenance à la nation. Cependant, divers mécanismes, dont essentiellement les médias et les autorités, sont déployés par l’État afin de rendre homogène l’esprit des marocains dans leur appartenance à cette nation et ce, dont l’objectif qu’elle soit le plus analogue possible puisque c’est la cohérence de la nation qui fait la force de l’État.

Nonobstant les efforts de l’État Marocain pour défendre l’appartenance du Sahara, nous pouvons ostensiblement constater que dans ce processus, les institutions politiques marocaines se fondent plus, dans leurs discours politiques et diplomatiques, sur la notion géographique que sur celle de la nation. Or, si les autorités marocaines accordaient plus d’importance à cette notion de la nation de la même manière qu’ils défendent la géographie, la communauté internationale aura plus d’agilité à assimiler pourquoi cette partie du territoire marocain était toujours un berceau pour une partie de la nation marocaine.

Les discours politiques et diplomatiques marocains, par rapport au dossier du Sahara, doit évoluer dans le sens de maintenir un équilibre entre la défense de la géographie et la nation. Un tel équilibre va refléter à la fois, non seulement la légitimité de l’appartenance géographique, mais surtout les liens sociaux, historiques et l’unité nationale qui a toujours constituer un attachement général à l’unité sociale des peuples qui ont toujours constitué la nation marocaine.

L’enjeu de la nation au Maroc est un élément crucial dans la gestion des affaires publiques. Déjà le degré d’appartenance à l’esprit de la nation varie d’une tribu à l’autre, d’une région à l’autre et d’un individu à un autre.  L’adhésion au concept de la nation suscite un minimum de culture et de compréhension.  Devant cette problématique la décision politique au Maroc est souvent prise dans le cadre et la limite de cette compréhensibilité. L’État vise toujours d’accompagner le peuple afin de renforcer l’esprit de la nation dans le sens d’assurer un État fort capable d’assurer une rivalité constante au sein d’un environnement régional et international en mouvement.



               Partager Partager