Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Samedi 12 Décembre à 11:59

L'arrêt du Tribunal de l'UE au sujet de l'accord agricole Maroc-UE, un coup d'épée dans l'eau du projet séparatiste algérien



Rabat - L'arrêt du Tribunal de l'Union européenne (UE) au sujet de l'accord agricole Maroc-UE, se veut un coup d'épée dans l'eau du projet séparatiste algérien, qui a cumulé, récemment, plusieurs défaites diplomatiques et politiques, a souligné le président du Centre marocain des études stratégiques (CMES), Mohamed Benhamou.



Mohamed Benhamou
Mohamed Benhamou
"La réaction des algériens et des séparatistes suite à cette décision a été rapidement instrumentalisée dans une grande campagne de propagande et avec beaucoup de contre-vérités et des thèses qui ne correspondent pas à la réalité", a relevé M. Benhamou, qui réagissait dans une déclaration à la MAP à l'arrêt du tribunal de l'UE sur l'accord agricole Maroc-UE. 

Il a également souligné que cette décision avec "une teinte beaucoup plus politique que judiciaire" révèle une nouvelle manœuvre d'Alger, pendant une période où "l'Algérie et le polisario ont essuyé beaucoup de revers". 

Cette décision intervient comme pour "injecter de l'oxygène dans le cadavre du polisario", a estimé le politologue marocain, notant que cet arrêt ne pourrait pas changer le cours des choses ainsi que la réalité des relations entre le Maroc et l'UE. 

"Certains adversaires du Maroc parmi certains Etats européens et des lobbies pro-algériens ont été bien activés pour arriver à arracher cette décision qui semble manquer de maturité", a-t-il souligné, appelant à remettre cette décision dans son contexte. 

Et de signaler que l'Algérie a besoin d'une décision pareille pour nourrir ce grand "leurre" qui est le séparatisme dans les provinces de Sud, et pour maintenir en vie ce "grand bluff" de l'histoire du 20è siècle. 

M. Benhamou a aussi déploré le fait que le tribunal de l'UE "ait dépassé ses attributions et empiété sur les solutions de l'ONU, notant que cette décision est venue semer le trouble.

Il a aussi précisé que cette décision "inopportune", qui émane de trois magistrats, met dans une situation d'embarras les 28 Etats européens, de même que l'UE en l'occurrence la Commission et le Conseil européens qui ont investi un temps et un effort énormes pour construire des relations stables, solides et durables avec le Royaume du Maroc, dans le but de faire face aux défis majeurs que doivent relever les deux parties dans l'espace euro-méditerranéen.

"Les européens qui tiennent à garder des relations stables et positives avec le Maroc, vont certainement aller vers tous les mécanismes qu'offre l'arsenal juridique européen en vue de contester cette décision et la contenir", a estimé M. Benhamou, faisant savoir qu'il ne s'agit pas de la première décision qui dérange et gène les intérêts européens.

Il a, aussi, ajouté que cette décision, qui semble dépasser ce qu'on peut attendre d'une décision de justice, est rejetée par le Maroc et la partie européenne.

Le Maroc, qui a pris connaissance de l'arrêt du Tribunal de l'UE, exprime son étonnement de cette décision et s'attend à ce que l'UE prenne les mesures appropriées en vue de trouver une issue définitive à cette procédure, avait indiqué le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération.

Pour sa part, le ministère de l'Agriculture et de la Pêche maritime voit dans l'arrêt du Tribunal de l'UE, une décision "incohérente", qui va à l'encontre de l'esprit du partenariat historique entre les deux parties. 

La Chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini avait, de son côté, affirmé que l'Union européenne considère que les accords bilatéraux avec le Maroc ne sont pas remis en cause.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara