Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Quand l’ambassadeur algérien à Bruxelles s’autoproclame porte-parole... | via @lemagMaroc https://t.co/F0hTNSg04E https://t.co/kNECBG2gzr


MAP - publié le Mardi 6 Janvier à 10:55

L'année 2014, la plus chaude dans l'histoire de la Californie, selon des climatologues



Los Angeles - L'année 2014 a été la plus chaude en Californie depuis le début des relevés en 1877, tout en marquant le début de la quatrième année de suite d'une sécheresse exceptionnelle qui frappe durement des secteurs névralgiques de l'Etat, selon des climatologues.



La température moyenne entre le 1er janvier et le 30 novembre de l'année passée était de 62,8 degrés Fahrenheit contre 60,7 degrés en 2013, ce qui représente 4,1 degrés au-dessus de la moyenne enregistrée au cours du siècle dernier, soit 58,7 degrés, précisent des climatologues du Jet Propulsion Laboratory.

Le service météorologique national (National Weather Service) a indiqué que la tempête qui a laissé de la neige dans certaines parties de la Californie du sud a mis fin à une période de 375 jours de températures élevées au centre de la métropole de Los Angeles.

Le département américain de l'Agriculture a fait savoir, de son côté, qu'avant la vague de froid qui a marqué la fin de l'année écoulée, des températures supérieures à la moyenne normale frappaient le pays pendant trois semaines.

De fortes pluies qui se sont abattues en décembre en Californie ont contribué à diminuer la gravité de la sécheresse sévère que connaît l'Etat, entré début octobre dans sa quatrième année de sécheresse historique.

La proportion du territoire de l'Etat le plus peuplé des Etats-Unis qui connaît une sécheresse "exceptionnelle", la catégorie la plus grave, a chuté de 58 pc en septembre à 32 pc en décembre.

En dépit de ces précipitations, la Californie a besoin de 42 kilomètres cubes d'eau par rapport au niveau normal, selon des scientifiques de l'Agence spatiale américaine (Nasa).

Ce déficit représente environ une fois et demie la quantité maximum du plus grand réservoir du pays, le Lake Mead au Nevada. L'Etat a ainsi besoin de trois saisons de pluies supérieures à la moyenne pour l'alléger.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara