Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



MAP - publié le Mercredi 11 Mars à 15:58

L'aide octroyée par l'UE aux populations des camps de Tindouf fait l'objet d'une "fraude massive"






Madrid - L'aide octroyée par l'Union européenne aux populations des camps de Tindouf (Sud d'Algérie) fait l'objet d'une "fraude massive" par les dirigeants du "polisario" et en Algérie, qui a été révélé dernièrement par un rapport de l'OLAF, écrit le quotidien espagnol "El Mundo".
 
Ce détournement a été dévoilé par l'Office anti-fraude de l'UE (OLAF) dans un rapport de 250 pages, qui montre que l'aide humanitaire envoyée par l'UE et d'autres organismes internationaux, entre 2003 et 2007 au profit des populations de Tindouf a fini dans des marchés en Algérie, en Mauritanie et au Mali, souligne le journal madrilène sur son site web.

Dans un article signé Ignacio Cembrero, la publication relève que l'enquête de l'OLAF avait commencé en 2003 après qu'un expert de cet organisme qui était en vacances au Mali ait constaté la vente sur le marché malien de produits laitiers portant les signes de l'Agence d'aide humanitaire de la commission européenne (ECHO).

Dans son rapport, l'OLAF attribue cette fraude "à la surestimation du nombre de la population vivant à Tindouf". Le journal rappelle à cet égard que le Haut commissariat des nations unies pour les réfugiés HCR ne dispose pas d'un recensement des populations de Tindouf parce que, écrit-il "le polisario, qui contrôle les quatre camps, ne l'avait pas autorisé depuis 39 ans".

L'UE apporte une aide financière aux populations des camps de Tindouf, depuis 1975, sur la base d'une population estimée par Alger à 155.000 personnes, fait noter le journal espagnol, qui rapporte que le soi-disant représentant du polisario en Europe, le dénommé Mohamed Sidati n'a pas voulu répondre aux appels téléphoniques d'"El Mundo", pour se prononcer sur cette pratique révélée dans le document de l'OLAF.

La publication rappelle, dans ce sens, qu'il y a 16 ans, une enquête de la Croix rouge espagnole avait également détecté le détournement par la direction du polisario d'une somme de 385.000 euros octroyée par cet organisme pour l'achat de chameaux au profit des populations de Tindouf.

L'ancien délégué de la Croix rouge à Las Palmas (Canaries), Antonio Sosa et un vétérinaire, Carlos Gutierrez, s'étaient rendus sur place pour vérifier le sort de ce montant et à leur retour ils ont élaboré un rapport indiquant que ce cheptel "était devenu depuis des années un bien du polisario", note "El Mundo" relevant qu'aucun membre du polisario n'a été pour le moment "sanctionné pour s'être enrichi à travers cette fraude".

Le rapport de l'OLAF, réalisé en 2007 et dont le contenu n'a été dévoilé que dernièrement suite à une intervention du médiateur européen, a révélé l'existence de plusieurs pratiques frauduleuses et d'innombrables irrégularités quant à la distribution de l'aide humanitaire, durant plusieurs années. Seule la partie de l'aide permettant aux populations des camps de Tindouf de survivre est distribuée, constate l'office onusien, qui fait remarquer que le reste est vendu au marché noir au profit des dirigeants du polisario avec la bénédiction des autorités algériennes.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».