Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



par Fiyaz Mughal - CGNEWS - publié le Lundi 16 Août à 01:51

L'aide du Royaume-Uni aux réfugiés irakiens peut restaurer la confiance






Londres – Le 20 juillet dernier, Eliza Manningham-Buller, directrice générale du MI5 de 2002 à 2007, le service de renseignement britannique, a été entendue dans le cadre de l'enquête sur l'Irak, une commission constituée par l'ancien Premier ministre Gordon Brown et présidée par Sir John Chilcot pour identifier les enseignements tirés de la guerre en Irak. Mme Manningham-Buller a déclaré que la guerre en Irak ''avait été un facteur hautement important dans la manière dont les extrémistes de l'intérieur ont justifié leurs actions [violentes].''

L'image du Royaume-Uni a été considérablement ternie depuis le début de la guerre en Irak. A plusieurs reprises, des terroristes reconnus coupables dans le pays et à l'étranger l'ont cité comme un facteur-clé radicalisant qui les avait orienté vers une action violente. Toutefois, le gouvernement britannique pourrait changer le cours des événements. S'il prenait certaines mesures pour venir en aide aux Irakiens et aux Britanniques touchés par la guerre, le gouvernement britannique pourrait restaurer la confiance qui a disparu tout au long de ce conflit et éliminer certaines arguments – aussi erronés qu'ils puissent être - avancés par les extrémistes pour justifier la violence.

La guerre en Irak a conduit plus de 1,8 millions d'Irakiens à chercher asile principalement en Syrie, en Jordanie, au Liban, en Egypte et en Turquie. Le gouvernement syrien estime qu'il y a un million de réfugiés sur son territoire, dont l'écrasante majorité vient d'Irak. En Jordanie, les réfugiés irakiens sont estimés représenter de 600 000 à 700 000 personnes. Cet afflux a entraîné une forte hausse des prix de l'immobilier et des produits alimentaires dans les zones urbaines. En conséquence, beaucoup de Jordaniens en veulent de plus en plus aux réfugiés.

Les victimes de la guerre en Irak n'ont pas d'économies; légalement, beaucoup ne peuvent pas travailler et un grand nombre d'entre elles finissent par être victimes d'abus puisqu'elles travaillent en dehors du cadre de la loi. Les autres n'ont pas de perspectives viables d'emploi et comptent sur la charité, l'entraide et les organisations caritatives. De plus, sur près de deux millions de réfugiés, selon plusieurs estimations, 40% d'entre eux sont des enfants et 60% d'entre eux ont moins de 25 ans. La guerre a donc donné naissance à un quart-monde en Syrie, en Jordanie qui ne disparaîtra pas avant des dizaines d'années et dont l'expérience ne servira qu'à susciter les actions radicales à l'encontre des pays qui ont participé à la guerre en Irak.

Afin de traiter le problème des réfugiés irakiens, le Royaume-Uni doit apporter son soutien et venir en aide à des pays comme la Turquie, la Jordanie et la Syrie et veiller que les réfugiés ont accès aux soins médicaux et aux services de base, dont l'éducation et la formation professionnelle, de manière à leur assurer un avenir convenable. Leur apporter des connaissances élémentaires, une formation et un soutien laissera aussi un héritage positif dans ces camps de réfugiés où le désespoir est grand. Sans espoir, ces personnes peuvent tomber dans un cycle de violence et de vengeance.

Et il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir des mots. Le Premier ministre britannique, David Cameron, a récemment présenté ses excuses aux familles des victimes du ''Bloody Sunday'' (dimanche sanglant) en 1972, jour où l'armée britannique a tiré sur des manifestants non armés en Irlande du Nord et tué quatorze d'entre eux. Il a fait preuve de courage, de conviction et d'honnêteté en agissant de la sorte. Une telle honnêteté sera également nécessaire pour panser les plaies des parents de ceux qui ont perdu la vie en Irak. Cela inclut les familles et proches des civils irakiens qui sont morts, de ceux qui ont été torturés, de ceux qui ont disparu, des soldats britanniques qui se sont battus et qui sont morts en Irak et de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants qui n'ont rien fait mais qui se sont trouvés au mauvais endroit au mauvais moment et qui sont désormais apatrides.

Ils méritent de recevoir des excuses sans réserve de la part d'un Premier ministre qui s'est montré être un homme disposé à dire les choses comme elles sont.

Nous sommes tous conscients que les gens ont des positions bien arrêtées concernant l'invasion de l'Irak. Le travail qui consiste à réparer les effets de la guerre doit se poursuivre non seulement pour rapprocher les pays musulmans des pays non-musulmans mais aussi pour donner à ceux qui ont été touchés par la guerre de l'espoir pour l'avenir et cela grâce à de modestes mesures destinées à créer les bases d'une confiance solide sur le long terme.

L'invasion de l'Irak a dressé un énorme mur entre le public britannique et ses politiques et a apporté de l'eau au moulin d'une partie de la population mécontente qui a voulu recourir à sa propre violence pour protester contre la guerre. La confiance qui a disparu doit se reconstruire à travers de modestes mesures dont certaines sont brièvement exposées ici. Sans celles-ci, l'héritage lourd et tourmenté de l'Irak subsistera et se répandra au Royaume-Uni.

###

*Fiyaz Mughal est le fondateur et le directeur de Faith Matters (www.faith-matters.org), une organisation qui oeuvre pour résoudre les conflits et créer une cohésion communautaire en faisant collaborer les communautés religieuses au Royaume-Uni et au Moyen-Orient. 


Tagué : cgnews

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles