Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - Lemag - publié le Samedi 15 Février à 10:52

L'ONU appelle l'Europe à "tirer les leçons" du vote suisse anti-immigration



Genève - Les experts du comité des Nations unies sur la discrimination raciale ont "regretté" vendredi le vote anti-immigration du peuple suisse, tout en invitant l'Union européenne (UE) à "en tirer les leçons et réfléchir sur la manière de repenser la politique de libre-circulation".



"Une libéralisation excessive de l'immigration est dangereuse, d'où une régulation et des mesures d'accompagnement sont nécessaires", a estimé le Belge Marc Bossuyt, membre du comité, lors de la présentation du pays helvétique de son rapport périodique.

De l'avis de cet expert, "si l'UE souhaite éviter que ne se creuse un fossé grandissant entre citoyens et autorités, elle doit tempérer certains aspects de sa politique d'immigration".

Dans ce contexte, les membres du comité onusien ont manifesté leur préoccupation des éventuelles "conséquences néfastes" du référendum de dimanche dernier en termes de discrimination envers les étrangers en Suisse, et, au-delà en Europe.

Ils ont à cet égard appelé à "une meilleure écoute" des inquiétudes des citoyens européens pour prévenir un climat de discrimination visant les étrangers en Europe. "Dans les années à venir, beaucoup de personnes subiront les conséquences négatives de cette votation en Suisse", ont-ils dit.

Certains experts ont recommandé aux autorités helvétiques de "faire davantage d'efforts pour que les étrangers ne se sentent pas désécurisés".

Mais cela n'a pas empêché Carlos Manuel Vazquez, membre américain du comité, de reprocher à l'exécutif suisse de n'avoir pas suffisamment mis en avant les effets potentiels du vote sur les responsabilités internationales de la Suisse. "La Suisse n'est pas une île, elle est liée à des normes internationales", a-t-il fait valoir.

Au lendemain du référendum tenu dimanche dernier, la commission européenne a annoncé le gel des discussions sur un accord dans le secteur de l'électricité et suspendu les programmes de coopération dans les domaines de la recherche et de la formation et au-delà.

L'UE a également mis en garde contre "les conséquences potentiellement graves" de ce vote contre la libre-circulation avec l'Europe sur l'économie helvétique qui demeure essentiellement tournée vers le marché communautaire.

"L'accès des entreprises suisses au marché commun est en danger. Les conséquences seront potentiellement graves pour la Suisse", a prévenu l'ambassadeur de l'UE à Berne.

Pis encore, le diplomate a rejeté l'idée que la confédération puisse bénéficier d'une exception à la libre-circulation des personnes, à l'instar du Liechtenstein. "Les deux pays ne sont pas comparables. La Suisse a huit millions d'habitants, le Liechtenstein 36.000", a-t-il argué.

D'après le géant de la finance, Credit Suisse, la limitation de l'immigration européenne dans le pays pourrait lui coûter jusqu'à 80.000 emplois sur trois ans.

"Les répercussions économiques du référendum sont encore difficiles à évaluer, mais crée un climat d'incertitude pour les entreprises", souligne le numéro deux bancaire du pays.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara