Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mercredi 8 Juin à 12:03

L’ONU accuse l’Érythrée de "crimes contre l'humanité" depuis 25 ans



Genève - Des enquêteurs de l’ONU ont fait état, mercredi à Genève, de "crimes contre l’humanité" en Erythrée depuis 25 ans, insistant sur l’impératif de présenter les responsables de ces violations à la Cour pénale internationale (CPI).



Dans un rapport, la commission d’enquête de l’ONU mentionne des cas d'esclavage, de disparition forcée, de torture, de discrimination ou encore des exécutions extrajudiciaires. Ce second document du genre, présenté par la commission mise en place en 2014 à l'initiative du Conseil des droits de l'Homme, cible évoque également des détentions arbitraires et des violences sexuelles. L'absence d'institutions démocratiques dans le pays a contribué à un "climat d'impunité" pour les crimes contre l'humanité depuis 25 ans, a souligné le président de la Commission, Mike Smith, affirmant que "ces crimes ont encore lieu actuellement". 

M. Smith appelle le conseil de sécurité à saisir la Cour pénale internationale (CPI) et tous les mécanismes adaptés pour traduire les responsables de ces crimes à la justice. Il a aussi demandé au conseil d'imposer des sanctions comme des interdictions de voyager ou des gels d'avoirs, en plus de l’établissement d’un mécanisme d'investigation et de poursuite des auteurs des crimes.

La commission souligne qu’aucune amélioration sur la situation des droits humains dans ce pays n'a été constatée depuis le premier rapport. En 2015, plus de 47.000 Erythréens avaient demandé l'asile en Europe, suite à quoi les enquêteurs exhortent les pays à leur accorder le statut de réfugié.

Parmi les recommandations présentées au Conseil des droits de l'Homme, la commission d'enquête appelle à la mise en œuvre de la Constitution de 1997 et à la ratification de plusieurs conventions garantissant les droits humains. "La conscription militaire doit être ramenée à un an et demi au maximum comme prévu", exigent les enquêteurs, notant que d'autres partis doivent être autorisés et des élections démocratiques organisées.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara