Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



Kamal Znidar - publié le Mercredi 20 Novembre à 11:27

L'Islam et les droits des citoyens




L’Islam est une religion qui érige la liberté individuelle, et qui encadre l’autonomie et la libre initiative des individus dans l’organisation de leur propre existence. Il est un système qui harmonise les différentes actions des membres de la nation et éloigne le spectre de la « loi de la jungle » qui règne la communauté lorsque chacun est libre d’agir à sa guise.



L’Islam est un mode de vie qui dénonce l’esclavage de l’Homme par l’Homme et le favoritisme judiciaire. Il proclame l’égalité devant la Loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de statut socioprofessionnel, de race, de sexe, ou de religion. Tous les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les citoyens sont tous libres et responsables des affaires de la nation. Ils décident eux-mêmes de leurs actions collectives et ont une marge de liberté pour ouvrir des projets personnels.

L’Islam est une organisation dans laquelle le peuple peut exercer librement ses droits (droit de vote, éligibilité, droit d’audit, liberté d’expression, liberté d’opinion, droit de réunion, liberté d’association). Il est un fonctionnement qui encourage l’investissement, facilite les échanges commerciaux, assure et respecte un certain nombre de libertés économiques (liberté de la propriété privée, libre-concurrence, liberté du travail). Il suffit que chacun poursuive son activité en respectant la Loi pour que l’harmonie humanitaire se réalise.

L’Islam est un mode de vie qui encourage le travail, l’effort, et l’initiative pour provoquer une relance des activités socioéconomiques, ce qui favorise le progrès de la nation et l’ascension humanitaire. Il encourage le commerce, prône la liberté de circulation des biens et services légitimes entre les citoyens, préconise le libre-échange entre les acteurs socioéconomiques de la nation et la suppression de toutes les entraves commerciales.

La recherche de l’intérêt personnel ne constitue pas un obstacle au bien-être de la nation. A contrario, c’est précisément la recherche par chacun de son propre intérêt qui permet la réalisation et l’expansion de l’intérêt général. L’intérêt personnel finit naturellement par mener la nation au bien-être et à la prospérité. Ce qui est bon pour l’individu, l’est aussi pour la nation. Il faut exalter la libre-concurrence. Il faut « laisser faire » les individus à l’intérieur de la nation et « laisser passer » leurs produits marchands ou non-marchands. Le commerce est une opération économique nécessaire pour la satisfaction des besoins de la nation. Les citoyens ne peuvent pas produire l’ensemble des biens et des services dont ils ont besoin. L’activité commerciale est une bonne pratique qui ne désavantage aucun des participants. Chacun gagne ce que l’autre perd et le tout en retire des bénéfices.

Le respect des droits des citoyens doit être le but primordial de la politique intérieure et extérieure de la nation. Les citoyens doivent vivre heureux et en paix. Ils doivent être traités équitablement devant la Loi. Leur liberté individuelle et leur propriété privée sont deux droits inviolables et sacrés que nul ne peut en être privé. Ils ont droit au travail, au libre choix de travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail, à la protection contre le chômage. Ils ont aussi droit au repos et aux loisirs. Chaque citoyen a le droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille. Il a le droit à une solidarité sociale qui lui assure des revenus en cas de chômage, des soins en cas de maladie, et une formation gratuite pour ses enfants. Les citoyens ne peuvent être accusés, arrêtés, ni sanctionnés que dans les cas déterminés par la Loi. Ils sont présumés innocents jusqu’à ce qu’ils soient déclarés coupables par les autorités judiciaires. Les citoyens ont le droit de limoger les dirigeants, les fonctionnaires, et le gouvernement qui violeraient les droits précités.

Tous ces droits ne pourront être respectés que si la paix et la justice sont assurées. Pour que les droits des citoyens soient respectés, il suffit que la nation ne les viole pas et veille à leur respect sur l’ensemble de ses territoires. Il faut, en plus, que la nation fasse un effort pour lutter contre le chômage, la pauvreté, et assurer l’égalité et la sécurité nationales.


Tagué : Kamal Znidar

               Partager Partager