Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Tracés Nomades- Voyages à travers les écritures à Dar Bellarj: Voilà... | via @lemagMaroc https://t.co/GUkHh4g14o https://t.co/jGJNtDHv14



Centre d’Etudes Internationales - publié le Samedi 28 Juillet à 12:16

L’Initiative nationale pour le développement humain : quelle place pour la lutte contre l’exclusion dans le milieu urbain ?




Depuis plus d’une décennie, le Maroc mène une politique volontariste de développement social et humain, qui met le citoyen au centre des priorités. En ce sens, de nombreux programmes de développement socio-économique ont été adoptés dans la perspective d’assurer une amélioration de la qualité de vie des populations dans toutes les régions du royaume. Ainsi, l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), fruit d’une volonté royale, apparaît comme le plus grand chantier de développement humain initié au Maroc. Cette Initiative constitue une expression forte de la volonté du souverain de faire du développement humain, à la fois une finalité et un facteur stimulant de la croissance et du développement socioéconomique. Que le roi Mohammed VI procède personnellement au lancement de l’INDH, est un signe de l’engagement des hautes autorités du Maroc dans la lutte contre la précarité et l’exclusion sociales. Initiée en 2005, l’INDH est un plan de développement socio-économique intégré, qui s’inscrit dans le cadre d’une dynamique globale de réformes lancée depuis une décennie. Cette Initiative définit une stratégie de développement socioéconomique pluriannuelle et multidimensionnelle.



L’Initiative nationale pour le développement humain : quelle place pour la lutte contre l’exclusion dans le milieu urbain ?
Cela dit, l’INDH est composée de nombreux programmes sectoriels qui ciblent des domaines socioéconomiques bien définis. Parmi ces programmes, l’on peut citer le programme de l’INDH de lutte contre l’exclusion dans le milieu urbain. En effet, la mise en place de ce programme est justifiée par les mutations démographiques et territoriales que connaît le Maroc depuis quelques années. Il est également justifié par la nécessité de faire face aux défis socioéconomiques qu’impose l’évolution rapide de la population urbaine. Fondées sur une volonté de favoriser les opérations de développement humain au niveau des quartiers les plus défavorisés, les actions de ce programme visent à éliminer l’exclusion sociale et à réduire la pauvreté dans les milieux urbains et périurbains à travers l’amélioration des conditions de vie et le renforcement de la réinsertion.  Ce programme s’articule autour de trois axes à savoir, la réduction des déficits sociaux dans les milieux urbains et ruraux, la promotion des activités génératrices de revenu et l’aide aux personnes en situation précaire.

Par ailleurs, les projets sociaux, initiés dans le cadre de ce programme, occupent une part importante du budget de l’Etat. A titre illustratif, la région de Fès-Boulemane a pu bénéficier à elle seule, dans le cadre de ce programme, au titre de la période allant de 2006 à 2010, d’une enveloppe financière de l’ordre de 169 millions de dirhams, ayant contribué au financement de nombreux projets locaux. Ainsi, grâce à ce financement, 336 projets ont vu le jour et près de 540.000 personnes ont pu en bénéficier. Ces projets visent essentiellement l’amélioration de l’accès aux infrastructures de base, la réhabilitation des établissements scolaires, des services de santé, la promotion des espaces sportifs et la création d’activités génératrices de revenu. Ce programme a contribué à la réduction du taux de pauvreté dans 20 quartiers ciblés au niveau de la région précitée. En outre, dans la région de Boujdour, la lutte contre l’exclusion sociale dans le cadre de l’INDH a contribué au financement de 39 projets avec un budget de 23 millions de dirhams durant la période allant de 2005 à 2011. Le programme urbain de l’INDH se veut donc un mécanisme de renforcement de l’action publique, en termes de projets existants ou programmés dans les « quartiers cibles ».

In fine, nul ne peut nier que l’INDH, notamment son programme de lutte contre l’exclusion dans le milieu urbain, a sensiblement contribué à la promotion de la qualité de vie dans plusieurs quartiers défavorisés. En ce faisant, le Maroc vise à réduire les disparités sociales et à permettre à tous les citoyens de bénéficier concrètement des programmes de développement socioéconomique.



               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Octobre 2016 - 19:04 L'école, écosystème

Jeudi 6 Octobre 2016 - 12:02 Des législatives 2.0