Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Centre d’Etudes Internationales - publié le Lundi 23 Juillet à 15:32

L’Initiative Nationale pour le Développement Humain: Une approche intégrée pour la lutte contre la précarité sociale




Le 18 mai 2005, une nouvelle dynamique réformiste a été enclenchée en matière de développement humain grâce à l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH). Une initiative qui vise à promouvoir le citoyen marocain dans son environnement socio-économique.



L’Initiative Nationale pour le Développement Humain: Une approche intégrée pour la lutte contre la précarité sociale
Cela dit, depuis sa mise en place, l’INDH a permis à plusieurs projets de voir le jour. En 6 ans, plus de 22 000 projets ont été réalisés, nécessitant un investissement de 14,1 milliards de dirhams. Au total, ce sont plus de 5 millions de personnes qui ont pu bénéficier des différents programmes mis en place par l’INDH. Cette dernière a ainsi permis la scolarisation de 84 000 personnes, mais a également donné les moyens d’assurer des soins médicaux à 346 000 citoyens en difficulté, ou encore de créer 40 000 emplois.

Ces chiffres témoignent du rôle important que joue cette Initiative en matière de promotion du bien-être. Ainsi, en raison de son bilan positif et de ses réalisations socio-économiques, le roi Mohammed VI a décidé, dans sa lettre adressée aux participants au Forum du développement humain, qui s’est tenu à Agadir les 1er et 2 novembre 2010, de rééditer l’expérience de l’INDH avec un nouveau programme qui s’étendra sur la période allant de l’année 2010 jusqu’à l’année 2015.

Cette période, qualifiée de deuxième phase de l’INDH, nécessitera un investissement de 17 milliards de dirhams, dont l’Etat assurera le financement à hauteur de 55,29%. Cette enveloppe budgétaire sera répartie entre le budget général de l’Etat, avec une somme de 9,4 milliards de dirhams, les collectivités locales avec 5,6 milliards de dirhams, les départements ministériels et établissements publics avec un milliard de dirhams et enfin la coopération internationale avec un milliard de dirhams.

Fruit de la philosophie sociale du roi Mohammed VI, cette Initiative met l’être humain au centre de tout développement socio-économique. En effet, dans son discours du 18 mai 2005, le roi Mohammed VI a clairement précisé que l’INDH ne constitue nullement un projet ponctuel ni un programme conjoncturel dicté par les circonstances.

Il s’agit d’un immense chantier de règne qui s’inscrit dans les Objectifs du millénaire pour le développement, et qui répond fondamentalement à un besoin de mise à niveau socio-économique de la société marocaine. Elle traduit également un changement de méthode dans l’action de l’Etat en matière sociale, dans la mesure où elle se fonde sur une politique de ciblage à la fois des personnes et des zones géographiques.

L’INDH s’inscrit de ce fait dans le cadre d’une vision d’ensemble destinée, entre autres, à consolider l’Etat de droit, à entamer des réformes et des projets structurants générateurs de croissance et de revenu et à promouvoir le développement humain axé sur les principes de bonne gouvernance. S’appuyant sur des expériences antérieures, cette Initiative reflète un volontarisme politique exprimé au plus haut niveau de l’Etat pour imprimer une nouvelle stratégie sereine dans la lutte contre la précarité et l’exclusion sociale.

En effet, l’INDH est fondée sur une vision intégrée et globale du développement socioéconomique et humain visant à lutter contre les déficits sociaux et à mettre en place les bases d’un développement harmonieux des villes et des campagnes marocaines.

Suivant une démarche déconcentrée, l’INDH se propose de renforcer l’action de l’Etat et des collectivités locales, sans pour autant se substituer aux programmes sectoriels ou aux plans de développement économique et social des collectivités locales. Ainsi, dans sa deuxième phase, cette Initiative élargira son champ d’action à 701 communes rurales et à 530 quartiers urbains défavorisés. Les divers programmes de cette Initiative visent notamment à lutter contre la précarité, la pauvreté et l’exclusion sociale, à travers le soutien, notamment financier, aux diverses activités génératrices de revenu. Ainsi, en ce qui concerne la lutte contre la pauvreté, l’objectif de l’INDH, dans sa deuxième phase, est de passer de 30% à 14%.

Dans le monde rural, ce programme bénéficiera d’une enveloppe budgétaire de 3,1 milliards de dirhams qui
profitera essentiellement aux individus à besoins spécifiques, aux enfants et aux femmes en situation difficile, outre la contribution à la création de projets générateurs de revenus, la qualification professionnelle, et le soutien des secteurs de l’enseignement et de la santé. La lutte contre l’exclusion sociale en milieu urbain est au centre des programmes de la deuxième phase de l’INDH.

A cet effet, une enveloppe de 3,4 milliards de dirhams sera consacrée à la lutte contre toutes les formes de l’exclusion sociale dans le milieu urbain, notamment dans les quartiers les plus défavorisés. L’enjeu est de renforcer l’accès aux services publics de proximité et aux équipements urbains de base. Un programme dédié à la mise à niveau territoriale a été adopté et qui devrait profiter à un million de bénéficiaires, c’est-à-dire à 3300 douars de 22 provinces. Doté d’une enveloppe de 5 milliards de dirhams, ce programme est le fruit de partenariats entre plusieurs Ministères et Offices.

L’objectif est donc d’améliorer les conditions de vie des populations de certaines zones enclavées et de réduire les disparités en matière d’accès aux infrastructures de base, d’équipements et de services de proximité. Ces programmes très ambitieux témoignent de l’engagement de l’Etat et de la volonté des plus hautes autorités de lutter contre la précarité et la pauvreté au Maroc, et d’assurer un développement socioéconomique harmonieux et intégré.

In fine, il convient de souligner que, grâce aux programmes et chantiers initiés dans le cadre de l’INDH, de nombreux projets socioéconomiques ont vu le jour et une nette amélioration des activités génératrices de revenus a été enregistrée.



               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles