Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mardi 24 Mai à 16:05

L'IRES recommande la promotion de la coopération internationale pour la gestion des risques de catastrophes naturelles au Maroc



Rabat - L'Institut Royal des études stratégiques (IRES) recommande la promotion de la coopération régionale et internationale pour réduire les risques des catastrophes naturelles au Maroc.



Intitulé "Anticipation et gestion des risques d'évènements climatiques extrêmes et de catastrophes naturelles au Maroc", ce rapport souligne l'importance de s'inscrire dans des initiatives régionales et internationales, tout en veillant à leurs mises en œuvre, notamment la stratégie internationale du Cadre d'action de Hyōgo, la stratégie arabe, la stratégie africaine et la stratégie islamique.

Ce rapport, qui vient d'être publié sur le site électronique de l'IRES, met également l'accent sur la nécessité de promouvoir la participation à des réseaux de recherches régionaux et internationaux dans le domaine de gestion des risques de catastrophes.

Selon cette étude, il faut mettre en place un cadre et des mécanismes juridiques et institutionnels pour la réduction des risques de catastrophes au Maroc.

"Ceci devrait passer par la mise en place d’une plateforme nationale pour la réduction des risques de catastrophes. Cette plateforme, à caractère interministériel et dotée de mécanismes de fonctionnement clairs, se chargerait de la mise en place d'une politique nationale et coordonnerait la mise en œuvre de la stratégie nationale de gestion des risques de catastrophes", lit-on dans ce document.

L'IRES plaide aussi pour la promotion de la coordination intersectorielle, en vue de renforcer la résilience des communautés aux catastrophes, la mise en place d'un programme de sensibilisation de la population et d'éducation pour imprégner la gestion des risques de catastrophes dans la culture des Marocains, le développement de programmes de mitigation et de réduction des risques, à travers des mesures structurelles et non structurelles, ainsi que l'élaboration de plans de réponse, de recouvrement et de relèvement.

Le rapport recommande aussi l’élaboration d’un texte de loi régissant la gestion des risques de catastrophes dans le pays et la sensibilisation aux plus hauts niveaux de la sphère politique, afin de faire de la gestion des risques de catastrophes une priorité nationale et de l’intégrer dans le processus durable du pays.

L’étude, qui relève la vulnérabilité du Maroc aux extrêmes climatiques, est favorable à la promotion du transfert des technologies et de la recherche scientifique et de leur mise en œuvre pour la réduction des risques de catastrophes.

Cette étude démontre, à l’aide de chiffres et données scientifiques, les impacts des risques climatiques extrêmes sur l’économie nationale et analyse la structure du système de gestion des catastrophes naturelles.

La vulnérabilité du Maroc aux extrêmes climatiques est aggravée par de multiples contraintes biophysiques telles que la désertification, la diminution des ressources hydriques et la dégradation des écosystèmes, qui réduisent les moyens d’existence de la population et limitent leurs capacités d’adaptation.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara