Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM


COURRIER INTERNATIONAL | JOSEPHINE RAYNAULD - publié le Mercredi 27 Août à 11:57

L’Espagne s'excuse pour le contrôle accidentel de Mohammed VI



Le roi du Maroc a appelé Felipe VI pour se plaindre d'une inspection de son yacht par la garde civile espagnole. L'événement n'est pas le premier du genre.



Le roi d'Espagne, Felipe VI (g) et le roi du Maroc, Mohammed VI (d), lors de la première visite officielle du monarque espagnol au Maroc, le 15 juillet 2014 - AFP PHOTO/FADEL SENNA
Le roi d'Espagne, Felipe VI (g) et le roi du Maroc, Mohammed VI (d), lors de la première visite officielle du monarque espagnol au Maroc, le 15 juillet 2014 - AFP PHOTO/FADEL SENNA
"Vous ne me reconnaissez pas ?" a demandé, surpris, un passager du yacht que souhaitaient inspecter des membres de la garde civile espagnole. "Non", ont-ils répondu, avant de distinguer les traits de Mohamed VI, roi du Maroc, quand celui-ci enleva ses lunettes de soleil. Les agents ont alors interrompu leur opération de contrôle, ce qui n'a pas dissuadé le monarque, qui détient une résidence à 15 km à l'est de l'enclave espagnole de Ceuta, de se plaindre auprès du roi espagnol Felipe VI.
 
Il devait s'agir d'une intervention routinière dans les eaux de Ceuta. Le 7 août, deux bateaux de plaisance et trois jets ski qui naviguaient à deux milles marins de Punta Almina avaient attiré l'attention de l'équipage, relate El Mundo. Une nouvelle mode consiste en effet à introduire à bord de ce type de véhicule des immigrants subsahariens ainsi que de la drogue dans les villes autonomes espagnoles. D'où les suspicions de la garde civile.
 
"Heureusement que le sergent est expérimenté et qu'il a très vite compris la situation", a commenté une source témoin de l'événement, citée par le quotidien espagnol. "Si cela était arrivé à un jeune tout juste sorti de l'académie, il aurait mis les menottes au roi", a-t-elle ajouté, inquiète d'une possible détérioration des relations entre l'Espagne et le Maroc.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus