Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


Lemag - Agence - publié le Mardi 8 Avril à 15:07

L'Espagne "incapable" de juger 8 narcotrafiquants égyptiens



Madrid - L'Audiencia Nacional, la plus haute juridiction pénale espagnole, a été contrainte mardi de libérer 8 trafiquants de drogue égyptiens, à cause de l'entrée en vigueur de la réforme sur la justice universelle, rapporte la MAP.



Siège de l'Audiencia Nacional à Madrid
Siège de l'Audiencia Nacional à Madrid
Les huit égyptiens avaient été interpellés en mars dernier suite à l'interception d'un bateau par la douane espagnole dans la mer d'Alboran, en Méditerranée à 60 miles nautiques de la côte espagnole, avec à son bord 10 tonnes de haschisch.

Le magistrat Fernando Andreu de l'Audience nationale explique cette décision par le fait que la réforme de la justice universelle, qui était appliquée dans les tribunaux espagnols, a "retiré la compétence" au tribunal madrilène dans ce domaine, selon des sources judiciaires.

Le juge a pris cette décision de libérer ces Egyptiens contrairement à l'avis du Parquet antidrogue de l'Audience nationale qui invoque la compétence du tribunal espagnol en vertu des conventions internationales en matière de lutte contre le trafic de drogue.

Le magistrat Andreu souligne que les trafiquants ne sont pas des Espagnols de même que le bateau, "qui n'a pas été intercepté dan les eaux territoriales espagnoles", et a décidé ensuite de "classer" ce dossier.

La loi, qui introduit de nouvelles limites au principe de Justice universelle qui permettait aux tribunaux espagnols d'entamer des poursuites sur des faits commis à l'étranger, est entrée en vigueur le 15 mars dernier.

La réforme de ce principe avait été proposée par le Parti Populaire (PP, au pouvoir). Le nouveau texte, adopté par les deux chambres du parlement espagnol, a été critiqué par les partis de la gauche, les organisations de défense des droits humains ainsi que par des juges de l'Audience nationale, rappelle-t-on.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara