Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Afrique: la diplomatie algérienne multiplie les impairs à cause du... | via @lemagMaroc https://t.co/GvkvQIop7S https://t.co/fhLnSnexyU



Ali Majdoub - publié le Jeudi 4 Avril à 11:41

L’Agence française de développement et le financement des projets structurants au Maroc




Aspirant à jouer un rôle plus important sur la scène méditerranéenne, le royaume chérifien affiche une ferme volonté de s’ouvrir sur son environnement international et demeure l’un des rares pays du Sud qui bénéficient du statut avancé avec l’Union européenne.



L’Agence française de développement et le financement des projets structurants au Maroc
Durant la dernière décennie, la croissance économique a connu une accélération et les indicateurs sociaux se sont améliorés, grâce notamment à des stratégies sectorielles bien définies. L’Agence française de développement (AFD) accompagne le royaume dans sa dynamique réformiste à travers le financement des projets structurants.
 
Présente au Maroc depuis plus de deux décennies, les objectifs de l’Agence sont multiples. En premier lieu, il est question de renforcer la compétitivité économique du pays et de consolider son ouverture sur les plans, régional et international. A ce niveau, l’AFD accompagne les entreprises marocaines dans leurs efforts de modernisation, participe à la mise en place des plateformes industrielles intégrées et des pôles de compétitivité ainsi qu’à la mise à niveau des infrastructures de transport. En second lieu, l’AFD attache une attention particulière au développement des activités créatrices d’emploi, surtout au niveau industriel et touristique. 

En outre, l’Agence intervient dans le domaine de la formation professionnelle, particulièrement dans les secteurs du tourisme, celui des énergies renouvelables et du transport. En troisième lieu, l’Agence contribue à la réduction des inégalités sociales et interrégionales à travers la participation dans des programmes visant la généralisation de l’accès à la santé et à l’éducation, l’amélioration de l’offre des transports publics et des logements sociaux en milieu urbain, sans oublier le développement du tissu économique en milieu rural. En dernier lieu, l’AFD contribue à la préservation de l’environnement, via notamment l’appui aux énergies renouvelables, en plus de son engagement en faveur de la rationalisation de l’eau et de la protection de la biodiversité.
 
Dans le prolongement de son engagement avec le Maroc, l’AFD a signé, en 2012, huit conventions de crédit pour un montant global estimé à 831,3 millions d’euros, soit une progression de 118% par rapport à l’année 2011 et de 377% par rapport à 2010. 
 
D’une part, ces financements accompagnent la mise en œuvre des stratégies sectorielles. Ainsi, il est question d’un prêt de 100 millions d’euros destiné au Plan solaire marocain à travers le financement de la première phase du projet de la centrale d’Ouarzazate. En outre, un montant de 50 millions d’euros et une subvention de 300 000 euros sont destinés au Plan Maroc Vert dans son deuxième pilier relatif à l’agriculture solidaire. Par ailleurs, l’Agence a débloqué 150 millions d’euros en faveur de MEDZ, filiale de la holding CDG Développement, montant destiné à l’aménagement de plateformes industrielles intégrées dans le cadre du Pacte national pour l’émergence industrielle.
 
D’autre part, l’AFD souhaite contribuer au financement d’autres projets structurants. Dans ce cadre, elle a accordé un montant de 180 millions d’euros à l’Office Chérifien des Phosphates (OCP), qui vise à développer le traitement des eaux usées et le dessalement de l’eau de mer. En outre, dans le secteur du transport, l’Agence finance l’Office National des Chemins de Fer (ONCF) à hauteur de 220 millions d’euros destinés au développement du projet de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) liant Kenitra à Tanger, et a participé au financement du tramway de Casablanca avec 23 millions d’euros. Par ailleurs, l’AFD, qui participe avec un montant de 50 millions d’euros au projet d’extension des ports mené par l’Agence Nationale des Ports (ANP), contribue à hauteur de 57 millions d’euros au renforcement par l’Office National de l’Electricité et d’Eau potable (ONEE) du réseau de transport d’électricité. 
 
Depuis le démarrage de son activité au royaume en 1992, l’AFD a débloqué plus de 2,7 milliards d’euros destinés au financement de grands projets menés par le Maroc, qui est devenu le premier bénéficiaire des financements de l’agence française. Il faut dire que grâce à sa bonne connaissance du terrain et à son expertise, l’AFD est devenue opérationnelle au niveau des différents secteurs d’activité.


Tagué : Ali Majdoub

               Partager Partager