Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


Abderrahman BENHAMZA - publié le Mardi 29 Septembre à 12:36

Khadija el Fahli, Fraîcheur et simplicité





Khadija el Fahli
Khadija el Fahli
Née en 1956 à Sidi Kacem, Khadija el Fahli enseigne à Casablanca où elle vit et travaille. Elle s’est donnée à la peinture depuis les années du lycée. Autodidacte comme le sont la majorité des peintres naïfs, elle s’est forgée une démarche et a acquis une perception des formes qui ne sont qu’à elle. Elle expose pour la première fois et c’est à la galerie rbatie D’artlouane, du 19 septembre au 10 octobre 2015.

Ce qui saute aux yeux à première vue et étonne à la fois dans le travail pictural de Khadija el Fahli, c’est le type de composition auquel elle procède, qui pourrait faire parler à ce propos de style de peinture propre : des séries de petites cases colorées se superposant et meublant l’ensemble de la toile, tableaux miniaturisés délicatement peints et communiquant entre eux par de secrètes harmonies lumineuses et tonales. Le tout s’inscrit dans une scénographie particulière sur le mode naïf : aucune place n’est laissée au vide sans que ce soit du remplissage ; il s’agit bel et bien d’une peinture de l’oralité dont le discours narratif est interminable.

El Fahli « construit » ses œuvres comme le ferait une bonne tapissière un tant soit peu créative, avec un sensible intérêt pour l’aspect décoratif au niveau des touches vives et du trait, dont la manipulation prend parfois des libertés quasi farfelues …

L’artiste construit donc mais raconte aussi, les cases devenant des fenêtres discursives s’ouvrant sur le monde traditionnel marocain, son architecture d’antan, sa culture populaire, son vestimentaire pittoresque, son ambiance chromatique locale, de vieille médina arabo-musulmane… El Fahli recrée un habitus social certes de plus en plus crépusculaire, elle en rappelle le charme suranné et en suscite la nostalgie.

La mémoire est présente dans cet univers auquel l’imaginaire enfantin apporte u surplus de fraîcheur. Khadija el Fahli reste fidèle à ses racines et à son identité, elle cherche à en revaloriser les caractéristiques profondes, comme un héritage commun à sauvegarder, loin de toute démonstration vaine. Une artiste à suivre.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara