Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM



Kamal Znidar - publié le Vendredi 17 Janvier à 22:30

KSM, une victime de plus de la Qaïda




Khalid Sheikh Mohammed (KSM), le cerveau des attaques du 11 septembre, détenu aujourd'hui à la prison de Guantanamo, ignore apparemment ce que c'est la Qaïda.



« Le concept d'auto-défense est décrit par toute constitution ou loi internationale comme le droit inhérent à toute personne dont la terre est occupée et dont le peuple est attaqué ». C'est par ces mots que KSM a expliqué et justifié les crimes commis par son groupement terroriste.

« Ne croyez pas ceux qui prétendent que les Moudjahidines combattent les infidèles pour les convertir à l'Islam ou que nous vous combattons parce que vous défendez la démocratie, la liberté ou que vous prétendez détenir les droits de l'homme (…) ils cachent la raison pour laquelle les Moudjahidines ont organisé les attaques du 11 septembre et la vérité sur la guerre contre le terrorisme », a affirmé KSM dans un manifeste rédigé en octobre 2013.

En parlant de la da'wa islamique, Khalid Sheikh Mohammed a mis les points sur les i et a assuré que l'utilisation de la violence pour répandre l'Islam est interdite par le Coran. « Le Saint Coran nous interdit d'utiliser la force pour la conversion (…) la vérité et la réalité ne s'obtiennent jamais par les muscles et la force mais en mettant à profit l'esprit et la sagesse », a dit le cerveau des attaques du 11 septembre.

Ce qui a été dit par Khalid Sheikh Mohammed est beau. Mais sa beauté est incompatible avec la réalité de la Qaïda. KSM s'il était assez attentif à ce qui se passe sur l'échiquier géopolitique international en concomitance avec les opérations de ce groupement terroriste, il saurait que la Qaïda n'est qu'une carte parmi d'autres que l'USA utilise pour assurer la réussite de ses plans impérialistes.

Partout où la Qaïda frappe, la machine américaine enregistre des gains. Les malheurs des peuples sinistrés par le terrorisme de la Qaïda ont toujours fait le bonheur des dirigeants américains. Depuis sa création lors des enjeux de guerre afghane contre l'union soviétique, jamais une seule opération de la Qaïda n'a eu lieu sans apporter avec elle un avantage à la superpuissance américaine.

Suite à chaque opération de ce pur produit américain, il y'a toujours eu une escalade guerrière, une intensification des opérations géostratégiques pour repositionner les forces américaines sur le terrain, une occupation militaire… la moindre des choses, des pressions politiques pour pousser des parlements à adopter des lois répressifs et intrusifs à l'égard des libertés et des droits des ennemis de l'impérialisme américain.

Ceci on l'a vu en Afghanistan comme on l'a vu au Maroc, en Libye et on le voit toujours en Syrie, en Irak et de temps en temps en Iran. Derrière chaque opération de la Qaïda se cache un gain pour l'USA et un coup dur aux ennemis de sa politique extérieure. Même au Palestine, la Qaïda est utilisée pour déstabiliser le processus de paix et conforter les thèses d'Israël "l'allié n° 1 de l'USA" sur la sécurité et le maintien des colonies israéliennes.

Au Palestine, la Qaïda est aussi utilisée pour liquider les pires ennemis de la machine sioniste : l'assassinat de Vittorio Arrigoni, le témoin objectif et éloquent des répressions et des tueries israéliennes dans la bande de Gaza avant, pendant et après l'opération Plomb Durci… Mais ceci, apparemment KSM l'ignore.

Les cerveaux de la Qaïda ont réussi la manipulation de Khalid Sheikh Mohammed. Ils l'ont poussé à croire qu'il est un soldat qui défend les intérêts du monde musulman alors qu'en réalité ils ont fait de lui une carte qui défend les plans impérialistes des pires ennemis de l'Islam et des musulmans.


Tagué : Kamal Znidar

               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Octobre 2016 - 19:04 L'école, écosystème

Jeudi 6 Octobre 2016 - 12:02 Des législatives 2.0