Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM



Larbi Amine - publié le Samedi 30 Mai à 00:06

Juriste français: Le Sahara marocain a le potentiel de devenir ‘une nouvelle Californie’




Paris : Hubert Seillan, juriste français, concepteur d’un enseignement transdisciplinaire dit ‘le droit du danger’ a coorganisé à Bordeaux un séminaire sur le Sahara marocain, sous le thème ‘Sécurité et développement’.



Hubert Seillan
Hubert Seillan
Hubert Seillan a déclaré vendredi, à Bordeaux que le Sahara marocain a le potentiel de devenir une ‘nouvelle Californie’. Le juriste français, interviewé au sujet du séminaire sur le Sahara, qu’il vient d’organiser à Bordeaux, par le site du journal français, Sud Ouest, a indiqué que les provinces du sud, qui bénéficient depuis leur libération par le Maroc de l’occupation espagnole, d’une attention particulière en matière de développement, profitent, en dépit de l’hostilité active du pouvoir algérien, ‘‘d’une cohésion sociale, de paix et de développement’’.

Selon Seillan, les autorités algériennes échouent à déstabiliser, de l’intérieur, le territoire, ce qui réduit le contentieux autour de lui à ‘‘un état de conflit extérieur’’ et ce fait, relève le juriste français, est justement le ferment de la cohésion sociale, de paix et de développement, suscités.

‘Le Mur de sécurité au Sahara n’est plus la réponse’

Hubert Seillan a souligné qu’à travers le grand désert nord africain, de l'Atlantique à la mer Rouge, émerge un terrorisme extrémiste religieux à métastases dans plusieurs régions de cette grande aire.

Face à ce danger qui n’épargnerait personne si non endigué, fixé et détruit, Seillan, indique que :
‘‘On ne peut plus répondre par des dispositifs de protection, à l'instar du mur frontière installé par le Maroc’’.

Il faut, a-t-il plaidé, ‘‘une coopération régionale’’. Or regrette-il, ‘‘l'opposition historique de l'Algérie à y admettre le Maroc’’ est une catastrophe pour tout le monde, dans la région et au delà.
   
Seule, la réponse militaire, relève Hubert Seillan, serait néfaste si elle fait écran aux objectifs du développement et c’est justement à ce niveau là, que le modèle marocain, notamment sa gestion au Sahara, qui fait combinaison des actions sécuritaires, économiques et culturelles, lui confère une légitimité pour répondre aux dangers transfrontaliers dans la région.

               Partager Partager