Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mercredi 23 Mars à 11:42

Jouahri : "La liquidation judiciaire de la Samir ne veut en aucun cas dire fermeture de la raffinerie"



Rabat - La liquidation judiciaire de la Samir, Société marocaine spécialisée dans le raffinage des produits pétroliers, "ne veut en aucun cas dire fermeture de la raffinerie", a affirmé, mardi à Rabat, le gouverneur de la banque centrale, Abdellatif Jouahri.



"Après la liquidation judiciaire de la Samir, il y aurait peut-être un autre preneur, Etat ou entreprise", a estimé M. Jouahri lors d'un point de presse à l'issue de la réunion trimestrielle du Conseil d'administration de BAM.

Le tribunal de commerce de Casablanca a prononcé, lundi, la liquidation judiciaire de la Samir, en raison de la situation critique de l'entreprise. 

La décision de liquidation intervient après le refus par le président du tribunal de commerce du règlement à l'amiable demandé par le raffineur, justifié par les conclusions d'une expertise qui a fait état de difficultés financières de la société.

Le management du raffineur avait, en effet, assuré à la Cour que plusieurs de ses créanciers s'engageaient à renégocier avec la SAMIR de manière à le sortir de sa crise actuelle.

La procédure de liquidation devrait démarrer d'ici juin prochain, mais le tribunal a tout de même autorisé la SAMIR à poursuivre son activité pendant trois mois, sachant que l'exploitation de la raffinerie est déjà suspendue depuis août dernier.

Cette affaire a retenu l'attention des milieux économiques et financiers pendant plus de huit mois, sachant que durant trois séances de délibération, la direction de la société n'a pas été en mesure de convaincre le tribunal de payer le cumul des dettes envers les créanciers, estimées à plus de 43 milliards de dirhams.

Ainsi, sans engagements clairs de la part de l'actionnaire de référence qui avait refusé d'augmenter le capital comme cela avait été convenu lors de l'Assemblée générale d'octobre dernier, le tribunal a estimé que la Samir n'avait plus aucune chance de survie et décidé sa liquidation au lieu de sa restructuration judiciaire.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara