Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


MAP - publié le Mardi 16 Juin à 10:22

Jean-Marc Maillard : La sortie de Sellal révèle un "sentiment de frustration" face aux succès du Maroc



Genève - Les propos belliqueux du premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, sur le Sahara marocain sont révélateurs d'un "sentiment de frustration" face aux succès du Royaume, a affirmé le spécialiste suisse du monde arabe, Jean-Marc Maillard.



Abdelmalek Sellal
Abdelmalek Sellal
Dans une déclaration lundi à la MAP, M. Maillard a souligné que "la position légitime du Maroc ne va pas être entravée par l'attitude de M. Sellal, certainement irrité de constater la détermination marocaine à développer les relations Sud-Sud comme le confirme si bien la tournée royale en Afrique".

Ce genre de propos récurrents des dirigeants algériens représente "un aveu de faiblesse de leur position et pas seulement sur ce dossier", a fait observer l'expert lausannois, en relevant que la politique d'ouverture constante du Royaume a conduit à un climat stable et favorable au développement économique et social.

Il a à cet égard considéré que "les chiffres de la croissance et des exportations sont tout à fait remarquables et peuvent susciter l'envie du grand voisin chamailleur" d'autant plus que la stabilité est un critère clé du Maroc, "un pays peu sensible aux aléas politiques".

"Cela peut bien évidement provoquer un sentiment de frustration", a dit l'expert, estimant que "ce ne sont pas ces considérations qui freineront le Royaume dans sa volonté d'apporter la stabilité à toute la région dans une constance remarquable que personne ne peut ignorer".

De l'avis de M. Maillard, l'utilisation d'un vocabulaire hargneux ne sera jamais l'apanage du gouvernement marocain qui préfère les négociations diplomatiques où l'intérêt de la population reste au centre des priorités contrairement à ce que le discours algérien voudrait faire croire.

"Avec cette nouvelle manœuvre sur la question du Sahara, le code de conduite morale du gouvernement algérien apparaît à nouveau sous son plus mauvais jour et cela est tout simplement désolant", a-t-il conclu.

Le conflit du Sahara dit "occidental" est un différend régional imposé au Maroc par l'Algérie qui finance et héberge sur son territoire à Tindouf le front polisario. Ce mouvement séparatiste, soutenu par le pouvoir algérien, revendique la création d'un Etat factice au Maghreb. Cette situation bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une intégration économique et sécuritaire dans la région maghrébine.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara