Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz



Mokhtar Chaoui - publié le Mardi 25 Août à 20:52

Je voterai quand...




élections - Partis politiques - vote - mascarade -



Je voterai quand...
Ces derniers temps, les partis politiques et leurs ouailles se sont réveillés après des années d’hibernation. Ils sont sortis, ils sont tous là, même ceux qui ont montré à maintes reprises, preuves à l’appui, leur incompétence, leur cupidité, leur servitude, leur lâcheté… Ils sont sortis, ils sont tous là, même ceux qui ont volé, volé, volé l’argent public, qui devaient être aujourd’hui derrière les barreaux ; non pas sur les sièges de certains ministères. Ils sont sortis, ils sont tous là, bla 7ya, bla Hechma… Ils sont sortis, ils sont tous là, parce qu’ils savent qu’ils seront, pour la énième fois, soutenus par des MOUTONS qui ont la mémoire courte, qui croient encore au Père Neuneu et qui peuvent vendre leur mère pour 50 dhs. Ils sont sortis, ils sont tous là parce qu’ils savent qu’ils seront reconduits dans leurs fonctions de ronfler, de mentir, de voler et surtout de se prosterner.

Et progrès cybernétique exige, Ils sont partout, ils sont tous là, surtout sur les réseaux sociaux. Ils se bousculent pour changer le Maroc. Ils se bousculent pour sauver le Maroc. Ils se bousculent par amour pour le Maroc. Ils s’égosillent à crier leur patriotisme, leur intégrité, leur altruisme. Et comme leur seule bouche ne suffit pas, ils font travailler leurs sous-fifres qui s’épuisent à poster leur programme, à partager leurs promesses, à débiter leurs mensonges. Y’en a même qui promettent d’organiser les Jeux Olympiques à Casablanca. Yaa Salaaaaaam !!! Et quoi encore ?

De tout cela, je ne peux que sourire. Je peux même comprendre et compatir, car ces gens, en fin de compte, font leur boulot de politicards qui se respectent, c’est-à-dire, mentir pour assujettir et promettre pour s’enrichir.

Le pire dans tout cela, c’est de constater que beaucoup de personnes, des intellos za3ma, jouent leurs jeux et s’époumonent à poster les programmes des partis politiques, à nous bassiner avec leurs laïus surannés sur l’importance de voter, à inviter les gens à participer à la mascarade au nom du civisme, du patriotisme et de la démocratie, ou plus exactement de « daymoumatou l’karassi » (dixit El Kadafi). Car pour moi, et ça n’engage que moi, JE CONTINUE DE PENSER QUE LES ELECTIONS, TOUTES LES ELECTIONS AU MAROC, SONT UNE PURE MASCARADE. Libre à chacun de croire que le Maroc a changé ; libre à chacun de croire que les élections de 2015 seront propres ; libre à chacun de croire que parce que le Roi en personne a appelé à voter pour les incorruptibles, cette fois-ci, ça sera la bonne. Regardez autour de vous. Scrutez les têtes qui ont été accréditées par leur parti et casez-les sur l’échelle de l’intégrité, la vraie, pas celle des génuflexions et des baises-mains, et donnez-leur une note. Si un seul, pas deux, un seul d’entre eux obtient une notre non éliminatoire, alors, je voterai. Personnellement, je ne vois que des arrivistes qui se disent : « Maintenant, c’est mon tour de me servir. »

Voilà pourquoi je n’irai pas voter, parce que, pour moi, rien n’a changé, absolument rien. Au Maroc, on a construit des routes et des autoroutes ; On a bâti des ponts et des tours, on a colmaté les crevasses de nos visages pour que l’étranger nous voit beaux, on a peint beaucoup de façades mais les mentalités sont toujours aussi obtuses, l’esprit makhzanien toujours aussi rétrograde. Les méthodes du Makhzen ont été maquillées, polies, repeintes ; elles sont plus flexibles, plus sournoises, moins rébarbatives ; mais elles sont toujours les mêmes. Le Makhzen continue de faire la pluie et le beau temps. Ses critères de l’intégrité ne sont pas les miens ; ses candidats non plus. Nous aurons beau choisir nos élus, il placera les siens et nous reprochera par la suite d’avoir voté pour des corrompus. Il changera les lois, recomposera la carte territoriale, inventera de nouvelles régions et effacera de la carte d’autres en fonction de sa continuité et non pas des intérêts des citoyens… Au final, aucun candidat n’héritera des grands postes de responsabilité sans sa bénédiction. Votez pour celui/celle que vous voulez ; le Makhzen placera celui/celle qu’il aura déjà choisi(e), et ce dans le respect des lois qu’il a lui-même réajustées à son avantage.

Quand voterai-je alors ?
Je voterai quand l’esprit du Makhzen cessera d’exister ;
Je voterai quand les votes des citoyens seront respectés ;

Je voterai quand la justice statuera sur l’affaire des vaccins périmés, dont madame l’ex-ministre responsable coule des jours heureux et a même eu le culot de se représenter aux actuelles élections ; sur l’affaire des deux appartements parisiens qu’elle a achetés dans des conditions, le moins que l’on puisse dire, louches ; sur l’affaire des primes astronomiques qu’un ministre des finances et un trésorier général du Royaume se sont octroyés ; sur l’affaire de la facture du chocolat ; sur l’affaire de la femme d’un ministre qui avait percuté un policier, sur celle du fils d’un autre ministre qui était à l’origine d’un accident devant le parlement ; sur celle du fils d’un ancien ministre de l’intérieur qui avait provoqué un autre accident sur une autoroute alors qu’il était en état d’ivresse. Je voterai quand un ministre de la jeunesse et des sports sera traduit en justice à cause du scandale du Mondialito. Je voterai quand les trente six mille affaires qui ont défrayé la chronique (CIH, BP, CNRS) dont les responsables sont les dignitaires de ce pays seront jugés et condamnés… etc., etc.

Vous me direz que la justice suit son cours. A la bonne heure ! Toutefois, elle est bien lente cette justice face aux puissants et aux politicards, expéditive lorsqu’il s’agit d’un Marocain lambda.
Je voterai aussi quand les ministres et les parlementaires ne bénéficieront plus d’une retraite à vie ; quand mes impôts et ceux de tous les Marocains seront utilisés pour construire des hôpitaux, des écoles et des universités et non pas pour financer des festivals et les vacances des seigneurs ; quand l’interdiction d’avoir des comptes bancaires à l’étranger s’appliquera à tout le monde ; quand les autorités posteront des policiers à la sortie des écoles publiques et pas seulement aux portes des écoles de la Mission ; quand nous serons, mes citoyens et moi, traités avec le même égard que les occidentaux ; quand le Maroc aura un seul gouvernement, imputable auprès de ses électeurs et non pas deux gouvernements : un de façade qui exécute les ordres et qui amuse la galerie et un autre de l’ombre constitués des conseillers du Roi.

Je voterai quand Le Maroc deviendra une véritable monarchie parlementaire.
Je voterai quand…. La liste est ouverte.

… Autant dire que je ne voterai jamais. Et si le vote devient obligatoire, je voterai blanc, car ce n’est sûrement pas de mon vivant que la mascarade cessera.

Je respecte ceux qui vont voter, qui croient encore que leur vote changera quelque chose. C’est bien de s’accrocher à un espoir. Il fait vivre, l’espoir, dit-on. Toutefois, qu’ils m’accordent le droit de continuer à cultiver l’ère du soupçon pendant qu’ils continuent à cautionner l’ère du Sir 7’ta t’ji et de 3afa lahou 3amma salaf. Ils sont des optimistes et moi un pessimiste. Je l’assume. Je leur rappelle juste qu’un pessimiste est un optimiste qui a de l’expérience.

Mokhtar Chaoui.
Ecrivain.


Tagué : Mokhtar Chaoui

               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles