Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Amel BEGHI - publié le Vendredi 8 Mars à 23:50

Je suis musulmane et féministe, et alors ?!




Je suis musulmane et je suis féministe. Je défend la cause féminine, je dénonce tout acte de violence à l’égard des femmes, que ça soit, violence morale, verbale ou physique, je dénonce le mariage précoce des petites filles qui sont censées être à l’école entrain d’apprendre, et de s’instruire, parceque c’est leur droit préliminaire, au moment ou le seul droit dont elles se jouissent et le droit de vivre, encore moins dans quelques régions du monde…je dénonce toute discrimination à l’égard des femmes, que ça soit, femme rurale, ou moderne, noire, ou blanche, voilée ou non, musulmane ou chrétienne…Je dénonce toute exploitation des femmes, et toute conception de la femme comme un simple instrument, machine, ou objet sexuel dans les mains de l’homme, je dénonce toute soumission, et je lutte contre une certaine interprétation du Coran qui conduit, dans notre société structurellement patriarcale, à opprimer les femmes.



A proximité
Amel BEGHI
Amel BEGHI
Peut-on être musulmane, et féministe ? Bien sûr, pourquoi ne le pourrait-on pas ? Il y a bien des féministes de culture chrétienne ou juive. Les luttes féministes sont les mêmes pour toutes, qu’on vive à Paris, Rabat ou Jérusalem !  Le Coran n’infériorise pas les femmes. Ce sont les hommes qui l’interprètent à leur sauce machiste et patriarcale, et il faut se rappeler que Khadija, la première femme du prophète Mohamed (SLAWS), était une riche femme d’affaires. Une caravanière plus âgée que son mari, « Une femme moderne avant l’heure. »

J’adresse ces paroles à tous ceux qui considèrent L’Islam comme source d’oppression de la femme, alors que l’islam est la première religion à avoir offert des droits aux femmes… Des coutumes et traditions et autres sectes (Salafistes) essaient depuis longtemps de faire oublier ces droits, et de salir l’image de l’islam. Et il est important de se rappeler aussi que la religion musulmane n’a que quatorze siècles, et qu’au même âge, l’Eglise catholique organisait l’Inquisition et brûlait au nom de Dieu des dizaines de milliers de femmes prétendument sorcières.

Toute femme peut avoir les mêmes droits que les hommes, tout en gardant son voile! Quand une femme qui porte un foulard se déclare féministe, soit on lui renvoie que c’est impossible, qu’on ne peut pas embrasser à la fois l’islam et la cause des femmes, soit les radicaux l’accusent d’être une traître à sa religion, de s’être pliée aux valeurs occidentales. Si cette femme ne boit pas d’alcool et ne montre pas son corps, beaucoup de laïcs vont la traiter de femme soumise. Et malheureusement, ces actes et ces réactions sont très familiers à notre société.

Avec ou sans foulard, toute femme a droit au respect et à l’égalité des chances. Toute femme a droit à la liberté d’expression, et la liberté de décision. Toute femme est un être humain avant tout. Et Toute généralisation est une discrimination envers ces femmes. On refuse les discours misogynes qu’ils soient proférés par des « religieux » ou des « laïcs » : toute femme a le droit de choisir librement sa tenue vestimentaire sans être considérée, tantôt comme un démon ou une pécheresse, tantôt comme une intégriste ou une extrémiste, du moment qu’elle se respecte et respecte les autres….
On refuse également que la femme soit réduite à un corps sans « tête », incapable de penser, et que chacun désire habiller selon ses croyances, convictions, souhaits ou fantasmes…Quasi où qu’elle soit, il y a toujours quelqu’un pour lui imposer un code vestimentaire s’accaparant ainsi son corps et la privant de sa liberté de choix.

Je suis musulmane et je suis féministe. Je défend la cause féminine, je dénonce tout acte de violence à l’égard des femmes, que ça soit, violence morale, verbale ou physique, je dénonce le mariage précoce des petites filles qui sont censées être à l’école entrain d’apprendre, et de s’instruire, parceque c’est leur droit préliminaire, au moment ou le seul droit dont elles se jouissent et le droit de vivre, encore moins dans quelques régions du monde…je dénonce toute discrimination à l’égard des femmes, que ça soit, femme rurale, ou moderne, noire, ou blanche, voilée ou non, musulmane ou chrétienne…Je dénonce toute exploitation des femmes, et toute conception de la femme comme un simple instrument, machine, ou objet sexuel dans les mains de l’homme, je dénonce toute soumission, et je lutte contre une certaine interprétation du Coran qui conduit, dans notre société structurellement patriarcale, à opprimer les femmes. Car, contrairement à ce qu’on entend trop souvent, le message spirituel de l’islam est émancipateur. L’avortement, par exemple : selon les Traditions prophétiques, il existe une permissivité autorisant une femme à avorter jusqu’à la fin du deuxième mois de grossesse. Enfin, l’interdiction de la mixité n’est qu’une interprétation sélective et machiste du Coran : dans l’histoire, les mosquées, lieux de savoir et de débats, étaient mixtes. Les femmes n’étaient pas exclues du sacré. L’échec de l’islamisme politique est total, car son seul projet est moralisateur. L’avenir de l’islam réside dans la séparation du politique et du religieux. Egalité, dignité, justice, la reconnaissance de ces valeurs universelles a été le moteur des révolutions dans le monde arabe. C’est un grand espoir pour les femmes.


Tagué : Amel BEGHI

               Partager Partager