Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Bulletin de l'actualité économique de l'Europe Orientale: Turquie:... | via @lemagMaroc https://t.co/x0V5MJ29KH https://t.co/z3QmnHayLI



Abdelhak Riki - publié le Lundi 30 Septembre à 08:43

J’exige un gouvernement






J’exige un gouvernement
Qui suis-je pour exiger un gouvernement ? Et, ai-je le droit d’exiger ce gouvernement ?

Je me suis posé la question dès lors que j’ai formulé cette exigence. Je me suis mis à réfléchir. Suis-je dans mon droit ? Ou suis-je entrain de piétiner dans une sphère qui m’est étrangère ?

Je peux continuer à formuler des questions de ce genre à l’infini, mais j’ai décidé tout d’un coup de trancher dans le vif du sujet.

Oui, en tant que citoyen marocain, j’ai le droit d’exiger pour le moment un gouvernement marocain. Ensuite, de préférence stable et capable de gouverner. Enfin, j’ai le droit de formuler cette exigence ainsi que l’obligation morale de porter à votre connaissance cette demande.

En réalité, j’en ai marre de trop attendre, attendre Godot ! Je suis mécontent de la tournure que prend la politique dans mon pays.

Plusieurs mois pour voir finalement un parti politique, en l’occurrence, l’Istiqlal, décider de quitter la majorité et un interminable ballet pour remanier le gouvernement en cours suite à la décision du parti, Rassemblement National des Indépendants, de rejoindre la nouvelle majorité gouvernementale…
Je ne comprends pas ce qui se passe ? Je ne comprends pas pourquoi tout ce retard ? Je ne comprends pas d’où vient le blocage et qui en est responsable ?
Et vous qui êtes en train de me lire ? Vous savez ce qui se passe réellement ? Si quelqu’un dispose d’une information certaine et fiable, qu’il se dépêche de la communiquer à ces concitoyens. Il rendra un grand service à la nation.

En attendant, moi je souffre de voir mon pays sans un nouveau gouvernement.

Certains diront qu’avec ou sans gouvernement, le pays tourne, les gens travaillent, les marchés sont approvisionnés, la sécurité existe… Je n’en pense pas autrement, mais pour moi, ce n’est pas suffisant. Je veux que la question gouvernementale soit réglée une fois pour toutes et maintenant.

Pourquoi ? Car j’ai voté lors des dernières élections législatives ayant permis la formation du nouveau gouvernement. Je demande que mon vote et mon choix soient respectés. Le parlement, le gouvernement, les partis politiques me doivent un respect, car sans mon vote, ils ne peuvent prétendre à une légitimité représentative.

Pour moi c’est le respect de mon vote qui compte. D’autres exigent un gouvernement pour des questions économiques, sociales et parfois éthiques et morales.

J’entends, encore certains, dire qui suis-je pour exiger ? Eh bien je suis un citoyen qui exprime le ras-le-bol général de millions de citoyens marocains. Comment le savoir ? Bonne question. Posez la question autour de vous et vous entendrez des plus belles sur nos politiciens et la crise gouvernementale.

Le mécontentement traverse toutes les sensibilités, les sympathisants de la majorité actuelle comme ceux de l’opposition. Quant à ceux se trouvant en dehors de ces deux groupes, il est utile parfois de ne pas les provoquer.

Quant à moi, je reviens à la charge pour exiger un nouveau gouvernement et une nouvelle majorité. Je demande à ce que le mandat accordé par les citoyens électeurs soit mené à son terme.

Mais ce qui me fait mal, c’est l’absence totale de communication de la part des partis de la majorité et de l’opposition. Comme s’ils étaient dépassés par les événements. Le comble est qu’ils sont, apparemment, d’accord sur une seule chose. Vous savez laquelle ?

Eh bien, de ne pas nous permettre, à nous, citoyens électeurs, le droit de trancher à travers des élections anticipées. Là c’est l’unanimité.

Il semble, que les partis d’opposition, qui disposent d’une majorité ne veulent pas présenter une mention de censure et faire tomber le gouvernement. Il semble, que les partis de la majorité, ne veulent pas utiliser les prérogatives constitutionnelles pour dissoudre le parlement. Il semble que….

Personne ne veut adosser la responsabilité d’une crise gouvernementale. Personne ne veut faire bouger les pièces d’échec. Jusqu’à quand ?
Le refus d’élections anticipées à deux motivations, l’une a trait au coût de la tenue du scrutin qui semble important para rapport à notre budget, l’autre est le fait que certains prédisent que ces élections ne changeront en rien la configuration parlementaire actuelle.

En tant que citoyen, il me semble que ni l’une, ni l’autre des raisons formulées ne sont convaincantes.
En Europe, l’appel des citoyens aux urnes pour départager les hommes politiques et leurs différends est une obligation démocratique. Le coût, qui est supporté par la collectivité, ne peut être un frein à cette pratique constitutionnelle.

Prenons le cas d’un pays européen englouti dans une crise sans pareille. Je parle de la Grèce qui n’hésite pas à appeler ces citoyens à des élections anticipées chaque fois que nécessaire. N’en parlons pas de l’Italie, dont cette pratique est une constante depuis belle lurette.

Pour ce qui est des résultats d’élections anticipées au Maroc, sauf pour les devins, personne ne dispose de tendances fiables sur les intentions de vote des marocains.

D’ailleurs, j’ai hâte de connaitre le sentiment de mes concitoyens sur trois points importants : le taux de participation, le score du parti au pouvoir le PJD et celui du parti de l’Istiqlal qui a décidé de quitter le gouvernement et de lancer ses troupes dans la rue de la protestation et de l’opposition.

Alors, allons-nous, nous acheminer vers la proclamation d’un nouveau gouvernement ou bien vers des élections anticipées ?

En attendant, les dirigeants politiques de la majorité et de l’opposition feraient bien de comparaitre à la télé pour débattre et déterminer les responsabilités des uns et des autres. Les citoyens ont le droit d’être informés. Ne croyez nullement qu’ils sont indifférents. 
 
Ils ne peuvent plus de cette situation qui peut à la longue devenir kafkaïenne.

C’est au vu de cette intenable situation que je me permets de jeter un pavé dans la mare, faire bousculer les choses, en exigeant qu’enfin un gouvernement soit formé ou que le peuple soit consulté.

J’exige un gouvernement au lieu de porter des accusations. Je veux être positif dans ma démarche. Donc au lieu d’exiger, je reformule la question en demandant un gouvernement stable pour mon pays.
Et vous ?

NB : article écrit le dimanche 29 septembre 2013 à 17 h. Si au-delà de cette date on est gratifié d’un nouveau gouvernement ce serait une bonne nouvelle nonobstant sa composition. Sinon, cet écrit est un appel pour mettre un terme à ce feuilleton interminable.

Abdelhak Riki
Citoyen marocain


Tagué : Abdelhak Riki

               Partager Partager


Commentaires