Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj


Jean-Luc RENAUDIE - AFP - publié le Lundi 1 Février à 11:07

Israël fait fleurir une capitale de la cybersécurité dans le désert



David Ben Gourion, père fondateur d'Israël, voulait faire fleurir le désert du Néguev (sud). Ce rêve est en train de prendre une forme contemporaine avec l'éclosion d'une capitale de la cybersécurité à Beer-Sheva.



En quelques années, cette cité de 200.000 habitants, a connu une mue spectaculaire. Refuge d'une population pauvre et ouvrière, souvent d'origine séfarade (juifs orientaux), Beer-Sheva avait du mal à faire le poids par rapport à la moderne Tel-Aviv.

Mais aujourd'hui, la ville connaît une gentrification accélérée, avec des quartiers de villas des classes moyennes s'étendant à perte de vue.

A l'origine de cette transformation, l'ambition de devenir la capitale de la cybersécurité, un secteur où Israël est considéré comme l'un des pays les plus en pointe dans le monde.

La capitale du Néguev, vaste étendue désertique au sud d'Israël, est ainsi devenue une pépinière de talents informatiques et les "jeunes pousses" (start-up) spécialisées dans la cybersécurité y ont fleuri et pris racine.

Ces start-up, ainsi qu'une kyrielle d'entreprises israéliennes et étrangères comme Lockheed Martin, Deutsche Telekom, Oracle ou IBM se sont installées dans deux complexes ultra-modernes bâtis dans le parc industriel CyberSpark.

1.500 techniciens, ingénieurs et chercheurs spécialisés en cybersécurité y travaillent déjà. Nombre d'entre eux ont été formés au département des sciences de l'informatique de l'université locale Ben Gourion. 

Symboles de la symbiose entre l'université et l'entreprise, deux ponts piétonniers partant de la gare relient le campus et le CyberSpark.

-Ecosystème idéal 

"Nous avons établi un écosystème idéal avec une intégration entre des entreprises israéliennes, des multinationales étrangères, l'université et des bases de l'armée israélienne spécialisées dans la cybersécurité, qui vont déménager de la région de Tel-Aviv à Beer-Sheva", se félicite Tom Ahi Dror, chef du projet CyberSpark au Cyberbureau national israélien.

"Ces éléments sont disponibles dans un rayon de 100 mètres, ce qui permet une interaction physique entre les responsables de la sécurité, de l'université et de l'industrie, israéliens et étrangers. Ils se rencontrent, ils se parlent, ils créent ensemble", s'est félicité le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors de la conférence CyberTech à Tel-Aviv.

Selon M. Netanyahu, Israël est l'une des cibles favorites des hackers dans le monde et le développement de la cybersécurité est "vital". Les experts américains Michael Eisenstadt et David Pollock évoquaient en 2012 le nombre de 1.000 cyberattaques par minute contre Israël, de plus ou moins grande importance. 

'Partis de zéro' 

La réussite de Beer-Sheva comme temple de la cybersécurité "tient au fait que nous sommes partis de zéro il y a quatre ans", explique à l'AFP le maire-adjoint, Tal Elal. "Nous avons conçu un projet sur mesure pour répondre exactement aux besoins des entreprises spécialisées dans la cybersécurité", ajoute-t-il.

A terme, deux autres complexes comprenant 27 bâtiments sortiront de terre.

Environ 30.000 militaires, dont 7.000 officiers de carrière, vont s'installer d'ici quelques années dans les nouvelles bases et campus technologiques qui seront construits sur 100 hectares près du CyberSpark et autour de Beer-Sheva.

Pour attirer ceux qui hésitent à quitter la trépidante Tel-Aviv, le gouvernement projette une prime de 18.000 dollars (16.500 euros) pour les officiers célibataires et de 50.000 dollars (46.000 euros) pour les familles acceptant de vivre au moins cinq ans à Beer-Sheva ou dans ses environs.

Le gouvernement donne aussi un coup pouce au secteur privé. Depuis le début de l'année, il accorde une subvention équivalant pendant trois ans à 20% du montant des salaires des employés embauchés par les entreprises s'installant à Beer-Sheva dans le secteur de la cybersécurité.

La population devrait augmenter de 100.000 habitants en dix ans, prévoit la municipalité.

Le développement de Beer-Sheva devrait étoffer un secteur qui compte déjà en Israël 250 sociétés de toutes tailles, israéliennes et étrangères. 

En 2015, les exportations de technologies, services et logiciels de cybersécurité ont atteint un record de 3,5 milliards de dollars (3,2 milliards d'euros), selon le Cyberbureau national.

Pour Dudu Mimran, responsable du laboratoire d'innovations du groupe allemand de télécommunications Deutsche Telekom installé à Beer-Sheva, "la cybersecurité est promise à très bel avenir". 

"Il s'agit d'une course sans fin dans laquelle les hackers ont toujours une longueur d'avance car c'est eux qui prennent l'initiative et c'est ensuite à nous de trouver la réplique pour protéger les entreprises, les administrations et les particuliers".

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus