Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


AFP - publié le Lundi 1 Décembre à 12:20

Irak: 50.000 "soldats fantômes" découverts



Les noms fictifs de ces soldats ont été utilisés par des officiers ou commandants pour gonfler leur salaire



Le Premier ministre irakien Haidar al-Abadi a annoncé dimanche une intensification de la lutte contre la corruption, après avoir découvert que le pays payait des salaires à 50.000 soldats fictifs.

"Le Premier ministre a révélé l'existence de 50.000 noms fictifs" au sein de l'armée, représentant l'équivalent de près de quatre divisions, a indiqué son bureau dans un communiqué publié à l'issue d'une session parlementaire. "Ces dernières semaines, (M. Abadi) a pris des mesures sévères pour révéler l'existence de ces soldats fantômes et lutter contre le problème à la racine", a précisé le porte-parole de M. Abadi, Rafid Jabouri.

L'enquête a débuté par un décompte rigoureux des effectifs durant la dernière distribution des salaires.


Des soldats ont confirmé à l'AFP que les salaires avaient été versés récemment, avec un retard de deux mois, sans qu'aucune justification ne leur ait été alors donnée.

"Il y a deux sortes" de soldats fictifs, a expliqué un officier à l'AFP. "Dans le premier cas: chaque officier est autorisé, par exemple, à avoir cinq gardes. Il en garde deux, en renvoie trois à la maison et garde leur salaire ou un grand pourcentage de celui-ci".

"Le deuxième cas (...) a lieu au niveau de la brigade. Un commandant de brigade a en général 30, 40 soldats ou plus, qui restent à la maison ou n'existent pas". "Le problème est que lui aussi, pour conserver son travail en tant que commandant de brigade, doit verser des pots de vin à ses propres supérieurs", a poursuivi l'officier. Il a ajouté que, pour ces raisons, de milliers de soldats déserteurs ou ayant été tués cette année à travers l'Irak avaient rarement été déclarés comme tels.

Malgré les dépenses américaines dans le pays pendant huit ans, jusqu'à fin 2011 (retrait des troupes américaines), pour entraîner et équiper l'armée irakienne. L'armée a connu une véritable débandade depuis l'assaut en juin de l'organisation djihadiste de l'Etat islamique.

"Haidar al-Abadi est en train de consacrer l'intégrité, l'efficacité et le courage comme critères pour les nominations d'une nouvelle direction militaire", a indiqué son porte-parole. "Ce processus de nettoyage va s'étendre au-delà de l'armée pour atteindre tous les niveaux de l'Etat".

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara