Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Samedi 2 Avril à 02:33

Interrogé par la présidente d'un tribunal parisien, le dénommé Zakaria Moumni débite des balivernes sur des actes de torture dont il prétend être victime





Le dénommé Zakaria Moumni, qui a mis gravement en cause les autorités marocaines, suite aux déclarations qu'il a faites durant la Marche du 11 janvier 2015 à des chaines de télévision françaises, a été interrogé ce vendredi, pendant plus de 2H30, par la présidente de la 17-ème chambre correctionnelle du tribunal de Grande instance (TGI) de Paris, durant lesquelles il a débité des balivernes sur des actes de torture dont il prétend être victime. 

Suite à ces déclarations, l'Etat marocain avait fait citer l'intéressé directement devant cette même chambre pour des faits de diffamation, de chantage et de tentative d'extorsion de fonds.

Lors de l'audience de ce vendredi, consacrée aux plaidoiries des différentes parties, la présidente de la 17-ème chambre correctionnelle du TGI de Paris a remarqué plusieurs contradictions dans les déclarations du dénommé Zakaria Moumni, relatives notamment à la torture qu'il prétend avoir subie, notant qu'aucune pièce attestant de cette soi disant torture n'a été versée au dossier.

La magistrate s'est interrogée , par ailleurs, sur l'authenticité de titre de champion du monde de light contact en 1999 à Malte, que Zakaria Moumni prétend détenir, relevant, preuve à l'appui, qu'aucune disposition d'un décret cité par l'intéressé, ne lui donne le droit à occuper le poste de conseiller sportif à la Fédération Royale marocaine de full, light semi contact, kick boxing, K1, muay thai forms, savate et sports assimilés (FRMFKT).

D'ailleurs, cette même fédération s'est défendue de l'avoir privé d'un "droit légal", suite à ses "allégations prétendant détenir le titre de champion du monde de light contact en 1999", affirmant que l'intéressé ne dispose d'aucun certificat qui lui confère la qualité de champion du monde professionnel.

Un collectif d'avocats représentant l'Etat marocain a expliqué à la MAP que la dénonciation officielle, en vertu de l'article 23 de la convention d'entraide judiciaire entre le Maroc et la France du 18 avril 2008, parvenue aux autorités marocaines le 27 mars 2015 et remise aux autorités judiciaires françaises, le 13 mars dernier, conclut le classement sans suite de la plainte, pour de prétendus actes de torture, déposée par le dénommé Zakaria Moumni contre Abdellatif Hammouchi, patron de la direction générale de la surveillance du territoire (DGST).

L'ancien champion d'Afrique de Judo, le Marocain Adil Belgaïd avait révélé récemment que Zakaria Moumni est "un homme qui veut monnayer, soi-disant son succès sportif, auprès de sa patrie". 

L'argent a toujours été le moteur de Moumni, avait-t-il affirmé, rappelant que ce dernier lui avait proposé de lui reverser 20 pc du million d'euros qu'il comptait réclamer au Maroc, s'il arrivait à l'aider à l'obtenir.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara