Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G


MAP - publié le Lundi 16 Mai à 12:18

Inhumation de l'international camerounais Patrick Ekeng décédé lors d'un match en Roumanie



Yaoundé - L'international camerounais Patrick Ekeng, 26 ans, décédé en plein match en Roumanie le 6 mai dernier, sept minutes après son entrée en jeu pour le Dinamo Bucarest, a été inhumé dimanche à Yaoundé.



Plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées au domicile de la famille du joueur, à Yaoundé, pour lui rendre un dernier hommage, certains saluant un "génie".

"Personne ne pouvait ôter la vie de mon fils, si ce n'est Dieu qui l'a créé. Dieu m'a prêté Patrick, il me l'a repris", a réagi la mère du défunt, Céline Ekeng. "Je suis fière de l'avoir eu comme fils".

Patrick Ekeng est mort peu après avoir été victime d'un malaise cardiaque lors d'un match comptant pour le Championnat de première division roumain.

Le matin de son décès, il avait dit accuser "une petite fatigue" mais était déterminé à disputer la rencontre, a témoigné dimanche un de ses proches, affirmant avoir eu plusieurs conversations dans la journée du 6 mai avec Patrick Ekeng, qui laisse une veuve et un enfant.

La dépouille du footballeur était arrivée à Yaoundé samedi soir. Dans la nuit de samedi à dimanche, une veillée funèbre a été organisée au palais des sports, à laquelle ont assisté plusieurs centaines de personnes.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus