Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


Adam Sfali - publié le Mardi 29 Novembre à 10:52

Industrie automobile: Pourquoi l’Algérie n’égalera jamais le Maroc




Paris: On investit au Maroc pour sa compétitivité alors qu’on va en Algérie, contraints par ses mesures antiéconomiques brutales.



Archive
Archive
Le pouvoir algérien vient d’annoncer, en grande pompe, l’implantation d’un atelier mécanique d’assemblage de voitures, de la marque allemande, Volkswagen. Le constructeur allemand a dû s’associer pour ce projet, purement commercial et nullement industriel, avec un concessionnaire local.

Selon le journal économique et financier français, La Tribune, la nature de cette implantation en Algérie, du fabriquant allemand de voitures, trahit les limites, les faiblesses et la dangerosité à terme, du plan économique mise en œuvre par les autorités algériennes et met en lumière, encore une fois, la grande différence avec le Maroc.

La Tribune explique que ce qui est appelé par la propagande algérienne, ‘usine de Volkswagen’, n’est au fait qu’un atelier d’assemblage et non de fabrication de voiture. C'est-à-dire, se seront des véhicules démontés, importés dans des conteneurs d’Allemagne, pour être montés en Algérie. C’est un jeu de passe-passe, qui permet aux constructeurs étrangers de contourner les mesures restrictives, extrêmement brutales, adoptées par le régime algérien pour réduire sa facture des importations, en ses temps de vaches maigres.

Dans cette affaire, indique le quotidien financier français, les algériens ne gagnent rien, à part quelques centaines de postes d’emplois. Pour le reste, les taux d’intégration demeureront faibles à nuls et le pays ne saura jamais développer la moindre profondeur industrielle, vu que ces investissements sont des mesures d’évitement de barrières antiéconomiques installées par le régime et sont dictées par des raisons commerciales strictement locales.

Rien à voir, conclut la Tribune, avec le Maroc qui 
‘‘détient de plus grandes capacités de production malgré un marché automobile beaucoup plus petit.’’

Les constructeurs automobiles viennent au Maroc pour bénéficier de sa compétitivité, ses  écosystèmes étoffés et ses infrastructures très portantes à l’export.



               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».