Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G



Jamal Mossaddeq - publié le Lundi 7 Avril à 11:45

Industrialisation du Maroc : un nouveau ministre, une nouvelle stratégie






Industrialisation du Maroc : un nouveau ministre, une nouvelle stratégie
Depuis 2005, le ministère de l’industrie et du commerce enchaîne les rapports et les études pour relancer l’industrie et en faire un levier de la croissance. Un souhait qui a été porté par tous les ministres qui se sont succédé mais qui n’a pas été exhaussé, certes pour des raisons conjoncturelles mais aussi à cause d’une défaillance stratégique pour ne pas dire un vide stratégique.

Au vu de la conjoncture économique actuelle et de ses répercussions négatives sur l’économie national, le nouveau ministre du commerce et de l’industrie vient de déclencher, à son tour, un nouveau plan stratégique pour réajuster et accélérer la dynamique du fameux pacte national pour l’émergence industrielle.

Cette nouvelle stratégie à pour objectif la création de 500.000 emplois et l’augmentation de la part de l’industrie dans le PIB de 9 point si l’on croit les chiffres et les commentaires avancés par le ministère.

Selon le ministre, le Maroc n’exploite pas son potentiel industriel, son positionnement géostratégique ainsi que sa stabilité politique. Des atouts qui peuvent le hisser au rang des pays émergents et consolider son attractivité. Il est donc indispensable de remettre à plat le modèle industriel suivi jusqu’à maintenant et qui a montré ses limites et son incapacité à suivre l’évolution du marché international qui devient de plus en plus rapide et complexe. Pour ce faire le ministre a défini un nouveau cap, des nouvelles orientations susceptibles de lever les freins qui bloquent le développement industriel.

L’exécution de ce nouveau plan nécessitera la mobilisation de tous les acteurs (public, privé, centre de formation, syndicat, etc.) ainsi qu’une cohérence et une convergence avec les autres stratégies sectorielles. Quant à sa réussite, elle dépendra de l’émergence d’un écosystème performant et d’un climat d’affaire favorable.

La construction d’un modèle industriel performant et compétitif dépend de plusieurs variables fondamentales :

La recherche et développement : l’Etat doit mettre en place des projets de recherche et développement ayant vocation à structurer les filières industrielles et à renforcer la position des acteurs nationaux sur les marchés porteurs. Il doit aussi organiser la relation entre les différents services et organisme de recherche en créant des espaces de rencontre. L’innovation est la clé de la compétitivité, elle permet de renforcer l’avantage concurrentiel des entreprises. Les nouvelles technologies constituent aussi un important gisement de croissance.

La formation : Dans un environnement de connaissance, l’adaptabilité du système éducatif et de la formation professionnelle est une nécessité pour anticiper les mutations économiques et technologiques. Il faut faire de la formation un levier de la compétitivité et évaluer en permanence l’adaptation de l’offre des formations aux besoins de l’entreprise.

La compétitivité administrative : l’État doit alléger et simplifier les démarches administratives afin d’améliorer la compétitivité des entreprises et réduire les coûts de production. Il faut aussi simplifier la réglementation fiscale.

L’ancrage territorial : la stratégie industrielle doit prendre en compte les spécificités et le potentiel industriel de chaque région afin de réaliser un équilibre en termes d’emploi et de richesses. Il faut créer des territoires innovants en instaurant un réseau de relations partenariales entre les différents acteurs locaux.

Enfin, l’Etat doit fixer des objectifs stratégiques à moyen et long terme et établir une feuille de route pour suivre la mise en œuvre du plan et apporter des ajustements en fonction de l’évolution du marché national et international.


Tagué : Jamal Mossaddeq

               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles