Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


AFP - publié le Lundi 7 Novembre à 17:25

Hong Kong: Pékin interdit à deux députés de siéger au Parlement





La Chine a interdit de facto lundi à deux députés indépendantistes hongkongais qui avaient délibérément écorché leur prestation de serment d'entrer au Parlement local, ce qui a fait dire à une parlementaire que l'Etat de droit était "mort" dans l'ancienne colonie britannique.

De plus en plus de Hongkongais ont l'impression que la Chine renforce sa mainmise sur le territoire revenu dans son giron en 1997.

Dans une interprétation exceptionnelle de la Loi fondamentale hongkongaise, l'Assemblée nationale populaire (ANP, Parlement chinois) a jugé que les deux députés indépendantistes ne pouvaient prêter serment une nouvelle fois.

Un serment qui ne respecte pas la Constitution de Hong Kong "doit être invalidé et ne peut être prononcé à nouveau", a tranché l'ANP.

Cette intervention chinoise préempte la décision que doit rendre la Haute cour de Hong Kong dans cette affaire: saisie par l'exécutif hongkongais, elle doit dire si Baggio Leung et Yau Wai-ching peuvent être disqualifiés et empêchés d'occuper leur siège.

La décision de Pékin a suscité l'ire et le désarroi de députés démocrates et des commentateurs.

"L'Etat de droit à Hong Kong est mort", a déclaré à l'AFP la députée Claudia Mo. "C'est le règne par décret. Hong Kong peut s'attendre à vivre dans la peur désormais".

D'autres députés se sont demandés jusqu'où irait Pékin, craignant pour la liberté d'expression dans le territoire. Les considérations politiques ont pris le dessus "sur les valeurs à long terme de maintien et de fonctionnement de l'Etat de droit", a déclaré l'analyste Joseph Cheng.

Le Conseil législatif (LegCo) de Hong Kong est depuis trois semaines le théâtre de scènes de chaos dues au rejet de la prestation de serment des deux indépendantistes, au motif qu'ils s'étaient drapés dans une bannière proclamant que "Hong Kong n'est pas la Chine".

Les deux élus avaient également refusé de prononcer correctement le mot "Chine", et utilisé des termes péjoratifs en prononçant le serment, lequel stipule que Hong Kong est une "région administrative spéciale de la République populaire de Chine".

Hong Kong jouit d'une semi-autonomie, en vertu du principe "Un pays, deux systèmes" qui avait présidé à sa rétrocession. L'accord conclu entre Londres et Pékin préserve théoriquement pendant 50 ans des libertés inconnues dans le reste de la Chine.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara