Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G



Kamal Znidar - publié le Mardi 31 Décembre à 22:01

"Homme de l'année"… Qui mérite ce sacre ?






Nul doute que Hamid Chabat a fait parler de lui et de son parti politique en 2013. Mais pas au point de mériter d'être nommé "Homme de l'année" par TelQuel. Ce couronnement a étonné plus d'un et continue de faire la polémique dans les deux mondes réel et virtuel.

Certes, le Secrétaire Général du parti de l'Istiqlal s'est retiré de la coalition nationale qui gouverne le Maroc et a ainsi fait passer son parti dans l'opposition, chose qui ne lui était pas arrivée depuis des longues années. Certes, il a mis Abdelilah Benkirane dans l'embarras et à forcer le PJD à former une alliance avec le RNI pour constituer le nouveau gouvernement… Mais les croyances bizarres de ce leader politique et les fausses rumeurs qu'il a avancé sur le PJD lui font défaut et font de lui un homme indigne de ce titre.

"Homme de l'année", si c'était moi qui le nommait, ça serait Hamid Krairi. Cet avocat qui a révélé au grand jour le scandale de la grâce accordée à ce pédophile de nationalité espagnol Daniel Galvan Vina mérite d'être sacré "Homme de l'année"… un autre avocat à sa place, je ne pense qu'il aura le courage de révéler l'information et mettre l'institution monarchique dans une situation embarrassante.

Et pourquoi pas cette voix qui s'est élevée contre des pratiques jugées rétrogrades et humiliantes par presque toute une société ?! Ce titre, cette voix qui a osé dire tout haut ce que presque tout un monde pense tout bas le mérite aussi, et peut-être plus que le reste… Mais !

Malheureusement, le Maroc est tout sauf un monde juste. Cette voix qui mérite toutes les formes de louange, au lieu d'être honorée, on lui a créé des ennuis. Sa bravoure et son attachement aux valeurs humaines « respect et dignité pour tous » ont fait d'elle une voix qui est devenue la cible de diverses attaques plus ou moins directes.

Le 12 août 2013, le système judiciaire au Maroc a lancé une enquête sur le journal en ligne Témara 24 pour diffusion d'informations erronées. Cette voix en est une importante actionnaire. Une semaine plus tard, le 19 août 2013, son petit frère va être injustement arrêté par la police et gardé en détention pour « constitution d'un groupe criminel et vol ».

Cette arrestation n'a pas duré plus de 24 heures… heureusement ! Le petit frère de cette voix libératrice a été libéré le lendemain. Mais le mal a été fait et le message d'avertissement « Soit tu te soumis, soit on va pourrir ta vie et celle de ta famille » a été reçu 5/5 par le député rebelle.

En parallèle de ces ennuis, un autre ennui s'est crée à cette voix libératrice, ce député rebelle "membre du parti de l'Istiqlal" qui a refusé de s'incliner devant le Roi du Maroc Mohammed VI lors de la cérémonie d'allégeance organisée le 10 août à l'occasion de la fête du trône… cette fois-ci, l'ennui lui a été créé au sein du parti politique auquel il adhère.

« Un tel comportement est une atteinte directe à l'idéologie et à l'attachement de l'Istiqlal à la monarchie ... Il ne faut pas oublier que l'Istiqlal demeura toujours fier quant à sa fidélité au trône. Ne pourra être associé, en aucune manière, un tel comportement, non réfléchi et inconscient, d'un simple militant, à son passé glorieux vis-à-vis de la monarchie … Je pense que l'Istiqlal devra réunir impérativement son Conseil national en session extraordinaire pour réaffirmer son attachement à la monarchie. En outre, ce conseil est appelé à prendre des sanctions contre ce genre de dérapage qui ne pourra que créer des suspicions dans les relations existant entre l'Istiqlal et les institutions royales », avait affirmé Mohamed Zidouh, membre du Conseil national du parti de l'Istiqlal.

« Au Maroc, quand on s'en prend à la monarchie, on en subit les conséquences », c'est ce qui a été confirmé par l'enfer que le système marocain a fait vivre à cette voix libératrice lors du mois d'août dernier. Le sort de ce député rebelle, Adil Tchikitou pour que ça soit plus clair, aurait pu être pire que ça. Heureusement pour lui, en raison de la pression de cet Occident qui nous suit à l'œil, le système n'a pas pu aller plus loin que ça dans ses règlements de compte et cette guerre qu'il a mené contre cette voix libératrice qui s'est rebellée contre les normes et a dit "STOP" à ces pratiques rétrogrades et humiliantes symbolisant les temps de l'esclavage.

Cet homme qui eu le courage de faire ce que les parlementaires islamistes et socialistes n'ont jamais eu le courage de faire, mérite amplement d'être nommé "Homme de l'année" pour ce qu'il a fait et aussi ce qu'il a subi. Malheureusement, la lutte pour le respect des droits humains et ces actes de bravoure qui nous rappellent de la Génération des Braves (Mehdi Ben Berka, Omar Benjelloun, Allal El Fassi, Abdelkrim Moutia, etc.), on ne les loue pas au Maroc, on les sanctionne.


Tagué : Kamal Znidar

               Partager Partager


Commentaires

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles