Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



CGNews -Emarrakech - publié le Samedi 21 Février à 10:41

Holbrooke: amerrissage en eaux troubles




Lahore (Pakistan) – Richard Holbrooke, le représentant spécial du président américain Barack Obama pour l’Afghanistan et le Pakistan, est arrivé la semaine dernière au Pakistan pour une visite officielle de quatre jours. La durée de cette visite est significative, tout comme l’est le fait que Holbrooke ait choisi de débuter sa visite au Pakistan avant de se rendre en Inde et en Afghanistan.



Non seulement sur le plan géographique mais aussi, semble-t-il, sur le plan géopolitique, le Pakistan est au centre des préoccupations de l’envoyé spécial. Cela peut à la fois être positif ou négatif selon la manière dont tous les acteurs vont agir dans les jours et les mois à venir.

Quant aux attentes des Américains, Obama a une stratégie tridimensionnelle pour la région. Premièrement, faire usage de la force d’une façon qui peut se traduire par l’utilité de la force; deuxièmement, lier l’usage de la force aux motivations économiques et de développement dans le cadre d’un dialogue plus approfondi; enfin, opter pour une approche régionale des conflits qui risquent d’attiser l’activité néfaste d’acteurs non étatiques.

Obama doit également l’emporter en Afghanistan. Il veut progressivement réduire la présence américaine en Irak et mener la ‘‘bonne guerre’’. Car gagner en Afghanistan est, selon ses promesses de campagne et les estimations de ses conseillers, ce qui supprimerait Al Qaïda et protégerait les intérêts américains.

La nomination de Holbrooke, un diplomate expérimenté, connu pour accomplir ses missions depuis qu’il a mené la conclusion des Accords de Dayton qui ont apporté la paix en Bosnie, montre la sérieuse détermination d’Obama à déployer sa politique tridimensionnelle.

En même temps, il y a une tentative de nuancer l’enthousiasme initial en déterminant ce qui est ‘‘faisable’’ en Afghanistan par opposition à ce qui pourrait être ‘‘souhaitable’’. D’où un éloignement des nobles idéaux consistant à introduire une démocratie moderne en Afghanistan (‘‘construction d’un état’’) et la mise en place de plus de structures traditionnelles pouvant assurer la paix et – avec un peu de chance – soutirer des garanties selon lesquelles les Afghans ne permettront pas l’utilisation de leur territoire par des groupes terroristes internationaux.

‘‘Nous ne pourrons pas reconstruire l’Afghanistan à l’image d’une démocratie jeffersonienne’’, a indiqué Obama la semaine dernière. ‘‘Ce que nous pouvons faire, c’est veiller à ce que l’Afghanistan ne soit pas une zone protégée pour Al Qaïda. Ce que nous pouvons faire, c’est nous assurer que cela ne déstabilisera pas le Pakistan qui possède des armes nucléaires.’’

Ce dernier passage est instructif. Le danger ne vient pas du fait que le Pakistan puisse déstabiliser l’Afghanistan, mais du fait que la guerre en Afghanistan pourrait déstabiliser le Pakistan. Alors que l’Afghanistan officiel pourrait faire peu de cas de l’inquiétude affichée de la déclaration d’Obama concernant la possibilité que des armes nucléaires tombent aux mains de terroristes, le fait est qu’il voit bien d’où vient le danger.

Traditionnellement, les zones tribales au Pakistan étaient calmes. La violence a surgi après qu’Islamabad ait dû y envoyer des troupes dans le cadre d’un effort plus important dans la région pour en faire sortir les éléments terroristes.

Cet effort a cependant engendré l’apparition de plusieurs strates et les éléments nationalistes Pachtounes se sont unis à d’autres éléments plus malfaisants. L’un des moyens de ramener la stabilité dans les zones du nord-ouest du Pakistan est de réduire la présence américaine en Afghanistan. Et le meilleur moyen de le faire, malgré des difficultés croissantes, est de modérer les prétentions sur ce qui peut être fait et ce qui ne peut pas être fait dans ce pays.

C’est à ce niveau que la référence d’Obama à la démocratie jeffersonienne devient importante. Traditionnellement, l’Afghanistan a été un état décentralisé. Tenter d’en faire un état sur le modèle westphalien est, à ce stade, une entreprise vouée à l’échec.

Ramener la barre à un niveau inférieur en Afghanistan a le mérite d’utiliser une approche non-homogène et dont la souplesse peut même attirer des talibans modérés dans un ultime effort destiné à réunir un gouvernement plus large, acceptable aux yeux des éléments ethniquement et idéologiquement disparates du pays. En même temps, un tel effort permettrait aux Etats-Unis d’isoler plus facilement les éléments qui restent inflexibles au rapprochement.

Cette approche devrait être favorablement accueillie par le Pakistan, car Islamabad a toujours insisté pour adopter une vue holistique du problème que représente le terrorisme. Ainsi, Islamabad devrait considérer l’importance accordée par Obama au Pakistan de manière positive. Cette centralité montre que le Pakistan est le pays qui relie l’Asie du Sud à l’Asie occidentale, un fait géographique dont nous pourrions et devrions profiter.

Le succès de la mission de Holbrooke dépend de l’appréciation de cette réalité. Un Etat qui se situe au coeur d’une solution au problème du terrorisme et de la coopération régionale en général doit se voir accorder l’importance qu’il mérite. Et l’ ‘‘importance’’ se traduit par la compréhension des préoccupations liées à la sécurité du Pakistan et la résolution des conflits qui ont, jusqu’ici, empêché les Etats dans la région à coopérer plus avant les uns avec les autres.

La proposition faite par le Bangladesh d’organiser une force régionale chargée du terrorisme est respectable, mais sa mise en place exige un degré de confiance et d’assurance qui fait actuellement défaut dans la région.

Le défi de Holbrooke est donc taillé pour lui. Il a fait du bon travail en Bosnie, mais il était bien plus facile de s’occuper des Balkans, malgré la sauvagerie serbe, que de cette région du monde où au moins deux Etats possèdent des armes nucléaires, ce qui réduit la capacité des acteurs extérieurs d’influencer leur comportement, quand bien même il s’agirait d’un acteur aussi puissant que les Etats-Unis.



               Partager Partager