Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



MAP - publié le Lundi 10 Octobre à 18:12

Hilale déconstruit le statut fallacieux d'observateur de l’Algérie dans le différend du Sahara marocain




New York (Nations Unies) - L’Ambassadeur du Maroc auprès des Nations Unies à New York, M. Omar Hilale, a déconstruit, devant la 4ème Commission des Nations Unies, avec des preuves à l’appui, le statut d’observateur que l’Algérie prétend avoir dans le dossier du Sahara.





Omar Hilale
Omar Hilale
Malgré ses dénégations, la responsabilité de l’Algérie dans le différend régional sur le Sahara Marocain est indéniable, a souligné l’Ambassadeur Hilale, avant de poser une série d’interrogations sur les responsabilités de l’Algérie dans le différend sur le Sahara. Qui a créé le 'polisario’ et le soutient politiquement et militairement depuis 40 ans ? Ce n’est pas un pays observateur.

C’est l’Algérie. Qui mobilise l’ensemble de son appareil diplomatique contre son voisin, le Maroc ? Ce n’est pas un pays observateur. C’est l’Algérie, a-t-il fait observer. L’Ambassadeur Hilale a poursuivi ses interrogations en demandant aux membres de la Commission : Qui vous démarche, Chers collègues, dans vos capitales, à New York, à Alger et ailleurs pour prendre position contre le Maroc sur le Sahara ou pour vous intimider quand vous exprimez une position contraire aux thèses algériennes ? Qui terrorise les pétitionnaires dans cette salle avant, durant et après leurs interventions ? Ce n’est pas un pays observateur, c’est l’Algérie, a-t-il précisé.

Qui dépense des milliards de dollars du contribuable algérien pour financer un groupe séparatiste qui a des liens avérés avec le terrorisme international et régional ? Ce n’est pas un pays observateur. C’est l’Algérie. Qui refuse de dévoiler à ses propres parlementaires le budget réservé au ‘polisario’ ? Ce n’est pas un pays observateur.

C’est l’Algérie, s’est interrogé le diplomate marocain. L’Ambassadeur Hilale a enfoncé le clou en demandant: Qui a proposé la partition du territoire du Sahara et de sa population à l’ancien Envoyé Personnel James Baker en 2001 ? Qui a officiellement rejeté le projet d’Accord Cadre de M. Baker en 2001 et puis en 2002? Qui soumet des propositions au Secrétariat sur la question du Sahara, sans en assumer ni la paternité, ni la responsabilité ? Ce n’est pas un pays observateur.

C’est l’Algérie. M. Hilale a poursuivi ses questionnements en s’interrogeant: qui embrigade et entraine des jeunes sahraouis, dans la fameuse Université d’été de Boumerdes, pour commettre des actes de violence, de vandalisme et de destruction au Sahara Marocain ? Ce n’est pas un pays observateur.

C’est le voisin algérien. Le diplomate marocain a demandé à la salle : Qui a préparé et initié le co-parrainage de la résolution sur la question du Sahara qui sera adoptée plus tard ce matin par cette Commission ? Ce n’est pas un pays observateur, c’est l’Algérie, a-t-il répondu. Et l’Ambassadeur Hilale de conclure que l’Algérie cesse de leurrer la Communauté Internationale et mentir à son propre peuple derrière sa position fallacieuse de défendre le principe de l’autodétermination. Plus personne ne la croit, sinon elle-même.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».