Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Lemag - Agence - publié le Mercredi 30 Avril à 09:46

Hilale: Les camps du Polisario, les "seuls au monde" où il est interdit de recenser la population




New York: L'Ambassadeur Représentant permanent du Maroc à l'ONU, Omar Hilale, a déploré que Les camps de Tindouf, en Algérie, sont les "seuls camps de réfugiés dans le monde où un recensement de population n'a pas été effectué".



"Nous disons au sujet du recensement que dans les camps de réfugiés, partout dans le monde, il y a un recensement des populations. Les seuls camps de réfugiés ou un recensement n'a pas été opéré sont les camps de Tindouf", a expliqué Hilale lors d'une conférence de presse à l'issue de l'adoption par le Conseil de Sécurité de l'ONU de la résolution 2152 prorogeant le mandat de la MINURSO d'une année jusqu'au 30 avril 2015.

"Nous nous retrouvons face à une situation anachronique", a encore regretté le diplomate marocain, soulignant que la pratique et le droit international veulent qu'une population donnée soit d'abord recensée et enregistrée, avant de pouvoir trouver une solution à son problème.

En effet, dans la résolution 2152, le Conseil de Sécurité réitère sa demande pour la considération de l'enregistrement des réfugiés dans les camps de Tindouf, en Algérie, et "invite" à faire des efforts à cet égard.

Hilale a ainsi exprimé la "satisfaction" du Maroc par le "renforcement qualitatif" dans les termes utilisés par cette résolution, faisant observer que le Conseil de Sécurité a "choisi cette fois-ci le mot -invite- au lieu d'-encourage-" dans sa référence au besoin de procéder au recensement des populations des camps de Tindouf.

Par conséquent, a poursuivi Hilale, le pays hôte de ces populations, à savoir l'Algérie, "est invité à réagir à cette invitation et à donner une réponse à l'appel du Conseil de Sécurité".

               Partager Partager