Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


L'opinion 29/08/14 - publié le Vendredi 29 Août à 23:32

Halima Doua, une consécration à New york



Au cœur du quartier Manhattan, réputé par ses galeries et ses musées de grandes renommés, Les œuvres de l’artiste plasticienne Halima Doua, seront à découvrir à compter du mois d’octobre 2014, dans la galerie Newyorkaise Artifact. et durera une année. Le travail et la base de données de l’artiste seront présentés aussi dans « le guide d’art en Amérique » annuel dont la Date de sortie est prévu en Août 2015.



Ajoutant à cela que grâce à un sponsor, le travail de l’artiste sera présenté dans les foires internationales d'art à New York et Miami, y compris Spectrum Miami 2014 et Artexpo New York 2015.

Cette manifestation, vient après sa consécration lors de la biennale de florence par le prix Lorenzo de la peinture. Récompense qui est résultat de la qualité de son travail, jugé par les meilleurs critiques et experts d’art internationaux. Artiste peintre contemporaine d’origine marocaine, Halima Doua est née à Rabat. Sa formation d’ingénieur et son travail de paysagiste l’ont chassé pour être artiste noué au dessin et à la peinture après. Elle a réalisé un ensemble d’expositions ces dernières années à l’étranger et au Maroc,

Halima Doua Peint la figuration abstraite. La couleur dans sa dimension matérielle constitue l’élément le plus important dans son travail, lui permettant d’exploiter toute la diversité perceptuelle générée par la toile. Ses paysages questionnent les tensions produites par l’environnement, à la fois libres et pleines de contraintes. Ses peintures sont réalisées selon un protocole qui permet l’intervention de la technique, de la maîtrise mais aussi de l’aléatoire et du spontané. Dans sa démarche de travail, elle choisit le sujet ou la manière de travailler, sans fixer des limites, de ce fait la logique du dessin proprement dite n’existe pas dans son travail actuel. Cet état fait qu’au cours de la réalisation de la toile, le sujet peut facilement dévier pour donner un autre paysage que celui qui a été rêvé au début. Le paysage ainsi tissé joue entre la profondeur et le visuel, la surface et le matériel, et aussi entre l’irrégularité et la stabilité. Ces effets bien maîtrisés dans sa pratique picturale, sont le principe de sa démarche de recherche en peinture de paysages abstraits. Une démarche ou l’imaginaire s’allie à la réalité pour donner de nouvelles formes visuelles porteuses de rêveries.





               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara