Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



Hajar El Fakir - MAP - publié le Lundi 13 Juin à 12:29

Habits traditionnels pendant le Ramadan: une aubaine pour les vendeurs






 
Avec l’avènement du mois sacré de Ramadan, une hantise éphémère aussi bien sur le plan culinaire que vestimentaire s’empare de la quasi-totalité des Marocains qui optent pour un retour «massif» aux coutumes et traditions et opèrent une dichotomie avec un mode de vie qui ne dérogeait guère à ses habitudes le restant de l’année.

A l’instar de l’ensemble des villes du Royaume, les principales avenues, ruelles et artères de la capitale sont dans la mouvance en ce mois de spiritualité par excellence et de consommation à «outrance». Il aura suffi d’une promenade dans ses méandres, en particulier en Médina, pour se rendre compte de cet engouement pour les habits traditionnels qui cadrent éloquemment bien avec les aspects de religiosité.

La ruée des consommateurs vers les costumes traditionnels constitue une véritable aubaine pour tout une chaîne de production allant de stylistes et tailleurs aux vendeurs de tissus tant grossistes que détaillants en passant par les designers. Autant d’intervenants qui, en quête de renflouer leurs caisses et saisir cette opportunité inestimable, ne manquent pas d’imagination en vue d’appâter une clientèle avide…
Pour M’jid, tailleur en plein cœur de la Médina de Rabat, il s’agit d’une occasion propice qui nous permet de réaliser un chiffre d’affaires non-négligeable grâce à aux importantes et inhabituelles commandes d’une clientèle volatile et exigeante, mais généreuse qui ne se manifeste désormais de la sorte qu’une fois par an.

“La djellaba est ainsi la tenue la plus prisée pendant ce mois, en plus des jabadors et des gandouras. Les babouches ou sarouals sont également convoités lors de ce mois sacré”, a-t-il noté.

Pour sa part, Amine Mrani, créateur de mode haute-couture a déclaré à la MAP que les femmes, désirant acquérir sublimité et splendeur pendant le Ramadan, optent de plus en plus pour les couleurs sobres avec des tendances hybrides mariant rustique et modernité.
“La célébration du mois sacré en été a contribué au changement des habitudes et des spécificités vestimentaires des Marocains”, a souligné M. Mrani, faisant observer que ses clientes aiment faire florès en portant des djellabas confectionnées avec des tissus légers au tomber fluide et des tendances Beldi (traditionnelles) qui virent vers la modernisation.

Il a, en outre, précisé que les commandes prennent une tendance haussière pendant cette période de l’année, déplorant la situation dans laquelle se trouve le secteur de l’artisanat qui semble être en crise. “Les artisans sont à bout de souffle, souffrent de plus en plus et leur chiffre d’affaires régresse”, a-t-il dit.

De son côté, Lhaj Hocein, tailleur de vêtements traditionnels pour hommes et femmes dans la Médina de Rabat, a affirmé que les demandes sur les djellabas commencent à augmenter de manière très remarquable dès les derniers jours qui précèdent le Ramadan.
“L’intérêt pour la djellaba prend de l’ampleur généralement à la veille de l’Aïd  Al-Fitr “, a-t-il expliqué, précisant que ce costume traditionnel a pu se maintenir en vogue sans jamais perdre de son éclat et de son authenticité.

L’habit traditionnel est pour certains une manière d’afficher la dévotion et la piété religieuses de plus en plus omniprésentes durant le mois de Ramadan. Pour d’autres, il représente la meilleure façon de s’habiller correctement tout en respectant les préceptes de la religion, a estimé Fatna, femme au foyer.

“La djellaba est, à mon avis, la meilleure façon de s’habiller de manière respectable durant le mois sacré et demeure très pratique et facile à manier lorsqu’on accomplit les prières”, a relevé cette sexagénaire.
Fortement attachés aux traditions et us qui caractérisent et distinguent le mois sacré de Ramadan, les R’batis, comme l’ensemble des Marocains, se conforment  aux prescriptions religieuses qui recommandent aux Musulmans de s’habiller décemment, a-t-elle fait remarquer.




               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».