Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM



Sahara Online - publié le Mardi 8 Septembre à 11:55

Habitat






Le Secrétariat d'Etat à l’Habitat mène plusieurs programmes dans les principales villes des Provinces du Sud du Royaume, notamment « AI Aouda » et « AI Wahda » menés dans les villes de Laâyoune, Boujdour, Smara, Dakhla, Aousseâ, Assa-Zag, Tan Tan et Guelmim. Ainsi que le développement des villages de pêcheurs.

Conscient du rôle fondamental de l'habitat dans le processus global de développement, le Secrétariat d'Etat s'attache à réaliser un programme de 20.000 unités d'habitat en faveur des couches sociales démunies ou à revenus modérés.

Il agit ainsi conformément à la stratégie d'avenir et d'épanouissement tracée par Sa Majesté le Roi Mohamed VI, et mise en oeuvre par le Gouvernement pour les Provinces du Sud. Une telle vision s'inscrit dans le cadre d'une synergie impliquant les collectivités et les autorités locales, la société civile, ainsi que de nombreux partenaires publics et privés.

Le Contexte
Routes, ponts, eau potable, électricité, ports et aéroports, télécommunications... les infrastructures techniques ont été la première préoccupation de l'Etat dès 1975, au lendemain de la récupération des provinces du Sud, trouvées dans un état de sous-développement total. L'équipement technique du territoire a été accompagné par la réalisation de nombreux équipements collectifs, conférant aux villes un confort de vie défiant l'environnement désertique du Sahara.

Le souci d'une qualité urbaine
Le développement des grandes infrastructures urbaines a été accompagné par l'implantation de nombreux équipements collectifs. La volonté d'émancipation des villes du Sud en dépit des rudes conditions climatiques est à la base de la création de nombreuses installations d'agrément : places publiques, espaces verts, points d'eau, lieux ombragés de rencontre et de loisirs ... Ces dernières jouent un rôle important dans la lutte contre l'ensablement des voies publiques.

La maîtrise de la croissance urbaine
Les grandes villes du Sud ont été dotées de documents d'urbanisme de type SDAU (schéma directeur pour un horizon de 20-25 ans) ou bien de documents de planification détaillée (plans d'aménagement ou plans de développement),

La conception de ces plans a été réalisée par des équipes pluridisciplinaires dans le souci de respect des particularités locales, des potentialités socio-économiques concrètes et des contraintes techniques de chaque ensemble urbain.

Les premières opérations d'habitat
Dès 1976 les villes du Sud du Royaume ont bénéficié de l'énorme effort d'investissement de l'Etat dans tous les domaines de la vie urbaine: santé, éducation, habitat, infrastructures techniques, administration, sport, culture et loisirs...

Pour le secteur de l'habitat, il fallait en même temps satisfaire la demande sociale pressante, mais aussi, et c'était le plus urgent, procéder au relogement de nombreux ménages qui habitaient des bidonvilles, des baraques et autres campements précaires. Ainsi un premier programme d'urgence a été lancé à partir de 1976 dont la première réalisation était la reconstruction du quartier Qassam à Laâyoune qui a permis de reloger les habitants de plusieurs noyaux insalubres.

Les opérations de construction du Département de l'Habitat se sont succédées à un rythme soutenu dans les villes de Laâyoune, Boujdour, Smara et Dakhla. Simultanément, plusieurs opérations de lotissement ont été lancées, permettant à la population bénéficiaire de construire ses propres logements sur des lots complètement équipés tout en l'associant à l'effort entrepris par l'Etat.

Bilan des réalisations en matière d'habitat 1976- 1998
Le tableau ci-contre illustre l'effort déployé par le Ministère de l'habitat, compte non tenu des réalisations de la promotion nationale et les autres départements ministériels.

La volonté de satisfaire le plus grand nombre de demandes transparaît à travers la conjugaison des opérations de construction et de celles de lotissement. Dans ces dernières, les bénéficiaires sont ainsi incités - par le biais d'une autoconstruction techniquement assistée - à joindre leur effort à celui de l‘Etat. Evidemment, les Pouvoirs Publics assurent, au niveau des 'quartiers, les équipements collectifs nécessaires.

Ce principe a été actuellement développé par le Département de l'Habitat et a donné naissance au concept des zones d'aménagement progressif (ZAP) dont plusieurs sont présentées ci-après.

Nouvelle impulsion à partir de 1998
Pour améliorer les conditions d'habiter s couches sociales modestes et démunies, le Département de l'Habitat s'attelle dès 1998 à un ambitieux programme de réalisation de 20.000 unités dont le coup d'envoi a été donné par Feu Majesté Hassan Il le 20.04.1999.

Cette opération d'envergure interrégionale concerne l'ensemble des villes du Sud du Royaume. Minutieusement planifiée, elle comprend plusieurs phases dont une première tranche d'urgence de, 3000 logements sociaux déjà en achèvement et plusieurs opérations lotissements sont en cours d'équipement. Une nouvelle impulsion a été donnée par Sa Majesté Mohamed VI pour étendre le programme à tous s centres porteurs, et le faire bénéficier aux populations cibles.

Répartition spatiale des opérations
Les 20.000 unités du projet mené par le Département de l'Habitat ont été programmées de manière judicieuse pour couvrir l'ensemble des Provinces du Sud.

La ventilation a été opérée sur la base études socio-économiques détaillées et en coordination avec les autorités locales et les collectivités concernées. Il a été tenu compte des besoins en logements, spécifiques à chaque ville, mais également des impératifs de consolidation de l’armature urbaine et rurale de cette région.

En effet, même si la capitale du Sud, Laâyoune, bénéficie du nombre d'unités le plus important, toutes les provinces, y compris celle d'Aousserd sont également touchées par un effort d'aménagement et de construction majeure.

Dans cette optique, une attention particulière est attachée au développement de plusieurs villages de pêcheurs pour lesquels une structuration progressive est envisagée afin qu'ils puissent devenir des points forts de l'armature urbaine de la région et des centres d'intérêt économique pour les populations.

Le concept de logements évolutifs
Dans le souci de permettre l'accès à un logement décent à un nombre maximal de populations démunies, le programme de construction prévoit également la réalisation de logements évolutifs.

Il s'agit de construire, dans des lots clôturés aux dimensions standardisées, des cellules d'une superficie minimale mais équipées de l'ensemble des éléments de confort.

Ces dernières permettent aux ménages bénéficiaires d'habiter tout en procédant eux-mêmes à l'achèvement de la construction, à leur rythme et selon leurs besoins et moyens concrets. Les usagers disposent des plans d'architecture et de structure fournis par l'Etat, afin de respecter les ordonnancements.

L'organisation spécifique de ces cellules en îlots facilite l'aménagement d'ensembles harmonieux et permet de préserver la trame du tissu urbain : en effet, les îlots conservent un aspect assez cohérent indépendamment du degré d'achèvement.

Les équipements de quartier (fours, hammams, crèches, écoles, mosquées...) ainsi que des centres commerciaux, des espaces verts et des parkings sont construits par l'Etat dès le début de l'opération, facilitant ainsi l'intégration de ces quartiers aux tissus existants.

Opération Al Aouda à Laâyoune
AL Aouda est située dans la partie Est de la ville actuelle. Bénéficiant d'un accès direct sur un axe de pénétration (route d'Smara), ce secteur est appelé à devenir un futur pôle d'animation, de commerces et de services.

Le programme AL Aouda a été réparti en huit tranches, confiées à différents cabinets l’architecture afin d'assurer une diversité de conception, préserver l'harmonie d'ensemble des rations et répondre aux exigences spécifiques e la population locale.

Logements réalises à Laâyoune
Les concepteurs des différentes tranches ont eu toute liberté d'expression architecturale et artistique. Les exigences élevées du Maître d'Ouvrage ont conduit à des réalisations soignées à tous les niveaux : sur le plan urbanistique les quartiers et les îlots d'habitations garantissent une cohérence aussi bien au moment de la livraison du logement évolutif qu'après auto-construction du second niveau; au niveau des façades et silhouettes, les couleurs régionales et les matériaux locaux ont été privilégiés; enfin, dans l'agencement et la décoration des habitations dont le coût modeste n'a pas empêché une bonne qualité de la finition et un choix judicieux de matériaux (carrelages différents dans les couloirs et les salles d'eau, détails de menuiserie, enduits et peintures).

Al Aouda à Boujdour
La première tranche de l'operating Al Aouda à Boujdiur comprend 300 logements évolutifs de type F1 et F 2, ayant des superficies différentes en fonction des besoins des familles. Le programme est doté de nombreux équipements collectifs, d'espaces sportifs et de petits jardins, organisés harmonieusement en un pôle d'animation qui abrite une école , une poste, une maison de jeunes et des services administratif.

550 logements réalisés à Smara
Ces logements représentent la première tranche de l'opération Al Aouda à Smara, sur un total de 850 logements évolutifs. Le programme a été décomposé en plusieurs tranches formant des lotissements qui ont été de différents architectes. Les projets réalisés favorisent l'emploi des matériaux locaux taillés, enduits....).

500 Logements réalisés à Dakhla
Un total de 800 logements évolutifs est programmé à Dakhla, dont une première tranche de 500 unités est déjà achevée.

Le projet de la seconde tranche est présenté ci-contre: doté de l'ensemble des équipements de base, il bénéficie d'une parfaite desserte par la voie côtière principale.

200 Logements à Aousserd
La réalisation de la première tranche du programme Al Aouda (200 unités sur un total programmé de 400 unités) a accompagné l'installation de plusieurs équipements publics, amorçant la création d'une nouvelle entité urbaine dans la province d'Aousserd.

650 Logements à Tan Tan
A Tan Tan , l'opération Al Aouda est matérialisée par deux programmes de construction : Al Aouda I et Al Wafa II. Situées à proximité immédiate du centre-ville, ces places publiques animées sont accessibles par des voies carrossables et des chemins piétonniers. La première tranche du projet à été confiée à trois architectes différents.

Les villages de pêcheurs
Plusieurs petits centres côtiers sont des foyers d'attraction pour une population migrante à la recherche des emplois offerts par le secteur de la pêche artisanale.

Le secrétariat d'Etat à l'Habitat participe activement à l'effort déployé par le gouvernement pour le développement harmonieux de ces centres, dont les quartiers résidentiels sont organisés autour d'un pôle d'activités et d'animation.

Ainsi, le programme Al Aouda prévoit l'aménagement de lotissements qui représentent, pour les 6 villages Sidi Ghazi, Oued Kraâ, Aârich, foum Bouir, Punta CHICA ET Roc Chico, un total de 1.500 lots équipés.

Le programme Al Wahda
Al Wahda est un programme ambitieux d'aménagement de près de 10.000 lots d'habitat social. L'opération concerne les grandes villes, chef-lieux de provinces, notamment Laâyoune, boujdour, Essemara et Dkhala.

Le programme de lotissement est basé sur le concept de Zone d'aménagement progressif (ZAP) qui prévoit la réalisation des infrastructures hors-site de l'ensemble de l'opération, puit la viabilisation de tranches complètement desservies en voirie, eau potable, assainissement, électricité. Les lots sont livrés aux bénéficiaires qui procèdent eux-mêmes à la construction de leur logements suivant un chier des charges déterminé.

Le Maître d'Ouvrage veille au plan d'ensemble et des cahiers des charges et fournit une assistance technique à la population. Il construit également les équipements de quartier et coordonne l'ensemble du projet.

Il importe de souligner que ce projet se propose des objectifs complémentaires, notamment: développer le mouvement associatif et coopératif lors du processus d'auto-construction (achats groupés, entraide organisée…) favoriser l'émergence de métiers d'artisanat et partant, contribuer à la création d'emplois Inciter la population bénéficiaire du programme à participer à la gestion de son futur quartier et notamment à la valorisation des équipements sociaux ( foyers féminins, maisons de jeunes, terrains de sport, etc) Al Wahda à Boujdour, Smara et Dakhla.

Une zone d'aménagement progressif (ZAP) a été lancée dans chacune de ces villes, l'ensemble totalisant 4.330 lots d'habitat social.

Les plans des lotissements ont fait l'objet d'études détaillées en vue d'assurer, d'une part, l'intégration harmonieuse des ZAP aux tissus existants, et d'organiser, d'autre part, les équipements collectifs de manière cohérente avec des accès carrossables et piétonniers.

Source

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».