Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



Mohamed El Fakir - publié le Mercredi 23 Octobre à 21:17

Gestion des risques






Gestion des risques
Pourquoi les systèmes de management de la qualité n'ont pas permis la suppression des dangers ou même réduire leur occurrence de probabilité à un niveau acceptable:

1. On continue toujours à nuire à l'environnement malgré l'ISO 14000 ;
2. On enregistre chaque jour les intoxications alimentaires malgré l'ISO 22000 ;
3. On enregistre toujours des défaillances malgré l'ISO 9000 ;
4. Nos agents et contrôleurs sont moins efficaces par rapport aux européens ou américains au même poste malgré l'ISO 17020 etc....

Dans tous ces systèmes de gestion, on met le risque au centre de management. En fait le comportement constaté lorsqu'on est certifié ISO 9000, 22000, 14000 ou 17025, … c'est de faire en sorte de ne pas perdre le certificat. Autrement dis le système ISO, qui est en lui même le meilleur concept de nos jour pour un management efficace, limite son utilisation à la facette marketing ce qui en fait actuellement le système défaillant vis-à-vis les objectifs nobles pour lesquels il a été crée.

D'ailleurs on peut certifier juste ce que nous voulons dons notre entreprise (laboratoire, organisation, administration, un produit parmi plusieurs produits de la gamme) et on est capable de dire que nous sommes certifiés.

Lors d'un de mes voyages en voiture sur autoroute, un véhicule léger m'a dépassé avec une vitesse qui m'a fait peur, pour le conducteur lui même qui était seul et pour les autres dont moi même qui seront des victimes, ce que j'ai trouvé vraiment anormal, c'est l'habillage de ce véhicule : accompagnement à la certification ISO de A jusqu'à Z; et le bureau dont appartient ce véhicule est aussi certifié ISO 9000.

Pourquoi alors un tel comportement de la part d'un organisme qui n'est pas seulement certifié, mais qui aide les autres à être certifier.

La raison est très simple à mon sens, les systèmes ISO ont mal placé le facteur humain au cœur de management, on croyait que le fait d'établir des procédures, et de mettre en place les équipements nécessaires avec un plan de formation efficace pour le personnel, on aura théoriquement le même comportement humain pour une même fonction ou mission; chose qui n'est pas possible malheureusement.

On n'a pas en fait considéré que le facteur humain est une vrai source de dysfonctionnement en plus du dysfonctionnement technique et organisationnel bien évidement.

Ce facteur humain est malheureusement le plus difficile sur une échelle de temps à améliorer.

La gestion des risques, en fait, c'est de prendre conscience de tous les facteurs de dysfonctionnement et sur les mêmes pieds d'égalité et d'importance (technique, organisationnel et humain). Et au lieu de dresser les procédures et les normes et acheter les équipements les plus performants (chose qui est très importante bien sur) il faut prendre en compte le comportement humain et le temps dont il a besoin pour répondre positivement à la consigne.

La gestion des risques, est en fait un des arts les plus importants de nos jours pour avoir l'esprit incertitude dans tout le système de management, et être beaucoup plus citoyen que certificateur et beaucoup plus société citoyenne que société certifiée.



               Partager Partager