Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM



Hassan Jamali - publié le Jeudi 31 Janvier à 19:47

« Gdim izik » Entre justice et désinformation




Les indépendantistes du front Polisario œuvrent d’arrache pied dans un but de politiser le procès des détenus à l’issu du démantèlement du camp de Gdim izik près de Laayoune en octobre 2010. Le procès des 24 détenus poursuivis pour vandalisme et meurtre des forces de l’ordre débutera le vendredi premier février 2013.



 « Gdim izik » Entre justice et désinformation
Cet événement a été précédé par une campagne de tromperie systématique menée par les séparatistes, afin d'interférer avec la justice et ne pas la laisser suivre son cours naturel. Dans ce sens l'administration séparatiste qui visent directement à terroriser la population et à procéder à des actions qui sont très loin du militantisme pacifique a bien voulu considérer le fait d’assassiner, et d'intimidation un appel à la liberté et à l'émancipation.

Les revendications sociales avancées comme prétexte au début du campement, ont vite cédé le terrain à une action politique violente avec, l’usage des enfants et des femmes comme bouclier humain, et c’est avec l'infiltration de séparatistes du Front Polisario, que les choses ont commencé à prendre des proportions qui n'étaient plus maîtrisables.

Dés le début de la crise, Les autorités marocaines ont privilégié la voie du dialogue en répondant aux revendications sociales. Dans ce sens, des opérations de distribution de terrains ainsi que des remises de la carte d’entraide nationale ont été organisé.

En dépit de plusieurs rencontres avec les autorités locales, les meneurs de troubles ont campé sur leurs positions. D’où l’intervention des forces de l’ordre qui intervenaient sous mandat judiciaires. La violence de la riposte a mis à nu une stratégie murie d’avance et dont l’un des buts inavoués est d’une part, de radicaliser le dossier du Sahara du fait du succès grandissant du plan d’autonomie proposé par le Maroc et, d’autre part, de mener une vaste campagne de dénigrement à l’encontre du Maroc à l’échelle internationale.

L'organisation des droits de l'homme au Maroc et d'autres organisations des droits humains ont fermement condamné l'acte criminel perpétré par les meneurs de troubles affiliés au Polisario.



               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Octobre 2016 - 19:04 L'école, écosystème

Jeudi 6 Octobre 2016 - 12:02 Des législatives 2.0