Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Dr. Idrissi My Ahmed - publié le Mercredi 21 Novembre à 21:25

‘’ GAZA, OISEAUX DE PAIX ET CHIENS DE GUERRES ‘’




Le trottoir, c'est ton Gaza, soldat de la rue !



‘’ GAZA, OISEAUX DE PAIX ET CHIENS DE GUERRES ‘’

Un oiseau jaillit de la lumière, c'est la Liberté peut-être !

Les Chroniques Différées de Mme Student

‘’ GAZA, OISEAUX DE PAIX ET CHIENS DE GUERRES ‘’

Un oiseau jaillit des branchages, attiré par l'éclaircie,

Ou qu'il fut apeuré par les éclats d'obus sur Gaza ? Bouleversé le pauvre, par des infos, des images, des reportages, placides, partiaux et inféodés, qui se relaient sur les satellites et les télés. Slogans et intox dénaturent la vérité, faisant oublier les causes réelles des belligérances et de leurs réveils sporadiques pendant qu'ils sont, devant nous, pervertis et matés par les télés. Les oiseaux ont, semble-t-il, des sens que nous n'avons pas. Des récepteurs qui dépassent l'entendement et les progrès techniques de nos services compétents des postes et radio-télévisions. N'est-ce pas ?

Les chiens aussi aboient, non pour se mettre à la prière, mais de peur, seulement. C'est la voix des hauts parleurs éraillés du muézin de minaret des Awkaf de Sidi Ahmed Jalal, qui les irritent. Non pas qu'ils soient des apostats. Qu'il nous entende ici, le plus ministre des Boutchichis* ! Et qu'il fasse réparer, par pitié et par civisme, les haut-parleurs déglingués du royaume chérifien, pour ne pas affoler les audients ! Ce chantier national, ce service utile, relève de ses compétences et qu'il soit remercié par le Seigneur, Le plus haut, qui recevra des mots et des louanges et non des crissements de haut parleurs déchiquetés, des braillements, des braiements d'ânes, si réprouvés dans le Coran, quand ils sortent de la bouche des hommes...

Et c'est à chaque prière comme cela, un reflexe conditionné chez les chiens. Pavlov ! Ils se mettent à aboyer contre les minarets, comme les Suisses, qui préfèrent notre argent à nos pratiques de religion. Tout comme ceux qui ont occupé nos mosquées et lieux de cultes, pour les empêcher, en toute laïcité française, d'œuvrer librement, de bonne foi ! Même les tombes des martyres de la guerre, les soldats morts pour la liberté de l'Europe, en France, face à Hitler, alors que nous étions sous les bonnes grâces des colons, ils n'en veulent pas...Ils devraient nous renvoyer nos fossiles des deux guerres, en charter, avec les prochains avions.

L'identité et la pureté ethnique, ne doit pas salir le sol de cette superbe nation. Les pays bleus, où il peut sans arrêt et où l'on ne leur guère, parque qu'on gâche leurs ethnies, leurs tribus toutes pures, leurs identités propres, leurs quartiers chics et leur civilisation ! N'est-ce pas Sarkosy ce qui t'a fait chuter ? Et vous autres les Le Pen, Hortefeux Guéant de passage et de Copé le rassembleur es-xénophobia ! Vous, vous, qui offensez l'amitié et le partage, en n'ayant de la mondialisation que le sens opportuniste et unilatéral des biens, le sens unique de la prédation !

Ils n'ont pas que ça à faire les Walis et les Président de Conseils !

Ils ont autre chose à faire que de combler les trous...Non point ceux laissés par les indélicats, dont on tait partout, dans les Caisses et les banques, les abus, pour la bonne gouvernance et la continuité de l'administration. Je parle des tranchées seulement et de ces failles, que des entrepreneurs indélicats et si peu citoyens, laissent éversés comme des abîmes, au milieu des rues. Des chaussées et des trottoirs, remués comme des ruines de blitz SS ou sionistes. Ils sont si hauts et si profonds qu'ils rappellent les tranchées de 14-18, à ceux dont les enfants sont encore vivants ! Et l'on a du mal à appeler encore fièrement, nos abris de fortune, des villes !

A croire qu'ils sont payés, les saboteurs et les braconniers, pour miner les cités, détruire les trottoirs mal aplanis, les façades jamais ravalées, que c'est une honte pour les arbres de demeurer debout et verts. Et on les coupe au lieu de les tailler, on les sabre parce qu'ils se révoltent et sifflent dans les oreilles du vent ! On les hache, on les déracine, on les brime, on les enlève, on les kidnappe, on les exile, on les brûle et on les broie ! Pour les revendre sous forme de papier ou de fumée, parfois ! Et on n'en parle plus, afin de céder aux plus offrants leurs terres et hériter de leurs espaces verts, devenus nus. Oui, vous avez compris, des terrains rarissimes et bien placés, si chers qui feront jaser ou jouir, les envieux du plein Centre-vile. Avec un seul ''L', vu qu'elle n'en mérite plus autant ! Ne me corrigez donc pas !
Enfin, des villes libérées de leurs racines tenaces,

Des villes libres de leur passé troublé. Couper les arbres pour se chauffer, c'est un hiatus, on ne fait plus ça ! On coupe les arbres pour libérer le sol, et tout faire recommencer. C'est pour cela que nous ne sommes que des humains, sans qualificatifs propres. Le cycle dispendieux de l'éclairage public, à croire que les chinois et leurs attirails de pacotilles, leurs jouets, sont passés par là ! ? Ainsi vont les cycles des affaires et les cercles vicieux. Mais à vrai dire, c'est une question de compétences et non des habitants, une question de savoir-faire, de finitions qu'ils doivent apporter, avant de remporter le magot et se faire payer pour leurs travaux. Le commerce et l'entreprise, le travail des chômeurs, vivent de ça. Ou l'on ne se développe pas et l'on entre en crise. En révolte et en guerres civiles et on ne progresse pas !

La politique des grands travaux, c'est ça ! On peut toujours et l'on doit, commencer par des chantiers plus petits ou de proximité. Ainsi va le monde, ainsi va le cercle prodigieux des connaissances et des techniques, du confort et des biens, face aux heurts et aux malheurs. Face au mal, face aux maladies, face à la pauvreté, sans aucune répartition équitable, hélas, ni bonne justice évidement !

Un oiseau jaillit de la lumière, c'est la Liberté peut-être !

Dans le rêve et les mythes, certes, les mystères ou la mystique, peut-être ! Le ciel est gris. La populace est grisée aussi par le Printemps déchu. Le jordanien moyen veut chasser le Charif de ses fonctions ! Abdallâh de sa Jordanie, doit être déçu ! Le syrien Assad dissous ! Mais, il restera protégé par les puissances asiatiques; faisant plus de ''cent'' chaque matin! Du sang sur lequel les Américains ne glisseront pas ! Comme elles ne bougeront pas non plus, pour laisser le sanguinaire se livrer impunément à ses œuvres de liquidation du stock indigène des vivants.

A côté, ces puissances de l’Est permettront, malgré elles, à Netanyahou de se muscler sur les Palestiniens et de s'entrainer sur son punching-block favori, Gaza ! Afin de préparer son succès aux élections. La parodie semblait tracée, un complot de plus à l’intérieur du grand complot, liquidateur, jamais lacé ! Ce sont des raids puissants, nombreux, disproportionnés et précis qui s'abattent sur les tireurs, sur les bâtiments, sur les infrastructures et sur la simple population, que l’on veut nettoyer !

Des roquettes férues de leaders ! Israël vient de s'offrir l'un de leurs chefs. Quel que soit son nom, ce n’est pas le premier ! Le destin s’écrit ans le ciel et s’exécute par les tirs d’avions ! Pilonné proprement carbonisé dans sa voiture. Mort on live, devant le monde entier ! Entièrement, instamment pulvérisé, il n'a rien senti. Ce sont les autres qui ont perçu sa mort et tout ressenti pour nous ! Il a été gommé sans douleurs. Fini, anéanti, au sens moléculaire et thermique du terme.
Il n'y a plus que la fumée et les ruines qui nous interpellent dans cette zone horriblement dévastée ! Le ciel bruni par les fumées, cache mal les nuages du bon Dieu! On espère, on aime la paix, sans logique cartésienne ! Car la justice, la démocratie, la vengeance dans l'oppression d'autrui, son nettoyage ou sa marginalisation, la sécurité et les droits, c'est bon pour la race supérieure. Les autres races, paient ou expient !

On élimine, on pilonne les chefs

Emue et en colère, incapable, la population se tait. Le ciel est tuméfié. La population juive se terre dans les abris. Les Palestiniens restent vulnérables. Terrifiés, humiliés, frustrés, ils invoquent le ciel, sa justice, les pays amis et leurs bonnes dispositions, la quête de justice ou le sacrifice ultime de leurs enfants ! La guerre sans ses moyens ! C'est un dépit.

Là, les riches et les forts sont heureux de leur bonne conduite ! Plomb Durci, hommes de fer, Dôme de Fer, le bras armé de Sion, fait sa croisade, encore soutenue par l'arsenal des bons chrétiens...Les www, les blancs restent rétifs à la mondialisation, à la circulation qu'elle ouvre et qu'elle devrait opérer, à la paix des cultes et des différences qu'elle sous entend ! Hélas, les explorations, la colonisation, la mondialisation ne les ont pas encore sortis de leur Moyen-âge !

Les frappes, les bombes et les roquettes pleuvent : près de 1000 raids en 3 ou 4 jours ! 150 tués 600 blessés, déjà. Y a-t-il assez de morgues dans ce pays sous embargo ? On nous montre des images d'enfants que l'on s'apprête à enterrer ! Horrible ! Souvenez-vous des écoles anéanties avec leurs élèves, il y a quelques années de ça ! L'Impérialisme et le racisme anti-blancs, dit-on, oublieux que sont ceux qui l’énoncent par populisme électoraliste, de l'inverse, qui est cristallisé et prépondérant !
En attendant l'escalade et l'offensive terrestre, on parle dans les médias d'annulations de vacances et de crise du tourisme dans la région. Pardi ! L'Eglise de la Nativité peut toujours attendre la charité chrétienne, dans la paix de Sion ! On parle de répression (abominable !) sur la Syrie de la part d’Assad, le barbare. Mais jamais d’accalmie ou de retenue de la hargne sioniste sur la Bande de Gaza ! Pas si vandale ni abominable, leur semble-t-il et si justifiée pour eux !

Le ciel est noir de fumées toxiques.

Les rues ne se voient plus. Ce ne sont pas encore les bombes au phosphore qui les recouvrent, mais elles sont couvertes de ruines et de gravats. Les Palestiniens ont perdu leurs chefs et leurs amis. Des chefs et des ministres, les visitent, avec le courage qu'il est de s'exposer en de pareils lieux. Et d'apporter sur le front, sur le champ de guerre, leurs compréhensions et leur soutien. Cela en dépit de leurs propres et impavides tuteurs, qui sont totalement abîmés dans l'exaltation arrogante et partisane de Sion ! Nos responsables de la Santé et des Affaires étrangères, les Dr Louardi et Othmani en l'occurrence, vont s'illustrer au service altruiste.

Un Rouge et un Vert, sont de la partie. Un geste de solidarité, une conviction humanitaire agissante, une action de sympathie qui brise les différences et multiplie les actes de rapprochement. Ce sont ceux de Mohammed VI et des Marocains, qui vibrent avec les peuples qui soufrent, avec Jérusalem et au nom d'Al Qods, sans relâche depuis l'école hassanienne et certainement bien avant. Et cela pour la paix et l'équité entre les peuples de toutes les tendances et de toutes les religions !

Sans racisme ni antisémitisme aucun, nous qui sommes heureux de la fidélité et de la loyauté de nos Juifs expatriés, nostalgiques et reconnaissants qu'ils restent et demeurent, nous disons à Israël, basta ! Arrête ton char, Nathan ! Sans rupture de notre arabité et forts de notre islam, fermes dans notre tolérance et notre ouverture à la modernité, avec fidélité aux racines et aux traditions, nous critiquons Israël.

Nous haïssons son injustice et son arrogance monstrueuse et nous stipendions ses manières irresponsables et belliqueuses. Les nôtres, ne demandent que l'application de la logique, celle de l'histoire, des droits et du respect des identités multiples, de leur choix et de leurs libertés, surtout. Et en cela, nul tuteur ou parrain, ne sauraient renverser les vrais pères et les chasser des terres de leurs ancêtres et de leurs enfants ! Et les States, nos chers amis américains, en irréductibles parrains de leur messianique garnement, devraient réévaluer ses perfidies et faire résonner leur équitable et salvateur holà !

Les riches s'ennuient quand les pauvres sont tapis de froid.

La pluie tombe et les chiens aboient. Leurs hurlements décuplent les bruits des voitures qui roulent en bas. Les échos amplifiés se mêlent au vacarme des poids lourds qui heurtent, sans ralentir, les dos-d'ânes et vous matraquent les ouïes de leurs tremblements. A chaque vagissement vous levez les mains au ciel ! Et surtout ne les abaissez pas, il n'a pas encore accédé à vos vœux ! Les anges ne transmettent pas vos implorations aux responsables, ni à Dieu vos imprécations ! Le Palais et l'Olympe sont hermétiques aux conjurations. Ils en sont saturés, noyés par nos prières et nos dévotions intéressées, outragés par nos cris impies et nos blasphèmes de surcroît. Le ciel est loin, même si nous y sommes connectés et que nous ayons la tête plongée dans son aire. Et le vent ne cesse pas. Les bambous cassent leurs tiges et les branches d'arbres subissent autan. Un tsunami encore respectueux de nos piètres dimensions.

Je vois ce hère bloqué sur le sol,

Allongé, accoudé comme s'il était sur un lit...La nature lui appartient. C'est un être comme vous et moi, un fou peut-être. Comme bien de ses congénères qui viennent au centre ville péleriner chaque matin. Un pauvre certainement, un dément. Un humain qui a besoin d'un toit et de soins ! Il est là, sous vos yeux, isolé, langé dans sa couverture humide et bleue. Là, sous vos yeux, sans aller si loin, soigner les misères, messieurs les chefs et vous ô ministres intègres et droits !

Livré au froid, à même le sol de l'avenue, il a un briquet à la main. Il ne risque pas de se révolter ni de se flamber. Il n'a pas bu d'alcool et il n'a pas de revendications politiques ! Il est jonché là ! Il n'éclairera pas les médias, s'il ne se flambe pas ! Je suppose qu'il y a des milliers comme cela dans le pays et qui attendent de leurs pays, une INDH quelconque, pour copier la bonne nôtre ! Des milliers dans le monde de l'Islam, des gueux ou des indigents, qui attendent la Zakat* au lieu de votre pèlerinage ostensible et pieux ! Votre pèlerinage c'est ici, votre Kaaba est là ! Et de cet acabit, il ya des a des milliers encore qu'on écrase et qu'on ne voit pas. En Afrique bien sûr, ici même et qu'on ne sent pas !

Sur cette grande avenue, en face de cet immense immeuble en construction, il végète, sous le regard vide de ceux qui ont la même patrie, la même religion ! Il tremble, je suppose, à côté d'une voie que traversent des milliers de voitures, plus ou moins huppées. Des milliers d'ouvriers, de femmes, d'étudiants, de touristes et de badauds-assis, figés sur les terrasses des cafés, baladent dessus leurs scanners, indolemment. Aveuglement ! Personne n'a bougé. Lui non plus : 4 heures après, il est toujours là. Quelles idées, quels oublis, quels sentiments, quels ressentiments ont pu traverser sa mémoire et son esprit ? S'il en a encore qui fonctionnent, malgré son sort déshumanisé, son sordide et déplorable état ! Que retient-il de la vie, de l'Islam, des humains, de leurs chefs, de leurs valeurs, de leurs obligations, des hommes ou de Dieu ? Voire de lui-même, s'il en est conscient ? Est-il à ce point disjoncté, que le vide sature ses méninges ?

Je vois en cet homme, un malade,

Un pauvre, un homme qui a besoin d'aide. je veux lui donner de l'argent. Je retourne sur mes pas pour lui en donner. Quelle que soit la somme, si elle est valable pour 2 ou 3 jours, elle ne lui suffira pas. Il a dû tout oublier, ce malade, comme on l'a oublié. Reste-t-il encore un humain si nous les humains, nous l'avons quitté ?
Il a oublié son nom? Ses parents ? Ses amis. Nous sommes au lendemain des fêtes de la nouvelle année musulmane ! Religieuse et nationale de surcroit. Il est là, tel un otage, un chantage, une peine, un défi, une dette, morale et civique, pour notre conscience collective. Si l'on a les yeux encore ouverts ! Hélas, et vous alliez me le reprocher ! Ils sont des milliers, comme cela !

Mais j'estime que ce n'est pas un poids, pour un pays qui cultive les valeurs de l'islam avec son ministère des Awqafs, son Gouvernement vertueux des Verts et des nationalistes! Avec ses deux onéreux Parlements entre autres vastes administrations et beaux édifices. C'est notre devoir et nos droits, que l'on défend on le montrant ! En le secourant....Lui et ses semblables, nos frères ! Ô mes frères musulmans ! Tant que des gens pareils endurent son sort, nos prières ne nous servent à rien !
S'il a reçu de l'argent, il le compte même s'il a oublié son propre nom !

Il penche la tête. Il voit sur les billets les chiffres et l'effigie du Roi. Il ne dit pas merci, il ne le pense peut-être pas. Il tient la pièce et les billets et serre dessus les doigts de sa main. Il a donc encore quelque chose d'humain et que l'on partage. Le sens de l'argent. Il faut donc le sauver, car c'est encore un marocain!
Nos responsables détalent, oublient vite, emportés par le cyclone des découvertes, des vertes et des pas mures de leurs ministères et des obligations nouvelles. Ils en oublient pour certains, leur pays et leur ville, à cause de leurs fonctions multiples. Le contraire n'est pas courant. Il en est qui montent des villes de rien et qui les protègent ! C'est un acquis honorable, certain. Bravo Basri, bravo El Himma !

Ailleurs en ces mêmes instants...

Près de Gaza. Des hommes politiques et nos ambassadeurs, des ministres aussi, quittant la quiétude, le luxe et l'aisance de leurs fonctions, sont comme des chevaliers de légende.

Ils affrontent comme des anges ou des super héros, les monstres et les dragons, les tyrans qui embrasent l'Orient et détruisent '' l'île de Gaza''. Pour la dignité, pour un toit et du respect, un pays pauvre, déchiré et sous embargo, reste chaud et fier du sentiment de vouloir être chez soi ! Sans ni traces de haine, de racisme ou de discrimination. Il veut Sa terre....Mais ça ne suffit pas, il faut partout une justice, pour que ces hypothèses soient vraies, face aux profiteurs et aux indélicats.
Le problème n'est pas inhérent aux seules victimes d'Israël

Et de son oncle américain, il réside partout où il y a des hommes qui ont peur, parce qu'ils ont été piégés et volés, par des égoïstes qui veulent tout prendre pour ne rien laisser Tout reconditionner. Avec comme défense et statut, la différence et la supériorité ! La haine et la différence relaient la peur. La peur d'autrui, la peur qu'il reprenne tout à sa manière, avec plus d'incompréhension et d'oppression. Et plus de répressions, avec en retour et en plus, la volonté de tout rafler. Ainsi les riches de partout, les plus civilisés, indécents ou pas, cultivés selon leurs normes, techniquement avancés, ou avachis, se sont donnés le mot pour dominer le monde et l'épuiser, s'enrichir aux dépens d'autrui. Autrui représente une personne, un groupe, des ouvriers, une minorité ou un pays.

Et notre pauvre homme de tout à l'heure ?

Nu sous sa couverture bleue, nous a donné ici l'occasion de penser et de réfléchir aux blessures d'autrui. Nombreux, qui sur la terre restent incompris. Qui à travers le monde, ma ville, mon pays, ou ma rue, triment affaiblis. Et vient un jour ou chassés de leur travail ou de leur home, par les assurances, comme en Europe, par les parents ou l'époux, se voient un jour vivre sous la drogue ou l'alcool, pour se réchauffer et pour oublier. Qui sous un arbre, en pleine avenue musulmane, qui sous un pont, bleu dans la neige et refroidi, qui déshydraté sous le soleil, ignares et/ou affamés, l'ignorance en sus, les maladies et la pauvreté comme destins.
En attendant son Apocalypse, Netanyahou jubile.

Il nous promet de grossir les rangs des martyrs chez lez Ghazaouis. Il s'est promis en cadeau électoral de les servir sur l'autel des urnes. Comme des bêtes sacrificielles ! En les faisant encore éclater ! Les femmes et les enfants d'abord ! Les rares infrastructures surtout ! Les urnes démocratiques israéliennes, affichent leur conviction, soutenu par leurs parrains, qu'il leur est licite de liquider les résistants. Faute de les gazer et de les cramer en souvenir de leur holocauste.
Ces humains de Palestine, seraient-ils jaloux de notre pauvre hère ? Lui qui est si coi et si librement lâché dans la nature ! Sans barbelés et sans mur de la honte pour l'enfermer ! Ils n'en sont maintenant que plus humiliés, nos frères de Gaza! Et nous avec, nous sommes si retournés. Que d'erreurs dans les tactiques des uns et des autres !

Qui plus est, par iniquité complice, nos palestiniens sont injustement honnis, de par les puissances mêmes qui leur ont ôté leurs terres. Ces tyrans qui leur refusent, par connivence et lâcheté, de donner leur nom de Palestine, à leur pays. Espace, qui fut réduit territorialement, au profit d'Israël qui les en a quasiment déportés, amputés de leur nationalité, campés dans les bantoustans concentrationnaires et qui s'y rue périodiquement pour les dévaster. Pour remplir les urnes de Sion, fêter leur démocratie, par un petit de chasse à l'homme, pour expérimenter les armes américaines, sur l'autel d'Abraham, en souvenir des flammes qui l'ont épargné ou de la Croix dudit Jésus, qui remonté chez Dieu, attend peut être de revenir avec les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse afin de libérer Gaza

Le trottoir, c'est ton Gaza, soldat de la rue !

Mais, c'est nous qui t'avons volé ta dignité et ton pays. Fou ? Tu serais dans un asile d'aliénés, médicalisé ! Pauvre ? On te doit pour être moraux et équitables, de vivre protégé dans un centre de charité. Chômeur ? Tu serais dans un travail quelconque pour faire de toi un homme ! Fier, capable d'être apprécié comme, un concitoyen, un voisin, un ami.

Mais la morgue d'Israël ou le laisser aller des nôtres, ont parfois des atomes crochus. Quelque chose à changer. Ils laissent des hommes, sans défenses, marginalisés. Si les bombes d'Israël présagent de la fin du monde, pour préparer l'Eden que Yahvé a promis à Sa Tribu, l'âme d'Abraham et celle de son copain Barak, devraient raisonner le snipper Netanyahou et ses frères assassins !

Nous n'avons qu'une âme et qu'un corps. Tuer un homme c'est comme tuer toute l'humanité. Sentence marocaine, musulmane, qu'il convient de faire partager par nos concitoyens israélites, avec leurs coreligionnaires de Tel-Aviv, de New-York et de Paris, afin de calmer les haines et les colères. Et donner enfin leurs droits aux Palestiniens, en voisins, en cousins et en amis. En tribu préférée de Yahvé, celle qui doit cesser de bouffer du Philistin!



               Partager Partager