Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Des considérations antisémites sont-elles à l’origine du refus de... | via @lemagMaroc https://t.co/9lydo7jd29 https://t.co/wz3reoxFgh



Adil Alifriqui - publié le Jeudi 4 Avril à 09:52

François Hollande : Une phrase assassine pour Alger, au diner royal




Casablanca : Le président français n’a pas laissé passer l’occasion, lors de son allocution au diner officiel, offert à son honneur, par le Roi Mohammed VI, pour adresser un tacle au pouvoir algérien.



PH MAP
PH MAP
«Nos deux pays partagent une richesse qui n’a pas de prix : Celle de pouvoir regarder leur avenir, avec la même confiance et sans avoir besoin de se retourner pour juger le passé».

Ainsi a entamé son discours, devant le Roi Mohammed VI, le président français François Hollande, durant le diner officiel, offert à son honneur, au palais royal de Casablanca.

Sans avoir besoin de constamment et maniaquement se retourner pour juger le passé, et surtout l’instrumentaliser, se l’accaparer pour s’en légitimer, à défaut d’une légitimité démocratique franche, ainsi le président français a tenu à l’occasion de son retour dans la région, a marqué son opinion et celle de son pays, de l’exercice ‘malsain’, auquel s’adonne le pouvoir d’Alger, pour pirater le crédit moral du combat des moujahids pour la liberté en Algérie, dont les continuités politiques, s’étaient définitivement rompues et à jamais, après le putsch militaire de 1965 et les embastillements, exiles et assassinats, dont avaient été victimes, la majorité des grands leaders du premier FLN.

Le régime algérien voudrait que la France lui fasse, à lui, ses excuses pour le passé colonial et non au peuple algérien, courant ainsi, derrière une reconnaissance historique que la France sait qu’elle serait illégitime et injuste vis-à-vis du peuple algérien et à la mémoire de ses combattants, si adressée au pouvoir actuel et à ses instances.

Durant son discours, François Hollande a tenu à reconnaitre en le Maroc, la nation qui avance, la distinguant de ses voisins, ceux qui s’acculent, empêtrés dans une fausse histoire, que l’on veuille momifier pour mieux en user comme piédestal, pour un pouvoir illégitime et impopulaire.

Du Maroc, le président français décrira par les mots les plus justes, l’essence du projet : «La France a confiance dans le Maroc» dira t il au Roi : «Votre pays dispose d’atouts considérables : Une population jeune, une stabilité qui ne verse jamais dans l’immobilisme».

Concluant qu’au Maroc, au contraire des autres entités artificielles et brèves dans l’histoire, «le respect d’une tradition n’entrave pas la marche vers la modernité».



               Partager Partager


Commentaires

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Octobre 2016 - 19:04 L'école, écosystème