Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



MAP - publié le Samedi 9 Avril à 11:41

François Grosdidier: Les soi-disant juristes européens expulsés du Maroc sont en fait des activistes cherchant à faire du buzz médiatique




Paris - Les soi-disant juristes européens expulsés mercredi du Maroc pour trouble à l'ordre public, sont en fait des activistes voulant plus faire du buzz médiatique que de porter assistance à des prisonniers, a souligné le sénateur français François Grosdidier.



François Grosdidier
François Grosdidier
"Lorsque des juristes se présentent pour porter une assistance juridique à de supposés détenus politiques, leur réaction naturelle est d'abord de respecter les lois du pays, en prenant contact avec les autorités judiciaires nationales", a-t-il indiqué vendredi dans une déclaration à la MAP, notant que rien de cela n'a été fait.

Pour M. Grosdidier, l'action des huit ressortissants européens, s'inscrit dans le cadre d'un plan coordonné et concerté visant à porter atteinte au Maroc, en tournant le regard de l'actualité de l'enjeu d'un véritable processus de régionalisation avancée et d'autonomie dans les provinces du sud du Royaume.

"Les soi-disant juristes souhaitent faire porter les feux de l'actualité internationale sur de supposés violations des droits de l'Homme et de mauvais traitements infligés aux détenus politiques au Maroc, alors que les personnes qu'ils veulent assister, sont des prisonniers de droit commun ayant provoqué des événements qui ont entrainé la mort de plusieurs éléments des forces de l'ordre", a-t-il rappelé.

"On est donc dans une orchestration, une nouvelle offensive internationale des sympathisants du Polisario, pour créer des événements artificiels afin que le débat ne porte pas sur la question de fond de la régionalisation et que le Maroc soit mis en accusation", a fait remarquer le sénateur français.

Et de conclure que ces activistes, selon une rhétorique de propagande, veulent revenir à l'origine du conflit du Sahara, tel que présenté au moment de la guerre froide. 

Une délégation de huit ressortissants européens (cinq Espagnols, deux Français et un Belge) représentant le prétendu "Collectif international des avocats en soutien aux détenus de Gdeim Izik" ont été expulsés, mercredi , par les autorités de la Wilaya de Rabat-Salé-Kénitra et ce, pour trouble à l'ordre public et infraction à la loi 02-03 qui encadre l'entrée et le séjour des étrangers sur le territoire national.

Ce groupe n'a ni pris contact avec un procureur, ni demandé à rencontrer un responsable au ministère de la Justice, et encore moins demander une autorisation pour aller rendre visite aux prisonniers.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».