Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c


Wafaa Taha Latik - LeMag - publié le Jeudi 13 Mars à 22:29

France: Un journaliste du "Point" et son tweet "sexiste et raciste" envers Taubira




France : “Le procureur François Faletti apprenant à lire à Christiane Taubira”, c'est le tweet qu'a choisi le journaliste Frédéric Lewino pour accompagner une gravure montrant un homme en train d’apprendre à lire à une femme noire, agenouillée à ses pieds.



Source acrimed.org
Source acrimed.org
Frédéric Lewino, responsable de la rubrique sciences et environnement à l’hebdomadaire Le Point, s'est ainsi laissé aller dans sa "petite satire" envers la gardienne des Sceaux, Chritine Taubira, en la ciblant avec son tweet jugé sexiste et surtout raciste.

En fait, l'image qui représente un homme blanc montrant un livre à une femme noire agenouillée à ses côtés a déjà un aspect peu acceptable puisque colonialiste. Mais, la légende l'accompagnant en rajoute une grande touche, provoquant l'indignation des internautes français.

Frédéric Lewino a essayé de justifier son tweet en déclarant au Nouvel Observateur : "Depuis trois mois, je m’amuse à poster sur Twitter un détournement humoristique d’une gravure du XIXe, comme le faisait déjà mon père, le journaliste Walter Lewino, dans 'Le Point'".

Il ajoute: "Chaque jour, je recherche ce qui est le plus saillant dans l’actualité, poursuit-il. Aujourd’hui, on ne parle que de Christiane Taubira, qui aurait menti sur sa connaissance des écoutes de Nicolas Sarkozy. Je me suis donc mis en quête de l’image d’une femme noire. Je m’en fiche qu’elle soit noire, blanche ou rouge, mais c’est la seule image qui peut la représenter…"

Toutefois, devant l'indignation générale des internautes, le journaliste a réagi en assurant: "J'a supprimé mon tweet sur Toubira car mal interprété. Désolé si j'ai heurté certains par ce dérapage non voulu. Merci de m'en avoir averti."




               Partager Partager