Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


Reuters - publié le Mercredi 10 Février à 17:39

France-Le remaniement lancé avec le départ de Fabius





Le départ de Laurent Fabius, proposé mercredi par François Hollande à la présidence du Conseil constitutionnel, amorce le quatrième remaniement gouvernemental du quinquennat dont l'imminence se précise mais l'ampleur reste incertaine.

Le ministre des Affaires étrangères, qui a confirmé lui-même aux journalistes son changement de fonction à l'issue du conseil des ministres, devrait succéder à Jean-Louis Debré début mars, sauf vote contraire des commissions des Lois de l'Assemblée et du Sénat.

"J'ai dirigé la diplomatie française avec fierté et je l'ai servie avec bonheur", a-t-il déclaré lors de la séance des questions d'actualité à l'Assemblée, après avoir été applaudi par les députés de gauche.

Pour le remplacer au Quai d'Orsay, deux prétendants restaient mercredi parmi les plus cités : l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault, qui aurait les faveurs des diplomates, et Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie et ex-compagne de François Hollande.

"Le chef de l'Etat est muet, particulièrement sur le remplacement de Laurent Fabius", déclarait mercredi à Reuters une source proche des tractations.

Au vu des emplois du temps de l'exécutif, la nouvelle équipe appelée à diriger les affaires du pays jusqu'à l'élection présidentielle de 2017 et ressouder une majorité à hue et à dia pourrait être dévoilée jeudi matin ou vendredi.

Signe de plus, François Hollande sera l'invité des journaux de 20h00 de France 2 et TF1 jeudi, a annoncé la chaîne publique mercredi, après le vote de la réforme constitutionnelle par les députés qui lui redonne un peu d'air.

Parmi les hypothèses jugées les plus fondées, la nomination du président du Parti radical de gauche, Jean-Michel Baylet, serait acquise en contrepartie du départ de la ministre du Logement Sylvia Pinel, également membre du PRG, pour la vice-présidence de la région Midi-Pyrénées-Languedoc. Son éventuel portefeuille, en revanche, reste une inconnue.

La composante verte de la majorité, absente du gouvernement depuis la démission de Cécile Duflot et Pascal Canfin en mars 2014, pourrait s'incarner en un ou plusieurs postes.

LES ECOLOGISTES DE RETOUR?

La fonction emblématique de ministre de l'Ecologie, refusée la semaine dernière par Nicolas Hulot, pourrait être confiée à un actuel ou ex-responsable d'Europe Ecologie-les Verts.

Ainsi circulaient mercredi les noms d'Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'EELV, des députés François de Rugy, Barbara Pompili ou du sénateur Jean-Vincent Placé, qui ont tous trois quitté le parti.

Côté socialistes, les députées Karine Berger, qui fut notamment directrice de la stratégie Etude et marketing du groupe d'assurances Euler Hermes, et Valérie Rabault, qui fut spécialiste des risques de marché sur les produits dérivés chez BNP-Paribas, sont considérées comme de possibles entrantes.

Les changements de personnes pourraient s'accompagner d'une restructuration des périmètres de certains ministères.

Emmanuel Macron plaide par exemple pour la création d'un "super" ministère de l'Economie aux compétences élargies.

Sa collègue du Travail, Myriam El Khomri, demande pour sa part un secrétaire d'Etat afin de suivre notamment la mise en oeuvre du plan formation de 500.000 chômeurs, a fait savoir son entourage. Myriam El Khomri doit présenter le 9 mars en conseil des ministres une loi réformant le Code du travail.

Le cercle des "hollandais" connaîtrait des fortunes diverses.

La crise agricole, qui frappe surtout la Bretagne, pourrait contrecarrer la volonté de Jean-Yves Le Drian de rester ministre de la Défense, alors qu'il a été élu à la présidence de la Région en décembre dernier, même s'il ne dispose à ce poste d'aucune compétence en matière agricole.

Stéphane Le Foll, qui n'a pas masqué sa lassitude à la tête du ministère de l'Agriculture, resterait finalement aux commandes, a-t-on appris auprès de son entourage.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara